« BORE-OUT »

photo

FR

Qu’est-ce que le « bore-out » ? Autant on connaît le « burn-out » ou l’épuisement professionnel par la surcharge de travail. Mais le « bore-out » ? Eh bien, c’est l’inverse, c’est l’épuisement professionnel par l’ennui, oui l’ennui. 1/3 des salariés en souffrirait en France et ce mal amène parfois à la dépression. On le retrouve surtout dans l’administration, la fonction publique et les grandes sociétés. Mais aussi, certaines professions sont par elles-mêmes ennuyeuses : les hommes de garde, les surveillants de musée, les vigiles, notamment ceux récemment déployés suite aux attentats, pour la protection des établissements sensibles, entre autres. Imaginez-vous faire « le pied de grue » durant des heures. Moi, je ne pourrai pas ! Explication : ils ne doivent pas avoir le choix. C’est la « survie professionnelle », la « survie tout court ». On peut aussi évoquer les cadres « mis au placard » dans le but de les faire partir. Bloqués par la situation économique, ils sont nombreux à rester en poste. L’ennui les gagne, perte de confiance en soi, jusqu’à la dépression. Un solide mental permet de tenir. Il faut savoir s’occuper. On peut aussi réfléchir sur soi-même (mais pas trop quand même ! J ). Et l’employeur dans tout ça ? Il a normalement le devoir de donner des tâches correspondantes aux compétences du salarié. Mais dans les faits, il se soustrait souvent à cette obligation et ce, délibérément dans de nombreux cas. Sinon par faute de temps ? Par incompétence ? Par soucis de facilité ? Par défaut de communication ? Quoi qu’il en soit, il est fautif donc condamnable par les tribunaux. Il est perdant car son salarié n’est plus productif. A cette double peine peuvent s’ajouter d’autres préjudices que je vous laisse le soin d’imaginer…

EN

What is bore-out? As much we know the « burn-out » or burnout by the overwork. But the « bore-out »? Well, it’s the opposite, it’s burnout through boredom, yes boredom. 1/3 of employees would suffer in France and this evil sometimes leads to depression. It is found mainly in the administration, the public service and large corporations. But also, certain professions are in themselves boring: watchmen, museum supervisors, security guards, especially those recently deployed following the attacks, for the protection of sensitive institutions, among others. Imagine doing « crane foot » for hours. Me, I will not be able! Explanation: They must not have a choice. It is « professional survival », « just survival ». We can also mention the frames « put away » in order to make them leave. Blocked by the economic situation, many of them remain in office. Boredom wins them, loss of self-confidence, even depression. A strong mental can hold. You have to know how to deal. One can also think about oneself (but not too much! And the employer in all this? He normally has the duty to give tasks corresponding to the skills of the employee. But in fact, he often avoids this obligation, deliberately in many cases. Otherwise for lack of time? By incompetence? For the sake of ease? Default communication? In any event, he is at fault, therefore, wrong in the courts. He is a loser because his employee is no longer productive. To this double penalty may be added other prejudices that I leave you to imagine …

Une réflexion sur “« BORE-OUT »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s