L’affaire Kron – Alstom

alstom

FR

Vous vous souvenez certainement de la vente de la branche énergie d’Alstom (70 % du groupe) au géant américain General Electric (GE) en 2014, qui avait défrayé la chronique ?

Début avril, Patrick Kron (l’ex-PDG, qui avait conclu l’affaire), a été auditionné à l’Assemblée Nationale par une commission d’enquête « chargée d’examiner les décisions de l’Etat en matière de politique industrielle », l’occasion de revenir sur cette affaire qui cache de nombreuses zones d’ombre (même si sa défense a été validée par les parlementaires).

A l’époque, le sujet est largement débattu dans les médias. Pourquoi céder un fleuron de l’industrie française aux américains ? La presse généraliste et même l’état français (à l’époque, Arnaud Montebourg est ministre de l’Economie) sont plutôt contre l’opération alors que la presse économique est favorable. D’un côté, on dit que Patrick Kron prépare l’avenir de l’entreprise, de l’autre il est comparé à un fossoyeur. De plus, il est accusé d’avoir vendu Alstom pour éviter des poursuites de la justice américaine. En effet, Alstom est condamné à l’époque à une amende de 772 millions de dollars au Trésor américain pour des faits de corruption, cette affaire présentant par ailleurs de gros risques judiciaires à Patrick Kron (à noter que Frédéric Pierucci, un cadre dirigeant du groupe, a été condamné par la justice américaine à trente mois de prison pour des faits qui se sont produits en Indonésie entre 2002 et 2009). Une épée de Damoclès serait au-dessus de la tête du PDG ? Aurait-il subi des pressions pour céder Alstom à GE ? Il a certes redressé le groupe depuis 2003 mais on lui reproche son manque de vision et la situation du groupe en 2014. Il la dépèce depuis et « traite avec l’ennemi » ce qui lui vaut le qualificatif de traître à la patrie. Ce manque de perspectives lui permet de valider la cession mais il est le premier fautif, non ? Loïk Le Floch-Prigent voit un acte « irresponsable » et un « mépris total à l’égard du personnel, des clients, du peuple et de ses représentants ». Arnaud Montebourg le traite aussi de menteur car Patrick Kron a toujours nié tout projet d’alliance.

« Au début de 2015, Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique, dénonce les conditions de vente de l’entreprise Alstom au groupe General Electric (GE) soulignant que contrairement aux promesses d’Arnaud Montebourg, assurant que le secteur nucléaire resterait sous contrôle français, le protocole d’accord approuvé par Emmanuel Macron en novembre et voté par l’assemblée générale, a pour conséquence de placer sous la coupe du groupe américain les turbines produites par Alstom et de cette manière la maintenance des centrales françaises. « Nous avons donc délibérément confié à un groupe américain l’avenir de l’ensemble de notre filière nucléaire… ». Il met en garde également sur le fait que cette vente « donne à GE le monopole de la fourniture de turbines de l’ensemble de notre flotte de guerre ». Il évoque également la vente d’une filiale d’Alstom, Alstom Satellite Tracking Systems, spécialisée dans les systèmes de repérage par satellite, dont les produits équipent l’armée française ainsi que des entreprises du secteur de la défense et de l’espace qui tombe dans le giron de General Electric. Il évoque « la cupidité et l’incompétence de certains dirigeants d’entreprise qui ont fait passer leurs intérêts personnels avant ceux de la collectivité »21.(source wikipedia)

Kron a touché une prime de plus de 4 millions d’euros pour cette vente, faisant passer sa rémunération de 1,2 millions d’euros à 6,6 millions d’euros entre 2010 et 2015. Cupide ? Peut-on dire qu’il fait passer son intérêt personnel avant ceux de la collectivité, il y a certes un raccourci facile, mais il a quitté le groupe en 2016 et Alstom a provisionné 10,5 millions d’euros afin de financer sa « retraite chapeau ». Et GE annoncera la suppression de 6 500 emplois en Europe, dont 765 en France. 😉

Le 9 novembre 2016, le magazine »les échos » annoncent que « Patrick Kron, l’ex-homme fort d’Alstom, prend la tête du fonds de capital-risque Truffle », un nom prédestiné en quelque sorte. Patrick Kron est-il une truffe ? « ex-homme fort » me fait bien rire…

Certes, les politiques ont validé sa défense, ils n’auraient pas pu faire autrement vu que Macron a approuvé « le fameux protocole » mentionné avant…ou comme être partis pris et partis prenantes ! Pour adrienout, les suspicions d’enrichissement personnel au détriment de l’intérêt collectif et de corruptions demeurent réelles…les 4 millions d’euros de primes me restent, hélas, toujours en travers de la gorge…

EN

Do you remember the sale of Alstom’s energy business (70% of the group) to US giant General Electric (GE) in 2014, which hit the headlines?
In early April, Patrick Kron (the former CEO, who had concluded the case), was auditioned to the National Assembly by a commission of inquiry « in charge of examining the decisions of the State in matters of industrial policy « , The opportunity to return to this case that hides many gray areas (even if its defense has been validated by parliamentarians).
At the time, the subject was widely discussed in the media. Why give a jewel of French industry to Americans? The general press and even the French state (at the time, Arnaud Montebourg is Minister of the Economy) are rather against the operation while the economic press is favorable. On the one hand, it is said that Patrick Kron is preparing the future of the company, on the other he is compared to a gravedigger. Moreover, he is accused of having sold Alstom to avoid prosecution of the American justice. Indeed, Alstom is sentenced at the time to a fine of 772 million dollars in the US Treasury for corruption also presenting high risks to Patrick Kron (note that Frédéric Pierucci, a senior executive of the group, has been sentenced by US justice to 30 months in prison for events that occurred in Indonesia between 2002 and 2009). A sword of Damocles is above the head of the CEO? Would he have been pressured to sell Alstom to GE? He has certainly recovered the group since 2003 but he is criticized for his lack of vision and the situation of the group in 2014. He has since dismembered and « deals with the enemy » which earned him the qualifier of traitor to the motherland. This lack of perspectives allows him to validate the assignment but he is the first at fault, right? Loïk Le Floch-Prigent sees an « irresponsible » act and a « total disregard for the staff, the clients, the people and their representatives ». Arnaud Montebourg also treats him as a liar because Patrick Kron has always denied any project of alliance.

« In early 2015, Jean-Michel Quatrepoint, an economic journalist, denounces the conditions of sale of the company Alstom to the General Electric Group (GE) stressing that contrary to the promises of Arnaud Montebourg, ensuring that the nuclear sector would remain under French control , the memorandum of understanding approved by Emmanuel Macron in November and voted by the general meeting, has the effect of placing under the power of the American group turbines produced by Alstom and in this way the maintenance of French power stations. « We have deliberately entrusted to an American group the future of our entire nuclear industry … ». He also warns that the sale « gives GE the monopoly of supplying turbines from our entire fleet. » He also mentioned the sale of an Alstom subsidiary, Alstom Satellite Tracking Systems, specialized in satellite tracking systems, whose products are used by the French army, as well as companies in the defense and space sector. falls into the lap of General Electric. He refers to « the greed and incompetence of some business leaders who put their personal interests above those of the community. » 21. (source wikipedia)
Kron received a premium of more than 4 million euros for this sale, increasing its remuneration from 1.2 million euros to 6.6 million euros between 2010 and 2015. Cupid? Can it be said that he puts his personal interest above those of the community, there is certainly an easy shortcut, but he left the group in 2016 and Alstom has provisioned 10.5 million euros to finance his  » hat retreat. And GE will announce the elimination of 6,500 jobs in Europe, including 765 in France. 😉
On November 9, 2016, the magazine « echoes » announce that « Patrick Kron, the former strongman of Alstom, takes the lead of the venture capital fund Truffle », a name predestined somehow. Is Patrick Kron a truffle? « Ex-strong man » makes me laugh …
Certainly, the policies have validated his defense, they could not have done otherwise since Macron approved « the famous protocol » mentioned before … or as being biased and stakeholders! For adrienout, the suspicions of personal enrichment to the detriment of the collective interest and corruptions remain real … the 4 million euros of premiums remain to me, alas, always across the throat …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s