Adrienout à Rock in Évreux by GHF 2019

FR

Après mon premier Rock in Évreux ( Rock in Évreux 2018 ), me voici prêt à affronter la canicule pour rejoindre l’édition 2019, qui s’annonce, au vu de sa programmation, prometteuse. 🙂
rock in evreux moi

Pour sa troisième édition sous sa nouvelle monture, le festival accueille toujours les visiteurs sur 3 jours. Je n’ai pas assisté à la première journée du vendredi, mais selon la presse locale,  c’était la foule des grands jours pour saluer le retour, sur « leurs terres », de SHAKA PONK (deux de ses membres sont ébroïciens, personnes originaires d’Évreux ). Comme à chaque fois,  ils se sont donnés à fond. Les festivaliers ont ensuite pu danser jusqu’au bout de la nuit sur les sons électro de PURPLE DISCO MACHINE et BOB SINCLAR.

Pour moi et ma partenaire Lili, le festival commence samedi après-midi, sous une chaleur torride. Casquette, lunettes de soleil, crème solaire, petites bouteilles d’eau, ne seront pas de trop ;-).

Nous récupérons les badges et les bracelets à l’accueil presse. Cette année, l’espace presse est au cœur de l’espace partenaires / VIP, à l’arrière plan en face des deux scènes. C’est bien vu, on se sent moins seuls, nous les journalistes :-). On a en outre un accès direct à la fosse. Les structures amovibles en hauteur de l’année dernière ont été remplacées par des tentes, ce qui donne plus de convivialité et de prestige à l’espace. Ce nouvel aménagement est réussi, l’organisation marque un point.

 

Ceux ne sont pas les seules nouveautés puisqu’une aire de jeux (les – 12 ans sont invités au festival) a été aménagée pour les enfants, avec des structures gonflables. De plus,  un nouvel espace village assure une information / prévention auprès des jeunes. Différentes entreprises (assurance, organismes de formation,…) tiennent des stands. Nous y récupérons d’ailleurs gratuitement des bouchons d’oreille. Des boutiques de merchandising sont aussi présentes.  Mention spéciale pour l’espace valorisation / tri sélectif des déchets, où pour obtenir un cadeau, vous devez mettre un déchet dans la bonne poubelle. Initiative sympa et pédagogique.

Le camping pour les festivaliers est situé derrière la zone village et espace partenaires.

Cette année, le festival passe au paiement dématérialisé. Deux solutions :
– créditer un compte CashRock en ligne associé à une carte qui vous sera remise sur le site du festival. Possibilité aussi de prendre la carte directement sur le festival et de la charger en espèces ou en CB. Pour ma part, c’est l’option que j’ai retenue.
– télécharger l’application Lyf Pay et payer directement avec votre mobile.
Ceci a permis une plus grande fluidité au niveau de l’encaissement. En revanche, il a souvent fallu s’armer de patience pour se sustenter aux différents stands de restauration. Pour les boissons, contrairement à l’année dernière où il n’y avait qu’une seule bière proposée, les festivaliers ont eu le choix entre différents types de bières, et même du vin. Encore un bon point pour l’organisation.

Canicule oblige, de nombreux points d’eau ont été mis à disposition, ainsi que des brumisateurs géants, notamment au niveau des deux scènes sur le côté. Pour trouver de l’ombre, les places sont « chères ». On en trouve néanmoins au niveau des régies.
A mon sens, le festival a franchi un cap au niveau de l’organisation, certains points ayant été revus et améliorés par rapport à l’édition précédente.

Passons à la musique maintenant !
3 jours, 7 artistes / groupes par jour, c’est la formule proposée cette année. Au programme, du Rock, du Rap, de la Pop, du Reggae, du Hip Hop et de l’Électro en soirée.

Ce samedi, le public arrive petit à petit. CIZUM ouvre les hostilités avec un son rock-pop-funk. Juliette, la chanteuse, qui a grandi à Evreux, lance un « Pensez à vous hydrater un peu , et pas que de la bière ! », la bonne humeur est là. Je découvre des textes très personnels sur une musique dansante. Un festival se doit de mettre en avant des artistes de la région, et là c’est une belle découverte. La chaleur écrasante fait que le public est néanmoins clairsemé.

 

DIVA FAUNE prend la suite. Le groupe propose une Pop originale très rythmée. Ils la définissent comme de  l’indie-folk influencée par de la pop et de l’électro. DIVA FAUNE sort progressivement le public de sa léthargie caniculaire. Il fait encore chaud et je vais au brumisateur me rafraîchir avant d’aller sur la Grande  Scène écouter BOULEVARD DES AIRS. Les Tarbais mettent l’ambiance en ce début de soirée. Leur signature : des mélodies entraînantes, des textes poignants et une touche moderne électro.
IMG_0214
Puis place au Rock de RAZORLIGHT, un groupe que suit Lili. Elle les a vus lors de leur dernier passage au Bataclan à Paris. De retour sur scène, après des années d’absence, le groupe enchantera le public en terminant son tour de chant avec son tube « America ». Du Rock avec une touche de Pop, je dis oui !

La chaleur s’est enfin estompée. Je me ravitaille avec un bon Fajitas au poulet, accompagné d’une bière bien fraîche. Me voici prêt pour la soirée électro, que tous les jeunes et aussi moins jeunes attendent ! THE AVENER lance le bal. Je le connais bien, je l’avais vu l’année dernière à Longchamp sur Paris. Son set est efficace et le public se réveille enfin. A noter, une séquence avec son guitariste particulièrement bien vue. C’est une tendance de l’électro actuel, convier des musiciens sur scène pour apporter une touche « live » authentique. Il jouera aussi son nouveau single « Beautiful » que j’adore.

 

Le nîmois LEMARQUIS enchaîne ensuite avec un set plus techno. On aime, ou pas. Le public présent répond timidement.

 

Pour finir la journée en beauté,  OFENBACH. Un set bien pensé avec du Depeche Mode, Daft Punk, … sans oublier leur tube « Katchi ». Des effets visuels psychédéliques. Le public est en transe. Il est bientôt 2h30. Il va être temps d’aller se coucher.

Dimanche, en voulant rejoindre le centre ville, nous découvrons par hasard le marché de la Madeleine : un marché populaire assez grand où l’on peut faire quelques bonnes affaires aussi bien pour les vêtements que pour les fruits et légumes.
Nous déjeunons ensuite au centre d’Evreux, à la terrasse du London Pub. J’ai l’impression que la ville est un peu plus animée que l’année dernière, où nous n’avions pas trouvé de quoi nous restaurer. Le centre-ville reste toutefois calme. S’y balader est agréable. De nouveaux aménagements sont en outre prévus.

Retour au festival. On arrive sur le coup des 16 heures. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de monde. Est-ce la chaleur moins oppressante qui a fait venir la foule des Grands Jours ou bien BIGFLO & OLI ? 😉 Le public est plus familial, de nombreux enfants sont présents.

 

WOOD PEAKS, deux ébroïciens, nous offre une entrée en matière bien sympathique. De la Pop / Folk simple mais efficace. Un petit coup de cœur pour ce  groupe qui, je l’espère, arrivera à percer ;-).

 

Puis, un peu d’insolence avec SHELMI et ses paroles bien tranchantes. Un trio qui se définit comme un groupe Pop aux influences Hip-Hop et Rap. Grâce à leur humour, une bonne ambiance s’installe au sein du public.

MNNQNS enchaînera avec son Rock enragé, c’est proche du Hard Rock Metal. Une partie du public se déchaîne, on en prend plein les oreilles. C’est bon, j’ai mes protections auditives !

 

Du Folk ensuite avec TROIS CAFES GOURMANDS. C’est festif, leur énergie est transmise aux festivaliers. De gros ballons circulent au dessus du public. Ils entonneront leur titre phare  » À nos souvenirs », véritable hymne à la vie.

 


Sur la Grande scène, le décor est planté depuis déjà un petit moment. Un panneau « Toulouse »,  une porte avec l’incription « La vie de rêve », un corner avec des canettes et des sandwichs, … Le public attend, avec impatience et une certaine fébrilité, BIGFLO & OLI. Une vidéo est lancée … A l’écran, Drucker, Jamel, Deschamps, Will Smith, … les encouragent pour leur concert et leur prodiguent des conseils. Le public vole en éclats de rire. Au bout de 7 minutes, Bigflo entre enfin sur scène et là, c’est le délire, l’extase. Son frère Oli le rejoindra assez rapidement. C’est une véritable communion avec le public : ça vanne, ça chambre, ça fait chanter, … Le public est survolté, enfants comme adultes. Un hommage sera rendu à leur DJ qui est d’Evreux. Quelle ambiance ! Beaucoup sont venus spécialement ce dimanche pour les voir.

La jeune HOSHI leur succèdera. Sa voie rauque et éraillée en fait sa singularité. Cette passionnée de culture japonaise (Hoshi signifie « étoile » en japonais) distille des chansons à texte.

 


Pour clore le festival, il est maintenant 23h15, place à KUNGS. Un public chaud se dandine sur ses mixes endiablés. C’est du tout bon, de la bonne électro. Il y a encore beaucoup de monde et je savoure cette ambiance. Pour éviter le rush de la sortie, je pars vers minuit rejoindre ma voiture, 1h30 de route m’attende pour rejoindre la région parisienne. Je suis lessivé mais comme dirait certain, c’est de la bonne fatigue.

Les organisateurs ont donné rendez-vous au public les 26, 27 et 28 juin prochains. Je le note déjà dans mon agenda. Rock in Évreux by GHF 2019 est encore une bonne « cuvée » : une organisation bien huilée, des nouveautés appréciables, une bonne ambiance et une programmation musicale au top. Vivement 2020 !

Mes remerciements aux Relations Presse : Marie Bernard de Granit Communication ( granit communication ).

EN

After my first Rock in Evreux (Rock in Evreux 2018), I am ready to face the heat wave to join the 2019 edition, which promises, given its programming, promising. 🙂
For its third edition under its new mount, the festival welcomes visitors for 3 days. I did not attend the first day of Friday, but according to the local press, it was the crowd of the big days to greet the return, on « their lands », of SHAKA PONK (two of its members are Ebroïciens, people originating from Evreux). As always, they gave their all. The festival-goers were then able to dance until the end of the night on the electro sounds of PURPLE DISCO MACHINE and BOB SINCLAR.
For me and my partner Lili, the festival starts Saturday afternoon, under a scorching heat. Cap, sunglasses, sunscreen, small bottles of water, will not be too much ;-).

We collect badges and bracelets at the press reception. This year, the press area is at the heart of the partner / VIP area, in the background opposite the two stages. It is well seen, we feel less alone, we journalists :-). There is also direct access to the pit. Removable structures in height last year have been replaced by tents, which gives more usability and prestige to the space. This new development is successful, the organization marks a point.

These are not the only novelties since a playground (under 12 years are invited to the festival) has been arranged for children, with inflatable structures. In addition, a new village area provides information / prevention to young people. Different companies (insurance, training organizations, …) hold stands. We recover there for free ear plugs. Merchandising shops are also present. Special mention for the waste recycling / sorting area, where to get a gift, you have to put a waste in the right bin. Nice and educational initiative.

The camping for festival-goers is located behind the village area and partner area.

This year, the festival goes to dematerialized payment. Two solutions:
– credit an online CashRock account associated with a card that will be given to you on the festival site. Possibility also to take the card directly on the festival and to charge it in cash or in CB. For my part, this is the option I selected.
– download the Lyf Pay app and pay directly with your mobile.
This allowed a greater fluidity in the cashing. On the other hand, it was often necessary to be armed with patience to eat at the various food stands. For drinks, unlike last year when there was only one beer available, festival-goers had the choice between different types of beer, and even wine. Another good point for the organization.

Heat wave, many water points have been made available, as well as giant foggers, including the two scenes on the side. To find shade, the places are « expensive ». Nevertheless, we find them at the level of the régies.
In my opinion, the festival has reached a milestone in the organization, some points have been reviewed and improved compared to the previous edition.
Let’s move on to music now!
3 days, 7 artists / groups a day, this is the formula proposed this year. On the program, Rock, Rap, Pop, Reggae, Hip Hop and Electro in the evening.

This Saturday, the public arrives little by little. CIZUM opens hostilities with a rock-pop-funk sound. Juliette, the singer, who grew up in Evreux, launches a « Think to hydrate you a little, not just beer! », The good mood is there. I discover very personal texts on a dance music. A festival must highlight artists from the region, and this is a great discovery. The overwhelming heat is that the audience is nevertheless sparse.

DIVA FAUNE takes over. The band offers an original Pop very rhythmic. They define it as indie-folk influenced by pop and electro. DIVA FAUNE is gradually leaving the public with its hilarious lethargy. It’s still hot and I go to the mist to cool off before going on the Grande Scène listen BOULEVARD DES AIRS. Tarbes put the atmosphere in the early evening. Their signature: catchy melodies, poignant lyrics and a modern electro touch.

Then place at Rock RAZORLIGHT, a group that follows Lili. She saw them during their last visit to Bataclan in Paris. Back on stage, after years of absence, the group will enchant the public by finishing their tour of song with its hit « America ». Rock with a touch of Pop, I say yes!

The heat has finally faded. I refuel with a good chicken Fajitas, accompanied by a cold beer. Here I am ready for the electro party, that all young people and also young wait! THE AVENER launches the ball. I knew him well, I had seen him last year in Longchamp sur Paris. His set is effective and the audience finally wakes up. To note, a sequence with his guitarist particularly well seen. This is a trend of the current electro, invite musicians on stage to bring a touch « live » authentic. He will also play his new single « Beautiful » that I love.

LEMARQUIS from Nîmes then goes on with a more techno set. We like, or not. The audience present answers shyly.

To end the day in style, OFENBACH. A well thought out set with Depeche Mode, Daft Punk, … without forgetting their hit « Katchi ». Psychedelic visual effects. The public is in a trance. It is soon 2:30. It’s going to be time to go to bed.

Sunday, by wanting to reach the city center, we discover by chance the market of the Madeleine: a rather large popular market where one can make some good deals as well for the clothes as for the fruits and vegetables.
We have lunch then in the center of Evreux, on the terrace of the London Pub. I feel that the city is a little more lively than last year, where we did not find anything to restore. The city center remains calm. Walking around is nice. New developments are planned.

Back to the festival. We arrive at the stroke of 16 hours. I have the impression that there are many more people. Is it the less oppressive heat that brought the crowd of the Grands Jours or BIGFLO & OLI? 😉 The public is more family, many children are present.

WOOD PEAKS, two ebroïciens, offers us an entry in very nice matter. Simple but effective Pop / Folk. A little heart stroke for this group which, I hope, will break through ;-).

Then, a little insolence with SHELMI and his very sharp words. A trio that defines itself as a Pop band with Hip-Hop and Rap influences. Thanks to their humor, a good atmosphere settles in the public.

MNNQNS will follow with his rabid Rock, it’s close to Hard Rock Metal. Part of the public is unleashed, we take full ears. It’s good, I have my hearing protections !

Folk then with TROIS CAFES GOURMANDS. It’s festive, their energy is transmitted to festival-goers. Big balloons circulate above the public. They will sing their flagship title « À notre souvenirs », a true hymn to life.

On the Big Stage, the stage is set for a little while already. A panel « Toulouse », a door with the incription « The dream life », a corner with cans and sandwiches, … The public is waiting impatiently and a certain excitement, BIGFLO & OLI. A video is launched … On screen, Drucker, Jamel, Deschamps, Will Smith, … encourage them for their concert and give them advice. The public is bursting with laughter. After 7 minutes, Bigflo finally comes on stage and there is delirium, ecstasy. His brother Oli will join him soon enough. It’s a real communion with the public: it’s a valve, it’s room, it makes you sing, … The public is over-excited, children and adults alike. A tribute will be paid to their DJ who is from Evreux. What a mood! Many came specially this Sunday to see them.

The young HOSHI will succeed them. His hoarse and hoarse way makes it unique. This passionate of Japanese culture (Hoshi means « star » in Japanese) distills songs to text.

To close the festival, it is now 23:15, place to KUNGS. A hot audience waddles on his furious mixes. It’s all good, good electro. There are still many people and I enjoy this atmosphere. To avoid the rush of the exit, I leave at midnight to join my car, 1h30 of road waiting for me to reach the Paris region. I’m leached but as some would say, it’s good fatigue.

The organizers made an appointment to the public on June 26th, 27th and 28th. I already note it in my diary. Rock in Évreux by GHF 2019 is still a good « cuvée »: a well-oiled organization, appreciable innovations, a good atmosphere and a musical program at the top. Strongly 2020 !

My thanks to the Press Relations: Marie Bernard de Granit Communication (granit communication).

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s