NEVERS FOR EVER

FR

Deuxième week-end en Bourgogne pour visiter des biens et du même coup faire du tourisme et découvrir la région.

20200801_122831

Partis de Paris, nous avons emprunté l’A5 jusque Sens pour éviter les fameux travaux de Pont sur Yonne (réfection du pont de la ville). Nous arrivons à Corbigny aux alentours de midi. C’est une jolie petite bourgade buccolique aux portes du Parc de Morvan. La commune est traversée par l’Anguison, affluent de l’Yonne. Nous avons déjeuné au Cépage sur une terrasse ombragée, adresse que je vous conseille. Le baba à la fleur de sureau est succulent.

L’après-midi était consacré aux visites de maisons, à Vauclaix, Achun et Mont-et-Marré. Nous avons emprunté de petites routes où l’on peut à peine se croiser, nous rappelant qu’on était bien dans la campagne profonde. 🙂

Nous sommes arrivés sur Nevers en fin d’après-midi. Après avoir récupéré notre appartement/studio (Zenao, 6 bis des Renardats, que je vous recommande, bien situé à une dizaine de minutes du centre-ville à pieds, la chambre est spacieuse, au calme, avec un balcon très agréable ; à noter, le parking privé gratuit), nous avons déambulé dans les rues piétonnes très agréables et bien achalandées de Nevers. Nevers est une ville d’Art et d’Histoire, traversée par la Loire. Vous serez conquis par son patrimoine architecturale. Le lendemain matin, nous avons suivi le fil bleu qui serpente dans les rues pavées pour y découvrir de nombreux hôtels particuliers, la Cathédrale Saint-Cyr-Sainte-Julitte qui est magnifique, le Palais Ducal mon coup de coeur, le théâtre, l’église Saint-Pierre petit bijou d’art italien (qui mériterait toutefois plus d’attention – et de moyens – et une restauration), la Porte médiévale du Croux. En bord de Loire, vous trouverez des guinguettes et l’été, Nevers plage pour se baigner. Personnellement, je trouve que Nevers mérite à être connue. Vous pourrez y passer un bon week-end. Aux alentours, il y a Magny-Cours pour les aficionados de sports mécaniques, mais pas que, car cette ville a aussi des lieux préservées de nature sauvage.

Nous avons repris ensuite la route direction la région parisienne. Nous avons fait la pause déjeuner à Prémery, au Bistrot, le bar restaurant de la fameuse émission « Affaire conclue ». Une cuisine simple dans un cadre façon brocante où vous pourrez chiner quelques objets. Si vous avez le temps, profitez pour visiter Varzy, un village médiéval et aussi surtout Vézelay, où vous prendrez une glace à la maison Pedone. En ces temps de canicule, ce n’est pas de refus. 🙂 Pour notre part, on récupérera l’autoroute au Nord d’Auxerre.

En conclusion, Nevers est une belle découverte. Ce sera l’occasion d’y passer un prochain week-end.

EN

Second weekend in Burgundy to visit goods and at the same time to do tourism and discover the region.

Leaving Paris, we took the A5 to Sens to avoid the famous Pont sur Yonne works (repair of the city bridge). We arrive in Corbigny around noon. It is a pretty little town in the countryside at the gates of the Parc de Morvan. The town is crossed by the Anguison, a tributary of the Yonne. We had lunch at Le Cépage on a shaded terrace, an address that I recommend. The elderflower baba is succulent.

The afternoon was devoted to visits to houses in Vauclaix, Achun and Mont-et-Marré. We took small roads where we can hardly cross, reminding us that we were in the deep countryside. 🙂

We arrived in Nevers at the end of the afternoon. After having collected our apartment / studio (Zenao, 6 bis des Renardats, which I recommend, well located about ten minutes from the city center on foot, the room is spacious, quiet, with a very pleasant balcony; note , free private parking), we strolled through the very pleasant and well-stocked pedestrian streets of Nevers. Nevers is a town of Art and History, crossed by the Loire. You will be won over by its architectural heritage. The next morning, we followed the blue thread that winds through the cobbled streets to discover many mansions, the Saint-Cyr-Sainte-Julitte Cathedral which is magnificent, the Ducal Palace my favorite, the theater, the Saint-Pierre church, a little gem of Italian art (which would however deserve more attention – and resources – and restoration), the medieval Porte du Croux. On the banks of the Loire, you will find taverns and in summer, Nevers beach for swimming. Personally, I think Nevers deserves to be known. You can spend a good weekend there. In the surroundings, there is Magny-Cours for fans of motor sports, but not only, because this city also has unspoiled places of wild nature.

We then took the road back to the Paris region. We had a lunch break at Prémery, at the Bistrot, the bar restaurant of the famous show « Affaire concluded ». A simple kitchen in a flea market where you can find some objects. If you have time, take the opportunity to visit Varzy, a medieval village and also especially Vézelay, where you will have an ice cream at Maison Pedone. In these times of heat wave, there is no refusal. 🙂 For our part, we will recover the motorway north of Auxerre.

In conclusion, Nevers is a great discovery. This will be the opportunity to spend the next weekend there.

La Nièvre – Le Morvan

FR

Après un week-end dans le Nord, direction la Bourgogne. On prendra les petites routes, on n’est pas pressé, on roule en voiture de collection. Apprécions les paysages 🙂

On a beau être un samedi de départ en vacances, en plein mois de juillet, il n’y a pas l’ombre d’un bouchon. Après avoir emprunté la D605 puis la D606, Monterau-Fault-Yonne, Pont-sur-Yonne, défilent sous nos yeux. Malgré une certaine attente dûe aux travaux sur le pont, la route est agréable avec notamment la traversée de Sens, ville où il y ferait bon de s’y arrêter. Pour notre part, on s’arrêtera à Clamecy (après avoir pris la N151 à Auxerre) pour la pause déjeuner.
Clamecy est un joli village médiéval. A l’ombre des ruelles, vous y découvrirez ses maisons à pans de bois, ses enseignes en fer forgé,…et la tour de la collégiale Saint-Martin.

De Clamecy, on rejoindra en une petite heure le village de Moussy, où nous avons fait une halte pour visiter un bien. Oui, on cherche une maison de campagne ! C’est l’objectif du week-end, faire quelques visites et découvrir la région : joindre l’utile à l’agréable 😉

De Moussy, on ira ensuite à Mont-et Marré, pour une seconde visite. L’agent immobilier aura une heure de retard. On discutera en l’attendant avec une personne du village qui habite l’ancien presbystère.

A Mont-et-Marré, on récupérera notre chambre chez Monique et Bert, des hollandais de Utrecht. En Bazois est une chambre d’hôtes, spacieuse avec une terrasse ensoleillée et une vue à en couper le souffle sur la campagne nivernaise. Pas loin, vous pourrez vous balader le long du canal du nivernais, à pieds ou en vélo. C’est la bonne adresse Adrienout ! Testée et recommandée. Rapport qualité-prix défiant toute concurrence.

Après s’être raffraîchis avec une boisson offerte par nos hôtes, nous avons été visités Chatillon-en-Bazois. Village agréable avec son écluse mais relativement mort (une conséquence du Covid ?). On commence à avoir faim. Où trouver un restaurant ? On demande à un habitant, rien d’ouvert dans le village mais un restaurant gastronomique à Alluy, la Grangée. Estimant ne pas être assez sapé pour y rentrer, je passe un coup de fil au restaurant Le Béroalde à Mont-et-Marré pour savoir si on peut y dîner. C’est OK, ouf ! Une belle découverte, un restaurant chaleureux avec une cuisine simple mais goûteuse (mention spéciale pour le riz à l’estragon), qui plus est, situé à 5 minutes à pieds de notre chambre d’hôtes.

Après un bon petit-déjeuner en terrasse, on partira sur Château-Chinon situé dans le parc du Morvan. Ce dimanche sera réservé au tourisme exclusivement. Château-Chinon est bâtie sur le flanc d’une colline ce qui permet d’avoir de beaux panoramas. François Mitterrand, président de la République , en a été le maire. C’est un village avec quelques vestiges du moyen-âge notamment où il y fait bon s’y balader. Pour le point de vue, ne pas oublier de faire le Calvaire avec ses trois croix, ça monte un peu, mais c’est tout à fait gérable. 🙂

Direction ensuite le Lac de Pannecière, un lac artificiel de 520 hectares assez préservé, propice à un tourisme vert. Un endroit paisible pour pique-niquer ou se poser au calme. La route qui longe le lac, est pittoresque et étroite :-). Attention , prudence !

Après une pause fraîcheur à Ouroux-en-Morvan, village médiéval agréable, nous voilà remonter en voiture.
IMG_2270
Si vous cherchez un endroit plus touristique, il faudra vous rendre au Lac des Settons, où là, c’est plus un tourisme de masse, et encore tout est relatif. Le Morvan, c’est pas la Côte d’Azur ! 🙂 Au Lac des Settons, balade en bâteau, tour en pédalo, baignade,… bref, de quoi passer une super journée.
Le Morvan, c’est la Nature et plein d’activités en plein air : cheval, trail, vtt, baignade, randonnée,…

Toute bonne chose ayant une fin, il est temps de regagner nos pénates. On passera par Avallon, situé dans l’Yonne. Là encore une belle découverte. Je vous invite à faire comme nous : déambulez dans le centre ville historique, flânez dans quelques galeries, et dînez à Crep’80 avec une galette top 50 ! Avec ce restaurant trop cool, vous ferez un bond dans les années 80. Rien que le cadre vaut le détour de s’y poser. Mais croyez-moi, les galettes sont aussi extra (mention spéciale à La Besoin de rien, envie de toi »lol)

En conclusion, la Nièvre avec ses villages médiévaux, son Parc naturel du Morvan, forment un territoire plein de contrastes, et avec une vraie identité. A vous, la culture, la nature, le calme mais aussi un tas d’activités en plein air.

EN

After a weekend in the North, head to Burgundy. We will take the small roads, we are in no hurry, we drive in a vintage car. Appreciate the landscapes 🙂

It may be a Saturday of departure for vacation, in the middle of July, there is not a shadow of a traffic jam. After having taken the D605 then the D606, Monterau-Fault-Yonne, Pont-sur-Yonne, pass before our eyes. Despite some waiting due to the work on the bridge, the road is pleasant, especially crossing Sens, a town where it would be good to stop there. For our part, we will stop at Clamecy (after taking the N151 at Auxerre) for the lunch break.
Clamecy is a pretty medieval village. In the shade of the alleys, you will discover its half-timbered houses, its wrought iron signs, … and the tower of the Saint-Martin collegiate church.

From Clamecy, we will reach the village of Moussy in an hour, where we stopped to visit a property. Yes, we are looking for a country house! This is the objective of the weekend, to make a few visits and discover the region: combine the useful with the pleasant 😉

From Moussy, we will then go to Mont-et Marré, for a second visit. The real estate agent will be an hour late. We will discuss while waiting with a person from the village who lives in the old presbystery.

In Mont-et-Marré, we will collect our room from Monique and Bert, Dutch from Utrecht. En Bazois is a spacious guest room with a sunny terrace and a breathtaking view of the Nivernais countryside. Not far away, you can stroll along the Nivernais canal, on foot or by bike. This is the right address, Adrienout! Tested and recommended. Value for money unbeatable.

After being refreshed with a drink offered by our hosts, we were visited Chatillon-en-Bazois. Pleasant village with its lock but relatively dead (a consequence of the Covid?). We’re starting to get hungry. Where can I find a restaurant? We ask a resident, nothing open in the village but a gourmet restaurant in Alluy, la Grangée. Believing that I wasn’t undermined enough to go there, I made a phone call to the restaurant Le Béroalde in Mont-et-Marré to find out if we could dine there. It’s OK, phew! A great discovery, a warm restaurant with simple but tasty cuisine (special mention for the tarragon rice), which is moreover, located 5 minutes walk from our bed and breakfast.

After a good breakfast on the terrace, we will head to Château-Chinon located in the Morvan park. This Sunday will be reserved for tourism exclusively. Château-Chinon is built on the side of a hill which allows you to have beautiful panoramas. François Mitterrand, President of the Republic, was the mayor. It is a village with some vestiges of the Middle Ages in particular where it is good to walk there. For the point of view, do not forget to do Calvary with its three crosses, it goes up a little, but it is quite manageable. 🙂

Then head to Lac de Pannecière, an artificial lake of 520 hectares that is fairly well preserved, conducive to green tourism. A peaceful place to picnic or to rest in peace. The road along the lake is picturesque and narrow :-). Attention, caution!

After a cool break in Ouroux-en-Morvan, a pleasant medieval village, we are back in the car.

If you are looking for a more touristic place, you will have to go to Lac des Settons, where there is more mass tourism, and still everything is relative. The Morvan is not the Côte d’Azur! 🙂 At Lac des Settons, boat trip, pedal boat ride, swimming, … in short, enough to spend a great day.
The Morvan is Nature and plenty of outdoor activities: horseback, trail running, mountain biking, swimming, hiking, …

All good things having an end, it is time to return to our homes. We will go through Avallon, located in Yonne. Here again a great discovery. I invite you to do as we did: stroll through the historic city center, stroll through some galleries, and dine at Crep’80 with a top 50 galette! With this restaurant too cool, you will jump into the 80s. The setting alone is worth the detour to land there. But believe me, the pancakes are also extra (special mention to La Besoin de rien, envy of you « lol)

In conclusion, the Nièvre with its medieval villages, its Morvan Natural Park, form a territory full of contrasts, and with a real identity. Culture, nature and calm are yours, but also a lot of outdoor activities.

Laon – Féron – Chimay – Fourmies

FR

Après 3 mois de confinement, quoi de mieux de vous retrouver en vous proposant une belle escapade en terre avesnoise.

Pour rejoindre Laon, notre première étape, vous emprunterez la Nationale 2. Celle-ci ne passe pas loin de Soissons qu’on ne visiteras pas cette fois-ci (on y a fait une petite pause au retour ; il y a de quoi y passer une journée, je pense). La Nationale 2 est bien roulante avec beaucoup de longues portions de 2 fois 2 voies, de longues lignes droites, autant de raisons de se passer de l’autoroute. Attention, toutefois, il y a quelques radars et traversées de villages.

Avant d’arriver sur Laon, je vous invite à emprunter le Chemin des Dames ou RD 18 CD, célèbre pour ses batailles meurtrières lors de la Première Guerre mondiale. Vous y découvrirez des lieux de mémoire, des grottes, des points d’observations, entre autres. Vous pourrez aussi vous balader dans la forêt de Vauclair ou le long de la voie verte de l’Ailette.

Laon se caractérise par sa ville haute, sa partie historique : ses abbayes, ses remparts, ses portes, sa citadelle, sa chapelle et surtout sa cathédrale avec ses 4 tours, un chef d’oeuvre de l’art gothique (1150-1180) qui en inspira de nombreuses autres comme Reims ou Chartres. Elle n’a pas à rougir de Notre-Dame de Paris par son gigantisme et son style. De belles balades avec des points de vue sur la vallée vous permettront d’apprécier cette partie de Laon. Une belle découverte, pour ma part.

On arrivera sur Féron en fin d’après-midi. Pourquoi faire une pause à Féron, hein ? Parce que « L’école est finie » ! La halte dans cette ancienne école rénovée et aménagée en chambre d’hôtes vaut vraiment le détour. On y ressent l’atmosphère de l’époque, L’école a été restaurée avec beaucoup de goût. Les chambres sont en plus très spacieuses, confortables et bien équipées, avec en plus un espace cuisine et une belle salle à manger / salon à disposition. Sinon, Féron est un ancien village d’éleveurs bovins. Son église fortifiée et ses ateliers d’artistes font son identité. Le soir, on s’est baladé sur Fourmies, situé à quelques kilomètres, ville sympathique avec quelques surprises architecturales. On a dîné d’une flamiche au maroilles d’un producteur local acccompagnée de bonnes bières et on s’est endormi dans notre confortable lit kingsize.

Le lendemain matin, à notre réveil, un succulent petit déjeuner nous attendait. « J’ai la peau du ventre bien tendue ». 🙂 Faut éliminer tout ça. Direction les étangs des moines dans la forêt de Fourmies. Un endroit bien sympahique. Le paradis des randonneurs, des cyclistes VTT aussi. La végétation est luxurinate, j’ai même pu goûter quelques fraises des bois. Il y a aussi une plage pour se baigner, un restaurant, et bien-sûr une baraque à frites. On n’est pas dans le Ch’Nord pour rien. 😉

Après une belle balade, on est parti en direction de Chimay en Belgique. J’adore la Belgique, pourquoi s’en priver surtout que ce n’est qu’à une demi-heure environ de Fourmies.

Chimay est un petit village avec une partie médiévale typique, un château (qui est en cours de restauration), une belle place aussi, le paradis des motards. Après une pause apéro dans une taverne pour boire une Chimay accompagnée de saucissons piquants, on a pris la direction de l’abbaye Notre Dame de Scourmont, située à une dizaine de kilomètres du village. La Chimay est une bière trappiste et ce serait un comble de ne pas se rendre à l’abbaye, lieu où les moines brassent la bière. Une question que vous vous posez certainement, pourquoi les trappistes brassent la bière ? Tout simplement parce qu’ils doivent subvenir à leurs besoins. Cet endroit est un véritable havre de paix, une atmosphère unique, qu’on ressent tout particulièrement dans le cimetière. En repartant, on a fait un arrêt à la boutique qui jouxte l’auberge Chimay de Poteaupré. Vous pourrez y acheter des magnums ou des cuvées spéciales, du fromage de Chimay aussi.

Pour finir le week-end, on a visité le Musée du Textile et la Vie Sociale à Fourmies. Prévoyez dans votre planning la visite guidée si vous voulez voir fonctionner les machines et moult explications. Sachez aussi que le premier week-end de chaque mois, l’entrée est gratuite. Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas y aller. C’est franchement très instructif, vraiment passionnant. J’avais quelques a prioris mais j’ai été très agréablement surpris. Au delà de la technique des machines à tisser, on est plongé aussi dans la vie sociale du début des années 1900. Imaginez des ouvriers travailler 14 heures par jour, sans vacances à l’époque. A noter aussi la reconstitution d’une rue. On y voit notamment une salle de classe avec à l’intérieur des fusils. On préparait les enfants à manier les armes pour les futures guerres, c’était les bataillons scolaires. Vous l’aurez compris, le musée est top.

Sachez qu’il existe également à Trélon, un musée du verre. Bref, vous passerez dans la région un week-end prolongé sans aucun problème, vous ne vous ennuierez pas.
Cerise sur le gâteau, en sortant du musée, il y avait un rassemblement de Citroën Traction, avec de très beaux modèles. J’ai été mis à contribution pour en démarrer une ! 🙂 Un peu de sport, ça ne fait pas de mal. 🙂

En conclusion, la région avesnoise est à découvrir, avec son parc naturel, ses musées, ses villages, sa gastronomie et l’accueil chaleureux des Ch’timis. 😉

EN

After 3 months of confinement, what better way to find yourself by offering you a beautiful getaway in avesnoise land.

To reach Laon, our first step, you will take the Nationale 2. This one does not pass far from Soissons which we will not visit this time (we made a short break on the way back; there is something there spend a day, I think). The Nationale 2 is good with lots of long sections of 2 x 2 lanes, long straight lines, so many reasons to do without the highway. Be careful, however, there are some speed cameras and village crossings.

Before arriving in Laon, I invite you to take the Chemin des Dames or RD 18 CD, famous for its deadly battles during the First World War. You will discover places of memory, caves, observation points, among others. You can also stroll in the Vauclair forest or along the Ailette greenway.

Laon is characterized by its upper town, its historic part: its abbeys, its ramparts, its doors, its citadel, its chapel and especially its cathedral with its 4 towers, a masterpiece of Gothic art (1150-1180) which inspired many others like Reims or Chartres. She should not be ashamed of Notre-Dame de Paris by her gigantism and her style. Beautiful walks with views of the valley will allow you to appreciate this part of Laon. A nice discovery, for my part.

We will arrive in Féron at the end of the afternoon. Why take a break from Féron, huh? Because « School is over »! The stopover in this old school, renovated and converted into a bed and breakfast, is definitely worth a visit. You can feel the atmosphere of the time there. The school has been very tastefully restored. The rooms are also very spacious, comfortable and well equipped, with in addition a kitchen area and a beautiful dining / living room available. Otherwise, Féron is an ancient village of cattle breeders. Its fortified church and artist workshops make its identity. In the evening, we wandered around Fourmies, located a few kilometers away, a pleasant town with some architectural surprises. We had dinner of a flamiche in maroilles from a local producer accompanied by good beers and we fell asleep in our comfortable kingsize bed.

The next morning, when we woke up, a delicious breakfast awaited us. « I have taut stomach skin ». 🙂 We have to eliminate all that. Direction the monks’ ponds in the forest of Fourmies. A very nice place. A paradise for hikers, mountain bikers too. The vegetation is luxurinate, I even got to taste some wild strawberries. There is also a beach for swimming, a restaurant, and of course a fries hut. We are not in Ch’Nord for nothing. 😉

After a nice walk, we left in the direction of Chimay in Belgium. I love Belgium, why deprive yourself of it especially since it is only about half an hour from Fourmies.
Chimay is a small village with a typical medieval part, a castle (which is being restored), a beautiful square too, the bikers paradise. After an aperitif break in a tavern to drink a Chimay accompanied by spicy sausages, we took the direction of the Notre Dame de Scourmont abbey, located about ten kilometers from the village. Chimay is a Trappist beer and it would be a shame not to go to the abbey, where the monks brew beer. A question you are probably asking yourself, why do the Trappists brew beer? Simply because they have to support themselves. This place is a real haven of peace, a unique atmosphere, which you can especially feel in the cemetery. On our way back, we made a stop at the shop which adjoins the Chimay inn in Poteaupré. You can buy magnums or special vintages, Chimay cheese too.

To finish the weekend, we visited the Textile and Social Life Museum in Fourmies. Plan the guided tour in your planning if you want to see the machines working and many explanations. Also note that the first weekend of each month, entry is free. So you no longer have any excuse for not going there. It’s frankly very informative, really exciting. I had some preconceptions but I was very pleasantly surprised. Beyond the technique of weaving machines, we are also immersed in the social life of the early 1900s. Imagine workers working 14 hours a day, without a vacation at the time. Note also the reconstruction of a street. We see in particular a classroom with guns inside. We prepared the children to handle weapons for future wars, it was the school battalions. You will understand, the museum is top.

Note that there is also a glass museum in Trélon. In short, you will spend an extended weekend in the region without any problems, you will not be bored.
Icing on the cake, leaving the museum, there was a gathering of Citroën Traction, with very beautiful models. I was called upon to start one! 🙂 A little sport doesn’t hurt. 🙂

In conclusion, the avesnoise region is to be discovered, with its natural park, its museums, its villages, its gastronomy and the warm welcome of the Ch’timis. 😉

Dijon, Belle Bourguignonne

FR

Située à 1 h 30 en train, 3 h en voiture ou encore 4 h en bus de Paris (j’ai pris cette dernière option car les prix étaient vraiment très avantageux), Dijon est une ville à découvrir. J’ai pu la visiter sur un week-end et c’est réellement une belle surprise.

Avant de partir, je ne connaissais de Dijon que sa moutarde. 🙂

Préfecture du département de la Côte-d’Or, Dijon est aussi le chef lieu de la région Bourgogne-Franche-Comté. Vous serez séduits tout d’abord par son architecture, elle m’a fait penser à Bordeaux avec de beaux bâtiments souvent imposants en pierre de taille, mais aussi à Troyes avec ses maisons à colombage, un mélange réussi. Son patrimoine historique et architectural, elle le doit à son titre de capitale du duché de Bourgogne, ville aux cent clochers, sous l’Ancien Régime.

Le centre-ville de Dijon est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. On peut y flâner au grès d’agréables rues piétonnes, des belles places, donc certaines font penser à de petites places de village comme la place Emile Zola, où j’ai déniché une bonne adresse pour déjeuner, à savoir l’Epicerie et Compagnie.
20200301_143730
Cet établissement propose une cuisine traditionnelle confectionnée avec des produits régionaux. C’est un régal. En plus, la décoration recrée une atmosphère d’après guerre très réussie, l’effet voyage dans le temps est garanti. Vous l’aurez compris, vous apprécierez Dijon aussi pour sa gastronomie : vins de Bourgogne, moutardes aux différentes saveurs, crème de cassis, pain d’épices,… une explosion de saveurs pour vos papilles gustatives. Ne surtout pas oublier de ramener des moutardes et des nonettes Mulot et Petit Jean 😉

Une deuxième bonne adresse est le Chanoine situé dans une petite ruelle un peu cachée donnant sur la Place de la Libération. J’y ai mangé un bœuf bourguignon que je ne suis pas prêt d’oublier. Vous y déjeunerez dans une très belle salle voutée du 17ème siècle, ancien couvent des Jacobines.
20200229_113737
Si vous êtes à Dijon le samedi matin, n’oubliez pas de passer au marché des halles centrales, à l’architecture métallique. J’y ai acheté du jambon persillé, de la tomme de Bourgogne et de la tomme aux graines de fenouil, de bons produits locaux du terroir. 😉 Pour une douceur sucrée, je vous recommande la pâtisserie Pierre Hubert.
20200301_154640
A Dijon, vous y trouverez un très beau musée des Beaux Arts (entrée gratuite). Vous y découvrirez une collection de l’Antiquité au XXème siècle. Pour ceux qui préfèrent l’art contemporain ou moderne, il y a le Consortium. J’y ai découvert l’artiste Farah Atassi et ses œuvres colorées, qui m’ont fait penser à certaines œuvres de Picasso.

Enfin, pour dormir, je vous conseille l’Adagio Aparthotel,  rue de Mulhouse, non loin du centre. L’établissement est récent et bien équipé. Les chambres sont assez spacieuses et le tarif, plutôt raisonnable.

J’espère que je vous ai donné envie d’aller à Dijon. J’ai vraiment apprécié cette ville et vous avez maintenant quelques bonnes adresses à tester. 🙂

EN

Located 1 hour 30 minutes by train, 3 hours by car or 4 hours by bus from Paris (I took this last option because the prices were really very advantageous), Dijon is a city to discover. I was able to visit it over a weekend and it’s really a nice surprise.
Before leaving, I only knew Dijon about its mustard. 🙂

Prefecture of the Côte-d’Or department, Dijon is also the capital of the Bourgogne-Franche-Comté region. You will be seduced first of all by its architecture, it made me think of Bordeaux with beautiful buildings often imposing in freestone, but also in Troyes with its half-timbered houses, a successful mixture. Its historical and architectural heritage, it owes it to its title of capital of the Duchy of Burgundy, a city of a hundred spiers, under the Ancien Régime.
Dijon city center is listed as a UNESCO World Heritage Site. You can stroll through the sandstone pleasant pedestrian streets, beautiful squares, so some are reminiscent of small village squares like Place Emile Zola, where I found a good address for lunch, namely the Grocery and Company .

This establishment offers traditional cuisine made with regional products. It’s a delight. In addition, the decoration recreates a very successful post-war atmosphere, the time travel effect is guaranteed. You will understand, you will also appreciate Dijon for its gastronomy: Burgundy wines, mustards with different flavors, crème de cassis, gingerbread, … an explosion of flavors for your taste buds. Don’t forget to bring mustards and Mulot and Petit Jean nonettes 😉
A second good address is the Chanoine located in a little alley hidden a little overlooking the Place de la Liberation. I ate a beef bourguignon there that I will not soon forget. You will have lunch there in a very beautiful vaulted room from the 17th century, former convent of the Jacobins.
If you are in Dijon on Saturday morning, don’t forget to stop by the central hall market, with its metallic architecture. I bought parsley ham, tomme de Bourgogne and tomme with fennel seeds, good local products from the region. 😉 For a sweet sweetness, I recommend Pierre Hubert pastry.
In Dijon, you will find a very beautiful Museum of Fine Arts (free entry). You will discover a collection from Antiquity to the XXth century. For those who prefer contemporary or modern art, there is the Consortium. I discovered the artist Farah Atassi and his colorful works there, which made me think of certain works by Picasso.

Finally, to sleep, I recommend the Adagio Aparthotel, rue de Mulhouse, not far from the center. The establishment is new and well equipped. The rooms are quite spacious and the price, rather reasonable.
I hope I made you want to go to Dijon. I really enjoyed this city and you now have some good places to test. 🙂

 

 

Aix-en-Provence

 

FR
Sur les traces de Cézanne et de Vasarely, on prendra un Ouigo (départ de Paris Marne-la-Vallée ou de Paris Gare de Lyon) pour arriver en 3 heures à Aix-en-Provence TGV. Vous comprendrez d’ici quelques lignes le pourquoi de cette destination 😉

 

Pour rejoindre le centre de ville d’Aix, un petit coup de bus suffit (si vous comptez faire l’aller-retour, prenez un billet aller-retour pour payer moins cher). Je vous conseille ensuite de passer par l’Office de Tourisme pour prendre un plan de la ville et réserver votre visite de l’Atelier de Cézanne (réservation sur internet aussi possible).
La visite de l’Atelier se réalise par groupe de 30 personnes maxi et à certains horaires, c’est rapidement complet. Préférez une visite guidée, pour en apprendre ainsi un peu plus sur Cézanne. Je ne vous en dis pas plus …mais il y a quelques anecdotes surprenantes.
Rejoignez ensuite à pieds ou en voiture le point de vue sur la montagne Sainte-Victoire ( qui culmine à 1101 m), une source d’inspiration pour notre célèbre peintre. En ville, vous trouverez un circuit pédestre sur les pas de Cézanne (visite en suivant les clous estampillés « C » au sol) qui passe notamment par sa maison natale. Enfin, pour clore le chapitre, l’incontournable Musée Granet (2 sites, le musée et la chapelle) vous permettra de découvrir quelques unes de ses toiles, mais aussi des œuvres de Picasso, Nicolas de Staël, Planque, …

 
Direction ensuite la fondation Vasarely (qui est à l’extérieur de la ville, prendre le bus 02 si vous ne voulez pas marcher 30-45 mns). Après le succès de l’exposition Vasarely qui s’est tenue à Paris, au Centre Pompidou, en début d’année, un passage par sa fondation me semble obligatoire. Vous serez « bluffé » par l’architecture  du bâtiment et amusé par son lac miroir. A l’intérieur, des œuvres monumentales de 8 mètres de hauteur … pas toujours en bon état, hélas. La fondation a été à une époque laissée à l’abandon. On apprend (et on constate) aussi que certaines œuvres ont été vandalisées. D’ailleurs, quelques unes sont en restauration. La fondation vaut vraiment le détour pour les amateurs d’art graphique.
Aix est une ville assez chère en hôtellerie. Vous trouverez  néanmoins des appartements bon marché et bien situés sur Booking. Je vous conseille, par exemple, l’appartement situé rue d’Italie. Bien placé, près de la Cours Mirabeau ; d’ailleurs dans cette même rue, au numéro 45, je vous recommande la boulangerie Jacob’s, une bonne adresse d’Adrienout.
Pour les restaurants également, ce n’est pas vraiment bon marché. Le soir, posez-vous à un bar à tapas, ou allez à Piacere, 4 rue des Bernardines, des produits frais pour un prix défiant toute concurrence.
Le marché du Samedi vous permettra aussi de vous sustenter avec des produits locaux. Je vous invite à tester le Brunch du samedi midi à la Cité du Livre. Dans ce quartier, n’hésitez pas à faire un tour du côté du Pavillon noir, du conservatoire Darius Milhaud et du Grand Théâtre de Provence. C’est le quartier moderne d’Aix situé au Sud-Ouest.

Le centre ville historique est plus que charmant avec ses fontaines, ses églises, sa cathédrale, ses jardins (notamment celui du Pavillon de Vendôme), ses rues escarpées. Il y fait vraiment bon flâner. La ville se fait principalement à pieds. Je n’ai pas eu le temps de profiter des thermes, un institut de bien-être situé à l’emplacement des anciens thermes romain de Sextius. Qui dit thermes, dit Casino, ce dernier est situé à l’extérieur de la ville.
Aix est une ville dynamique, qui mise notamment sur le Tourisme et la Culture. Lors de mon week-end, j’ai ainsi pu profiter des « Rencontres du 9ème Art », festival de bande dessinée et arts associés, avec des expositions un peu partout dans la ville. Certaines sont vraiment extra, en particulier, Haircut Football Club, une parodie sur les joueurs de football de toutes les époques, et celle sur Andy Warhol by Typex.
Aix, j’adore. Une ville historique et moderne, attachante et charmante.
EN
In the footsteps of Cézanne and Vasarely, take a Ouigo (departure from Paris Marne-la-Vallée or Paris Gare de Lyon) to arrive in 3 hours to Aix-en-Provence TGV. You will understand in a few lines the why of this destination 😉
 
To reach the city center of Aix, a small bus ride is enough (if you plan to make the round trip, take a return ticket to pay less). Then I advise you to go through the Tourist Office to take a map of the city and book your visit to the Atelier de Cézanne (booking on the internet also possible).
 
The visit of the Workshop is realized by group of 30 maximum people and at certain times, it is quickly complete. Prefer a guided tour, to learn a little more about Cezanne. I do not tell you more … but there are some surprising anecdotes.
Then walk or drive to the viewpoint of the Sainte-Victoire mountain (which rises to 1101 m), a source of inspiration for our famous painter. In town, you will find a pedestrian circuit in the footsteps of Cézanne (visit following the nails stamped « C » on the ground) which passes through his birthplace. Finally, to close the chapter, the inevitable Museum Granet (2 sites, the museum and the chapel) will allow you to discover some of his paintings, but also works by Picasso, Nicolas de Stael, Planque, …
 
Then go to the Vasarely Foundation (which is outside the city, take bus 02 if you do not want to walk 30-45 mins). After the success of the exhibition Vasarely held in Paris, at the Center Pompidou, at the beginning of the year, a passage through its foundation seems obligatory. You will be « blown away » by the architecture of the building and amused by its mirror lake. Inside, monumental works of 8 meters high … not always in good condition, alas. The foundation was once abandoned. We also learn (and see) that some works have been vandalized. Moreover, some are in restoration. The foundation is definitely worth the detour for graphic art lovers.
 
Aix is ​​a rather expensive city in the hotel industry. Nevertheless you will find cheap apartments and well located on Booking. I recommend for example, the apartment located rue d’Italie. Well placed near Cours Mirabeau; moreover in this same street, at number 45, I recommend Jacob’s bakery, a good address for Adrienout.
 
For restaurants too, it’s not really cheap. In the evening, ask at a tapas bar, or go to Piacere, 4 rue des Bernardines, fresh produce for a price unbeatable.
The market Saturday will also allow you to susten with local products. I invite you to test the Saturday lunchtime brunch at the Cité du Livre. In this district, do not hesitate to visit the Black Pavilion, the Darius Milhaud Conservatory and the Grand Théâtre de Provence. This is the modern district of Aix located in the South West.
 
The historic city center is more than charming with its fountains, churches, cathedral, gardens (including the Pavillon de Vendôme), its steep streets. It is really good to hang out there. The city is mainly on foot. I did not have time to enjoy the thermal baths, a wellness institute located on the site of the ancient Roman baths of Sextius. Who says baths, says Casino, the latter is located outside the city.
 
Aix is ​​a dynamic city, which places particular emphasis on Tourism and Culture. During my week-end, I was able to enjoy the « Rencontres du 9ème Art », a comic strip and related arts festival, with exhibitions all over the city. Some are really great, in particular, Haircut Football Club, a parody on football players of all times, and the one on Andy Warhol by Typex.
 
Aix, I love. A historic and modern city, endearing and charming.

Porto et son charme

 

FR

En cette fin d’automne, je prends la direction de Porto. Cette ville, parfois décriée, m’a été conseillée par des amis. Porto a été déclarée en 2016 patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Porto est une destination abordable :
– billet d’avion à prix raisonnable. Je suis parti avec Transavia ;
– hôtellerie. Réservez sur votre site préféré une « alojamento local », hébergement local, vous serez dans une maison typique en plein centre ville ;
– transfert aéroport – centre ville. En métro, pour 2,6 €, support magnétique compris (que vous garderez pour le retour et autres trajets durant votre séjour).

Prévoyez de bonnes chaussures. Porto est une ville escarpée, beaucoup de rues sont pavées. Un parapluie aussi, le climat est océanique. Durant mon séjour, le temps a été clément, j’ai eu toutefois un peu de pluie fine le dernier jour.

L’un des charmes de Porto réside dans sa gastronomie. Poissons, fruits de mer, vous vous régalerez. Ne passez pas à côté du poulpe cuit au four accompagné de pommes de terre, et de la francesinha, un croque-monsieur bien garni avec saucisse, jambon, escalope et fromage. C’est du costaud :-). Les tripes à la mode de Porto et aussi tous les plats à base de morue. Pour le sucré, vous vous délecterez avec leurs petits gâteaux, pasteis de nata, pao de lo de ovar,…

 

Le centre ville se parcourt très bien à pieds. La visite guidée du Palais de la Bolsa est un incontournable, avec son salon arabe exceptionnel. Mais ce palais a ses secrets …le guide vous l’expliquera. Juste à côté, l’église Sao Francisco de style gothique et ses cryptes mortuaires est aussi très impressionnante. On passe au style roman-baroque avec la cathédrale. Porto regorge de magnifiques églises avec des décors tout en bois et dorées, n’hésitez pas à rentrer, il y aura le plus souvent une belle surprise. Les édifices administratifs comme par exemple la Mairie de Porto et sa belle place, le marché couvert de Bolhao où vous pourrez vous restaurer, sont également des lieux pleins de charme et d’authenticité. Enfin, je vous conseille la librairie Lello pour se replonger dans le monde d’Harry Potter, et la gare avec ses azulejos (mosaïques).

Pour prendre un bon bol d’air, vous pourrez emprunter le tramway d’époque pour vous rendre en bord de mer à Foz do Douro. La mer était un peu agitée quand j’y étais. C’est  l’océan atlantique. C’est là que j’ai mangé du poulpe. L’offre gastronomique est de qualité.

Le soir, vous irez boire un verre dans les bars animés de la Rua da Galieria de Paris et à côté (au Nord Est du quartier historique). Cocktail et Danse, le rendez-vous incontournable de la jeunesse. 🙂

 

Porto, qui est traversé par le Douro, c’est aussi des Ponts. Le plus emblématique est le pont Louis Premier, construit par un élève de Gustave Eiffel, que vous emprunterez par la voie du haut pour la vue. De l’autre côté, c’est Vila de Noia de Gaia et ses chais de Porto. Oui, Porto c’est aussi une boisson. Toutes les grandes maisons sont installées sur le quai. J’ai réservé une visite guidée en français de Burmester, un très bon moment passé, avec dégustation à la fin du parcours. Vous découvrirez que le choix en vin de Porto est beaucoup plus vaste qu’en France (Réserve, LBT et Vintage notamment).

Porto a aussi un côté plus sombre avec des bâtisses qui tombent en ruine, qui dénote avec les restaurants à la mode, bars branchés, boutiques et hôtels design. Contraste aussi avec les échoppes anciennes qui donnent un charme fou à cette ville.

Si vous êtes véhiculés, vous pourrez vous balader dans la vallée du Douro pour y découvrir les magnifiques paysages viticoles.

Adrienout valide Porto. 🙂 Je n’ai pas eu le temps de tout visiter. Je prévois donc une nouvelle excursion pendant l’été.

EN

Porto is an affordable destination:
– reasonably priced airline ticket. I left with Transavia;
– hotel. Book on your favorite site a « local alojamento », local accommodation, you will be in a typical house in the city center;
– airport transfer – city center. By subway, for 2,6 €, magnetic support included (that you will keep for the return and other trips during your stay).

Plan on good shoes. Porto is a steep city, many streets are paved. An umbrella too, the climate is oceanic. During my stay, the weather was mild, however, I had a little fine rain on the last day.

One of the charms of Porto lies in its gastronomy. Fish, seafood, you will enjoy. Do not miss the octopus baked with potatoes, and francesinha, a croque-monsieur well stocked with sausage, ham, schnitzel and cheese. It’s tough :-). The trendy guts of Porto and also all the dishes with cod. For the sweet, you will delight with their cupcakes, pasteis de nata, pao de lo de ovar, …

The city center is very walkable. The guided tour of the Palace of Bolsa is a must, with its exceptional Arabic living room. But this palace has its secrets … the guide will explain it to you. Next door is the Gothic Sao Francisco church and its mortuary crypts. We move to Romanesque-Baroque style with the cathedral. Porto is full of beautiful churches with decorations all wood and gold, do not hesitate to return, there will usually be a nice surprise. Administrative buildings such as the Porto City Hall and its beautiful square, the covered market of Bolhao where you can eat, are also places full of charm and authenticity. Finally, I recommend the bookstore Lello to plunge into the world of Harry Potter, and the station with its azujelos (mosaics).

To take a breath of fresh air, you can take the vintage tram to go to the seafront in Foz do Douro. The sea was a little rough when I was there. It’s the Atlantic Ocean. That’s where I ate octopus. The gastronomic offer is of quality.
In the evening, enjoy a drink in the lively bars of Rua da Galieria in Paris and next door (North East of the historic district). Cocktail and Dance, the unmissable event of youth. 🙂
Porto, which is crossed by the Douro, it is also Bridges. The most emblematic is the Louis Premier bridge, built by a pupil of Gustave Eiffel, which you will take by the way of the top for the sight. On the other side is Vila de Noia de Gaia and its Porto winery. Yes, Porto is also a drink. All the big houses are on the platform. I booked a guided tour in French of Burmester, a very good time spent, with tasting at the end of the course. You will discover that the choice of Port wine is much larger than in France (Reserve, LBT and Vintage in particular).

Porto also has a darker side with ruinous buildings, which denotes with trendy restaurants, trendy bars, boutiques and design hotels. Contrast also with the old stalls that give a charm to this city.

If you are transported, you can walk in the Douro Valley to discover the beautiful wine landscapes.

Adrienout valid Porto. 🙂 I did not have time to visit everything. I plan a new excursion during the summer.

 

 

 

Le Havre, la mal aimée ?

 

FR

Combien de fois ai-je entendu dire que Le Havre, c’était moche ? Il est vrai que l’architecture du centre-ville peut laisser un peu perplexe. C’est rectangulaire, uniforme, en béton. Et pourtant, le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 2005. Il serait donc de bon ton de s’y intéresser de plus près, ce que j’ai fait lors d’une petite escapade. 

Un peu d’histoire pour comprendre l’âme du Havre.
Pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands ont occupé Le Havre à partir du printemps 1940 avec jusqu’à 40000 soldats et l’ont transformée en base militaire stratégique. De nombreux Havrais furent tués ou chassés. Les Alliés, pour récupérer le port, ont dû bombarder Le Havre à maintes reprises.
« Les destructions les plus importantes surviennent les 5 et 6 septembre 1944 « opération Astonia » lorsque les Alliés bombardent le centre-ville et le port pour affaiblir l’occupation nazie. Le bilan des bombardements est lourd : 5 000 morts, 80 000 sans-abris, 150 hectares rasés, 12 500 immeubles détruits. Le centre-ville est réduit en gravats. Le port n’avait plus que quelques sections de quais intactes. 350 épaves gisaient au fond de l’eau ; la rade ainsi que l’estuaire étaient minés. » (wikipedia). Le Havre est une ville martyre, bombardée par les siens.

Au printemps 1945, Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, confie le projet de reconstruction du centre-ville du Havre à Auguste Perret, architecte spécialiste du béton. Il faut reconstruire de façon économique, robuste et rapide. Auguste Perret utilisera la structure poteau-poutre-dalle. L’angle droit et la trame unique (6,24 mètres), la standardisation et la préfabrication, permettront de reconstruire la ville. Celle-ci est bâtie sur les gravats pour une question de praticité. A l’époque, on ne disposait pas des moyens actuels pour déblayer rapidement. La ville sera par conséquent surélevée de 1 mètre. Ce dénivelé se remarque sur la place de l’hôtel de ville, au niveau de la cathédrale ou encore de l’église Saint-Joseph.

 Je vous conseille la visite de l’appartement témoin Perret, un incontournable. C’est l’appartement qui a été présenté aux Havrais en 1948 : la ville ayant été détruite, il a fallu reloger ses habitants. Les nouveaux appartements proposaient un nouvel aménagement intérieur privilégiant le confort (wc et salle de bain dans l’appartement, chauffage collectif à air pulsé,…) et une redistribution de l’espace (une plus petite cuisine positionnée près de la porte d’entrée et un séjour plus grand).

L’architecture bétonnée surprend. La ville est très aérée avec de grandes artères, de larges trottoirs ; Elle a des petits airs de Berlin. De nombreuses pistes cyclables font le bonheur des amateurs de vélo. Arrêtez-vous à l’Hôtel de ville, vraiment monumental. Notre Premier Ministre actuel est d’ailleurs maire du Havre depuis 2010. La cathédrale est quelconque, je dirai. Le volcan, œuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, est assez spectaculaire. Mais pour moi, le must architectural de la ville, est l’église Saint-Joseph, œuvre d’Auguste Perret. Tout en béton, avec une tour de plus de 100 mètres, qui est un véritable puit de lumières, l’église est éclairée par 12 768 verres colorés. J’ai eu la chance de la voir sous le soleil, c’est vraiment ravissant !

Le Bassin du commerce avec son pont illuminé la nuit, ses jets d’eaux le jour.

 

Enfin, dans l’axe de la rue de Paris, sur le quai Southampton, ne pas louper la double arche de conteneurs colorés, l’œuvre phare, moderne, du Havre.

Vous pourrez aussi profiter du MuMa, Musée d’Art Moderne André Malraux. La collection permanente se distingue par une forte concentration d’œuvres impressionnistes : Boudin, Monet, Pissarro,…Et en exposition temporaire, lors de mon passage, les photos de l’artiste danoise Trine Sondergaard. Pour les gourmets, je vous conseille le restaurant du musée ;-). Je m’y suis régalé.

 Pour une pause verdoyante, vous rejoindrez les jardins suspendus et ses serres. Une belle balade vous y attend. Vous y découvrirez un beau point de vue sur la ville.

Pour les férus de la carte bleue, il y a deux centres commerciaux, les Docks Vauban et Coty, que je n’ai pas visités. Pour les « joueurs », un casino.

Je n’ai pas eu le temps de faire la Maison de l’Armateur et le muséum d’Histoire Naturelle. Comme quoi, on ne s’ennuie pas au Havre. D’autant plus, qu’aux alentours, il y a aussi bon nombre de lieux à découvrir : Abbaye de Graville, Montivilliers ou encore Harfleur.

En ce début novembre, j’ai pu admirer un beau coucher de soleil, avec notamment le coucher de soleil sur le front de mer qui se situe à 500 m du centre-ville. C’est très bien aménagé, avec encore des pistes cyclables. La plage est en galets mais vous pouvez vous y baigner ;-). Poussez la balade jusqu’à Sainte-Adresse, un bon bol d’air marin est toujours salutaire…

Que pourrais-je vous dire encore sur cette belle ville ? Il y a le port de plaisance. La ville est bien achalandée, et les bars et restaurants ne manquent pas. Il y en a pour tous les goûts.

Le Havre, c’est aussi une ville universitaire, depuis les années 1980, ce qui lui apporte un certain dynamisme.

Le Havre, c’est en outre l’un des plus grands ports français. J’ai vu passer un paquebot porte-conteneurs impressionnant.

Vous passerez un bon week-end dans cette ville portuaire et balnéaire fort agréable. De Paris, en bus, train ou voiture (comptez entre 2h et 3h30 de trajet). Vous pourrez séjourner au Nomad Hotel près de la gare, un hôtel moderne et connecté (une tablette pilote tous les équipements de la chambre), ou bien vous préférerez le centre-ville, avec un hôtel dans une construction Perret.

Pour conclure, Auguste Perret ne disait-il pas : « « Mon béton est plus beau que la pierre. Je le travaille, je le cisèle, j’en fais une matière qui dépasse en beauté les revêtements les plus précieux. » ?

Après mon week-end passé au Havre, le Havre n’est plus la mal aimée, mais la bien aimée, à qui sait ouvrir sa curiosité.

EN

THE HAVRE, the unloved?

How many times have I heard that Le Havre was ugly? It is true that the architecture of the city center can leave a little perplexed. It’s rectangular, uniform, concrete. And yet, the site is inscribed on UNESCO’s World Heritage list since 2005. It would be a good idea to take a closer look at it, which I did during a small getaway. I also found this port city and seaside very pleasant.

A bit of history to understand the soul of Le Havre.

During the Second World War, the Germans occupied Le Havre from the spring of 1940 with up to 40,000 soldiers and turned it into a strategic military base. Many Havers were killed or hunted. The Allies, to recover the port, had to bomb Le Havre repeatedly. « The most significant destruction occurred on September 5 and 6, 1944 » Operation Astonia « when the Allies bombed the city center and the port to weaken the Nazi occupation. The toll of the bombings is heavy: 5,000 dead, 80,000 homeless, 150 hectares razed, 12,500 buildings destroyed. The city center is reduced to rubble. The harbor had only a few sections of wharves intact. 350 wrecks lay on the bottom of the water; the harbor and the estuary were mined. « (Wikipedia). Le Havre is a martyr city, bombarded by his own.

In the spring of 1945, Raoul Dautry, Minister of Reconstruction and Urbanism, entrusted the reconstruction project of downtown Le Havre to Auguste Perret, architect specializing in concrete. You have to rebuild economically, robustly and quickly. Auguste Perret will use the post-beam-slab structure. The right angle and single frame (6.24 meters), standardization and prefabrication, will rebuild the city. It is built on rubble for a question of practicality. At the time, we did not have the current means to clear quickly. The city will therefore be raised by 1 meter. This difference in altitude can be seen in the town hall square, at the cathedral or at the Saint-Joseph church.

I advise you to visit the apartment witness Perret, a must. This is the apartment that was presented to the Havrais in 1948: the city was destroyed, it was necessary to relocate its inhabitants. The new apartments proposed a new interior design emphasizing comfort (toilet and bathroom in the apartment, collective heating with forced air, …) and a redistribution of space (a smaller kitchen positioned near the entrance door and a larger stay).

Concrete architecture surprises. The city is very airy with large arteries, wide sidewalks; She has some airs of Berlin. Many bike paths make cycling enthusiasts happy. Stop at the City Hall, really monumental. Our current Prime Minister is besides mayor of Le Havre since 2010. The cathedral is any, I will say. The volcano, designed by architect Oscar Niemeyer, is quite spectacular. But for me, the architectural must of the city, is the church Saint-Joseph, work of Auguste Perret. All concrete, with a tower of more than 100 meters, which is a real well of lights, the church is lit by 12 768 colored glasses. I was lucky to see her under the sun, it’s really beautiful !

The Bassin du Commerce with its bridge illuminated at night, its jets of water during the day.

Finally, in the axis of the rue de Paris, on the Southampton quay, do not miss the double arch of colored containers, the flagship, modern work of Le Havre.

You can also enjoy the MuMa, André Malraux Museum of Modern Art. The permanent collection is characterized by a strong concentration of impressionist works: Boudin, Monet, Pissarro, … And in temporary exhibition, during my passage, the photos of the Danish artist Trine Sondergaard. For gourmets, I recommend the restaurant of the museum ;-). I enjoyed it.

For a green break, you will join the hanging gardens and its greenhouses. A nice walk awaits you there. You will discover a beautiful point of view on the city.

For fans of the blue card, there are two shopping centers, Docks Vauban and Coty, which I have not visited. For « players », a casino.

I did not have time to do the House of the Shipowner and the Museum of Natural History. Like what, we do not get bored in Le Havre. Especially, in the neighborhoods, there are also many places to discover: Abbey of Graville, Montivilliers or Harfleur.

In early November, I could admire a beautiful sunset, including the sunset on the seafront which is 500 m from the city center. It is very well laid out, with still bike paths. The beach is pebble but you can swim there ;-). Take a stroll to Sainte-Adresse, a breath of sea air is always good …

What else can I tell you about this beautiful city? There is the marina. The city is well stocked, and bars and restaurants are not lacking. There is something for every taste.
Le Havre is also a university town since the 1980s, which gives it a certain dynamism.
Le Havre is also one of the largest French ports. I saw an impressive container ship passing by.

You will spend a good weekend in this port city and seaside very pleasant. From Paris, by bus, train or car (count between 2h and 3h30 of journey). Guests can stay at the Nomad Hotel near the train station, a modern and connected hotel (a tablet pilot all the amenities of the room), or you will prefer the city center, with a hotel in a Perret building.

To conclude, Auguste Perret did not say: « My concrete is more beautiful than stone. I work it, I carve it, I make it a material that exceeds in beauty the most valuable coatings. « ?

After my weekend spent in Le Havre, Le Havre is no longer the unloved, but the beloved, who knows how to open his curiosity

 

Amiens et ses hortillonnages

 

FR

Amiens, situé à 1h15 de Paris en voiture ou à 1h en train, est à découvrir le temps d’une journée ou d’un week-end, voire plus. 😉

J’y ai passé une journée récemment et j’ai été séduit par cette belle ville picarde, d’où mon petit article.

Amiens, c’est 3 incontournables : les hortillonnages, la cathédrale et le quartier Saint-Leu.

Les hortillonnages sont des jardins maraîchers flottants, créés de toute pièce par l’homme sur un espace de 300 hectares d’anciens marais situés dans un quartier Est d’Amiens. A l’origine, ils avaient pour vocation la culture maraîchère. La terre est en effet riche (sous-sol argileux recouvert de limons et de tourbe déposés par la Somme) et donc favorable aux cultures de légumes et fleurs. Début 1900, c’est plus de 1000 personnes qui y travaillent. Mais, l’essor des cultures industrielles sonneront le début du déclin de cette agriculture artisanale. Aujourd’hui, on ne compte plus qu’une dizaine de petites exploitations. Les hortillons sont devenus plus des jardins d’agréments. La visite des hortillonnages est devenue l’attraction phare de la ville d’Amiens : elle se fait dans une barque électrique avec un guide. Vous parcourez les rieux (noms des canaux en picard). Début Septembre, à 16h00, il y avait une heure quarante-cinq d’attente pour embarquer, une fois le ticket d’entrée acheté (7€). Mais ne vous inquiétez pas, vous avez un film documentaire très intéressant sur l’histoire des hortillonnages pour patienter avant d’embarquer ou sinon vous pouvez vous balader sur le chemin de halage juste à côté, ou encore vous poser dans un bar non loin. 😉 Les hortillonnages sont un véritable havre de paix dans un écrin de verdure. Vous contemplerez de magnifiques jardins fleuris et/ou décorés, vous découvrirez la faune et la flore, et vous apprécierez certainement l’humour du guide. Lol

 

La cathédrale , qui est la plus grande cathédrale gothique de France (elle fait deux fois Notre Dame de Paris mais est deux fois plus petite que celle de Cologne), vous ne pourrez pas la manquer ! Grandiose, magnifique, elle revêt ses habits de lumière à la tombée de la nuit entre mi-juin et mi-septembre ou pendant le marché de Noël (à découvrir). C’est le spectacle Chroma, une belle réussite visuelle. A mon goût, il manque peut-être une petite introduction sur l’histoire de la cathédrale. Mais j’ai appris, en discutant avec l’hôtelier, qu’à la fin du spectacle, un guide est justement présent sur le côté pour vous expliquer l’histoire de cette grande Dame. 

Le quartier Saint-Leu est le quartier pittoresque d’Amiens. Des canaux, des petites ruelles, des ponts, de charmantes maisons colorées feront de votre balade un instant magique. Installez-vous en terrasse au bord de l’eau et profitez du paysage tout en vous délectant d’une bonne ficelle picarde. 

 

Pour boire un verre, le quartier de l’université est plein de bars sympas et du côté de Saint-Leu, vous pourrez aussi profiter d’une bonne bière locale.

Amiens, c’est aussi un parc zoologique, la ville de Jules Verne avec son musée… je n’ai pas eu le temps de le visiter. A faire lors d’un prochain voyage, pour le marché de Noël par exemple ?

EN

Amiens, located 1h15 from Paris by car or 1h by train, is to discover the time of a day or a weekend, or more. ;-)
I spent a day there recently and I was seduced by this beautiful Picardy town, hence my little article.
Amiens is 3 essential: the hortillonnages, the cathedral and the Saint-Leu district.

The hortillonnages are floating vegetable gardens, created from scratch by the man on a space of 300 hectares of old marshes located in an eastern district of Amiens. Originally, they were intended for market gardening. The land is indeed rich (clay subsoil covered with silt and peat deposited by the Somme) and therefore favorable to crops of vegetables and flowers. At the beginning of 1900, more than 1000 people worked there. But the rise of industrial crops will be the beginning of the decline of this small-scale agriculture. Today, there are only about ten small farms. The hortillons have become more amenity gardens. The visit of the hortillonnages has become the flagship attraction of the city of Amiens: it is done in an electric boat with a guide. You browse the rieux (names of the channels in Picard). In early September, at 16:00, there was an hour and forty-five waiting to board, once the ticket purchased (7 €). But do not worry, you have a very interesting documentary film on the history of the hortillonnages to wait before boarding or otherwise you can walk on the towpath next door, or ask you in a bar nearby. 😉 The hortillonnages are a haven of peace in lush greenery. You will see magnificent flower gardens and / or decorated, you will discover the fauna and flora, and you will certainly appreciate the humor of the guide. lol

The cathedral, which is the largest gothic cathedral in France (it is twice Notre Dame de Paris but is twice as small as that of Cologne), you will not miss it! Grand, beautiful, she puts on her clothes of light at nightfall between mid-June and mid-September or during the Christmas market (to discover). This is the Chroma show, a beautiful visual success. For my taste, perhaps a little introduction to the history of the cathedral is missing. But I learned, in discussion with the hotelier, that at the end of the show, a guide is present on the side to explain the story of this great lady.

The Saint-Leu district is the picturesque district of Amiens. Canals, narrow streets, bridges, charming colorful houses will make your stroll a magical moment. Sit on the terrace at the edge of the water and enjoy the scenery while enjoying a good Picardy string.

For a drink, the university district is full of cool bars and the side of Saint-Leu, you can also enjoy a good local beer.
Amiens, it is also a zoological park, the city of Jules Verne with its museum … I did not have the time to visit it. To do on a future trip, for the Christmas market for example?

 

2 JOURS A COPENHAGUE

FR

J’ai toujours voulu aller visiter un pays scandinave mais on m’a souvent rétorqué que c’était cher.

Eh bien cette année, je décide d’y aller. Je jugerai ainsi par moi-même ;-).

TRANSPORT

Pour avoir des journées longues, du beau temps et de bons tarifs d’avion, je pars en Mai. Je pose deux jours de congés pour un séjour s’étalant du jeudi au samedi. Avec Easyjet, j’arrive à avoir l’aller-retour à 54,95 €, un très bon prix ! Regardez 3 mois à l’avance. 

Pour le transfert Aéroport <-> Centre-ville, il y a soit le métro soit le train, que vous prenez au Terminal 3. J’ai pris le train, qui dépose à la gare centrale, non loin de mon hôtel. Comptez 10-15 minutes et 36  DKK (environ 4,8€) pour les 2 modes de transport. Il y a des distributeurs de tickets à l’aéroport avec du personnel si besoin pour vous aider.

Pour visiter Copenhague, pas besoin de prendre les transports, tout se fait à pieds, la ville n’est pas si étendue que ça. Vous trouverez gratuitement des plans de la ville à l’aéroport (il en existe des différents, prenez-les tous). Des plans sont aussi disponibles à l’office du Tourisme (il y a deux offices de tourisme, un à la gare centrale et un plus grand, à côté de celle-ci)

Astuce : de l’aéroport, vous pouvez prendre un train pour environ 10 € pour aller en Suède, à Malmö. Je n’avais pas le temps de le faire mais  pour une prochaine fois, pourquoi pas.

LOGEMENT

Pour le logement, je choisis sur booking un hôtel et là j’ai fait la grimace ! Je m’en suis tiré pour environ 100 € la (petite) chambre pour une nuit. Ce sera au Cabinn City Hotel Copenhagen, un hôtel très bien situé près de Tivoli.  Avant de réserver la chambre sur booking, allez directement sur le site de l’hôtel. On ne sait jamais, vous aurez peut-être un meilleur tarif. Pour l’anecdote, quand j’ai pris la chambre, l’hôtelier m’a demandé si je voulais un lit double. Etant accompagné de ma copine, j’ai dit « oui » et j’ai été surclassé avec une chambre plus grande. J’étais côté cours, donc au calme. Le seul bémol, pas de climatisation et il faisait un peu chaud dans la chambre.

PAIEMENT

Copenhague est en zone euro mais n’utilise pas l’euro comme monnaie. Donc, avant de partir, je vous conseille d’acheter des couronnes danoises (DKK) surtout si votre banque vous prélève des frais importants de change (ça peut aller parfois jusqu’à 3%). A Copenhague, on achète beaucoup avec la CB, et même le mobile (mobil pay). Mais le liquide est accepté partout sauf à quelques exceptions près. Pour ma part, j’ai été coincé dans une zone de Street Food (Copenhague Street Food Market) où aucun commerçant n’acceptait l’argent liquide.

METEO

Copenhague est au Nord, souvent brumeux, pluvieux. En mai, le temps est en général clément. Prévoir une petite laine pour les balades en soirée et un parapluie aussi. Pour mon séjour, j’ai eu du grand beau temps. Le dernier jour, j’ai juste eu une averse, 20 mns avant de partir.

Après les détails pratiques, la visite.

Des incontournables, des lieux décalés, des insolites…

Je commence par la rue commerçante principale Strøget, un must pour vous plonger de suite dans l’ambiance scandinave : des restaurants, des magasins de vêtements, des grands magasins design comme Illuls Bolighus, Hay, ou encore Royal Copenhagen pour la vaisselle royale,… (ils sont au même endroit, vers la fin de la rue, sur une place), Flying Tiger Copenhagen pour tous les gadgets fun, et bien-sûr de belles boutiques LEGO avec des figurines grandeur nature ou autres montages.

En poursuivant cette rue jusqu’au bout, vous tomberez sur Nyhavn, la carte postale de Copenhague. C’est l’endroit le plus touristique. Des maisons colorées, des bateaux. Le bon plan d’adrienout 😉 : vers les 3 / 4 de la rue, de l’autre côté des restaurants, se trouve une petite épicerie où vous pouvez acheter de la bière et des gâteaux apéritifs. Vous faites quelques courses pour l’apéro et ensuite vous vous installez sur la péniche (une péniche noire qui ne sert plus trop ). Il y a aussi souvent quelques locaux dessus, vous aurez peut-être la chance de discuter avec une belle danoise ou un beau danois, et vous aurez la vue sur les maisons colorées avec le recul idéal pour les apprécier. Attention à ne pas tomber dans l’eau lol. De Nyhavn, vous pourrez faire des petites croisières.

En continuant, vous apercevrez l’Opéra moderne, vous devrez traverser 5 ponts pour vous y rendre ! Avant votre départ, allez sur le site de l’opéra, il y a assez régulièrement des spectacles gratuits. J’en avais repéré un pour le vendredi midi mais faute de temps je n’ai pas pu m’y rendre, j’ai préféré visiter la ville.

IMG_0572

Après s’être promené du côté de l’Opéra, je vous conseille de vous balader dans Christiana, le quartier alternatif de Copenhague. Photos interdites, pas de voitures. Vous ressentez dès l’entrée que vous entrez dans un autre univers. Un quartier qui s’auto-gère. De grandes bâtisses style anciennes usines sont investies par des personnes qui ont choisi de vivre autrement, un peu à la mode « hippie » si on devait trouver un comparatif le plus proche. De petites maisons. Du Street Art. Des sculptures. De petites buvettes et restaurants. On est vraiment dans un monde à part, où les drogues douces sont acceptées, mais pas les drogues dures.

On passe à Christianshavn ensuite. Très mignon avec ces petits airs d’Amsterdam. Ne loupez pas le pont « circulaire » Cirkel-broen d’où vous aurez une très belle vue sur des bâtiments futuristes comme le Black Diamond. Vous aurez aussi peut-être la chance de voir, sur les quais, des groupes faisant de la gymnastique ou du Yoga.

Dans l’hyper-centre, il y a les bâtiments et/ou lieux incontournables :

          Tivoli Gardens, un parc d’attraction. L’entrée est à environ 15€, juste pour l’accès sans les attractions ce qui fait, à mon goût, un peu cher. Vous paierez ensuite pour chaque manège ( comptez 10 € en moyenne) à moins que vous achetiez un pass. Mon conseil : Y passer une bonne demi-journée et faire toutes les attractions (il y a de beaux manèges à sensations). Tous les renseignements : Tivoli

          The Round Tower pour le point de vue

          Christiansborg Palace,

          City Hall,

          Holmens Kirke,

          The national Museum of Denmark,…..

Je passe rapidement sur l’hyper-centre car j’y ai seulement flâné, je n’ai pas eu le temps de faire de visites car je voulais explorer aussi les autres quartiers.

Les quartiers périphériques Vesterbro, Carlsberg, Frederiksberg, Norrebro, Osterbro, Kastellet peuvent être parcourus sur une journée (on va du Nord-Ouest vers le Sud-Est). Ils sont plus authentiques et on y ressent davantage le mode de vie scandinave.

J’ai pris mon petit-déjeuner en terrasse au Carlton (rien à voir avec la grande chaîne d’hôtel mais un lieu avec une décoration intérieure très stylée) à Vesterbro, un quartier où vous pourrez manger à prix raisonnable. Pour une quinzaine d’euros, on a eu un bon petit déjeuner copieux ! Finalement, dès que vous quittez les coins touristiques, la vie est souvent bien meilleur marché et moins chère qu’à Paris (exemple : des pizzas dans un restaurant italien à partir de 65 DKK soit moins de 10 €), comme quoi il ne faut pas toujours se fier aux apparences ;-).  A noter la présence d’un grand mur d’escalade à l’Est du quartier. Dans Vestebro, c’est très vert ; dans la rue principale, il y a une allée centrale avec des pelouses, des jeux, des bancs, parfois des terrasses d’espace de co-working.

Après Vesterbro, le quartier Carlsberg qui est en pleine reconstruction. On y voit d’anciennes cuves, les fameuses et majestueuses portes avec les éléphants, le building Carlsberg. C’est assez bétonné toutefois donc direction Frederiksberg et son magnifique parc. Vous serez surpris par le calme du lieu. Même avec un grand soleil, l’endroit n’est pas surpeuplé comme on peut le voir dans les parcs parisiens. J’ai beaucoup apprécié ce moment de zen attitude. C’est fleuri, les pelouses sont bien entretenues, les bâtiments harmonieux. Et si vous voulez taper dans la petite balle jaune, il y a des courts de tennis en terre battue.

On remonte sur Norrebro, on contemple l’architecture danoise, de grandes batisses au design assez simple et des façades bi-tri colores, le bas en bleu, le haut en rose par exemple, ça rend bien. On peint les maisons car il n’y a pas beaucoup de soleil en automne – hivers ? A Norrebro, ne pas louper le  « Assistens Cemetery », une curiosité de Copenhague. Il s’agit d’un ravissant parc et cimetière. Les danois font leur footing à côté des tombes, y pic-niquent, bronzent,… Une atmosphère étrange. Un lieu inimaginable en France.

Le vélo est roi à Copenhague, le vrai vélo, pas le vélo électrique. On fait du sport et pas semblant. De larges bandes cyclables sillonnent toute la ville. Au feu, vous verrez parfois de petits bouchons de vélo, oui, oui, jusqu’à cinquante cyclistes peuvent attendre…il y a aussi beaucoup de tri-cycles, charettes, c’est vraiment dépaysant. Pour le déjeuner, je vous conseille les traiteurs qui proposent les smørrebrød sur place ou à emporter. « Il s’agit d’un sandwich ouvert avec du pain noir de seigle beurré sur lequel on dispose du pålæg (la garniture) tels des harengs marinés dans différentes sauces et avec de la crème, anguille fumée, oignons rouges, frikadeller, œufs, charcuterie. » C’est frais, souvent agrémenté de graines germées, d’herbes aromatiques, excellent et bon marché. Je vous recommande le lieu où j’ai déjeuné : Birthe’s smorrebrodbirthessmorrebrod j’y ai vu beaucoup de locaux prendre « à emporter », un gage de qualité.

J’ai passé rapidement Osterbro pour repiquer sur le jardin botannique et ses serres. Malheureusement, elles étaient fermées pour travaux. Là encore, très joli parc avec un lac. L’atmosphère y est tranquille et non surpeuplée. Encore une fois, Copenhague vous surprendra par sa densité de population, qui n’a rien à voir avec Paris. Il y a de l’espace. On n’est pas les uns sur les autres.

On finit par le Kastellet au Sud-Est, un véritable havre de paix, une ancienne citadelle avec des  bâtisses jaunes et rouges, et une colline style chemin de ronde avec vue sur le port. Endroit idéal pour prendre l’apéro J. Pour nous, ce fut bière, smoothie et rosbeef. Dans les superettes, à ne pas manquer les shots de vitamines, les danois sont très friands de ces petites boissons pleines de bonnes choses (propolis,…)

On se dirige ensuite vers la fameuse sirène. Si vous passez par le Nord, vous verrez une première sirène sur le quai, plus imposante et plus voluptueuse lol. Quand ensuite, je suis descendu vers la sirène la vraie, j’ai été surpris de voir qu’une grande partie de la végétation était recouverte de fils comme de la toile d’araignée, même certains bancs étaient colonnisés, je me suis demandé ce que c’était…une maladie ? en tout cas, c’est assez monstrueux et répugnant. J’ai fait mon selfie avec la sirène. De l’autre côté de la rive, vous verrez une zone de Street Food que vous pouvez accéder en navettes fluviales.

A Copenhague, vous trouverez même une plage, accessible en métro, station « Amager Strand ». A découvrir lors d’un prochain séjour !

Dans l’avion, à l’aller comme au retour, regardez par le hublot : le paysage côtier est assez extraordinaire, vous verrez même des champs maritimes d’éoliennes. Au Danemark, l’énergie propre est beaucoup plus développée qu’en France.

En résumé, une super escapade à Copenhague.

L’hôtellerie est chère, c’est vrai mais sinon pour la nourriture, il y a moyen de s’en sortir sans trop dépenser.

La ville est propre. On n’y est pas oppressé par la population comme à Paris.

Il y fait bon vivre en général.

Adrienout valide et recommande CPH (Copenhague).

EN

I always wanted to visit a Scandinavian country but I was often told that it was expensive.
Well this year, I decide to go. I will judge for myself ;-).


TRANSPORT
To have long days, good weather and good air fares, I leave in May. I have two days off for a stay from Thursday to Saturday. With Easyjet, I can get the return ticket for € 54.95, a very good price! Look 3 months in advance.
For the airport transfer <-> Downtown, there is either the metro or the train, which you take at Terminal 3. I took the train, which drops off at the central station, not far from my hotel. Allow 10-15 minutes and 36 DKK (about € 4.8) for both modes of transport. There are ticket machines at the airport with staff if needed to help you.
To visit Copenhagen, no need to take the transport, everything is done on foot, the city is not so extensive as that. You will find free maps of the city at the airport (there are different ones, take them all). Maps are also available at the tourist office (there are two tourist offices, one at the central station and a bigger one, next to it)
Tip: from the airport you can take a train for around € 10 to go to Sweden, in Malmö. I did not have time to do it but for next time, why not.


HOUSING
For accommodation, I choose on booking a hotel and there I made the face! I got around for about $ 100 a (small) room for one night. This will be at the Cabinn City Hotel Copenhagen, a great location near Tivoli. Before booking the room on booking, go directly to the hotel website. You never know, you may have a better rate. For the anecdote, when I checked in, the hotel manager asked me if I wanted a double bed. Being accompanied by my girlfriend, I said « yes » and I was upgraded to a bigger room. I was side course, so quiet. Only downside, no air conditioning and it was a little hot in the room.


PAYMENT

Copenhagen is in the euro zone but does not use the euro as currency. So, before leaving, I advise you to buy Danish crowns (DKK) especially if your bank charges you a large exchange fee (sometimes up to 3%). In Copenhagen, we buy a lot with the CB, and even the mobile (mobil pay). But the liquid is accepted everywhere except for a few exceptions. For my part, I was stuck in an area of ​​Street Food (Copenhagen Street Food Market) where no merchant accepted cash.


WEATHER
Copenhagen is in the North, often foggy, rainy. In May, the weather is generally mild. Provide a little wool for evening walks and an umbrella too. For my stay, I had great weather. On the last day, I just had a shower, 20 minutes before leaving.


After the practical details, visit.


Must-sees, quirky places, unusual …
I start with the main shopping street Strøget, a must to dive right into the Scandinavian atmosphere: restaurants, clothing stores, designer department stores like Illuls Bolighus, Hay, Royal Copenhagen for the royal dishes, … (They are in the same place, towards the end of the street, on a square), Flying Tiger Copenhagen for all fun gadgets, and of course nice LEGO shops with life-size figures or other fixtures.
Continuing this street to the end, you will come across Nyhavn, the postcard of Copenhagen. This is the most touristy place. Colorful houses, boats. The good plan adrienout ;-): to 3/4 of the street, on the other side of the restaurants, is a small grocery store where you can buy beer and cakes appetizers. You do some shopping for the aperitif and then you settle on the houseboat (a black barge that is not used too much). There are also a few locals on it, you may have the chance to chat with a beautiful danish or a beautiful danish, and you will have the view of the colorful houses with the perfect perspective to appreciate them. Be careful not to fall into the water lol. From Nyhavn you can go on small cruises.

Continuing, you will see the modern Opera, you will cross 5 bridges to get there! Before you leave, go to the opera site, there are fairly regular free shows. I had spotted one for Friday noon but for lack of time I could not go there, I preferred to visit the city.
After walking around the Opera, I advise you to walk in Christiana, the alternative neighborhood of Copenhagen. No photos, no cars. You feel as soon as you enter that you enter another universe. A neighborhood that self-manages. Large old style factories are invested by people who have chosen to live differently, a little « hippie » fashion if we had to find a comparative closest. Small houses. Street Art. Sculptures. Small refreshments and restaurants. We are really in a world apart, where soft drugs are accepted, but not hard drugs.
We go to Christianshavn then. Very cute with these little airs of Amsterdam. Do not miss Cirkel-broen’s circular bridge from where you’ll have a great view of futuristic buildings like the Black Diamond. You may also have the chance to see groups on the docks doing gymnastics or Yoga.

In the hyper-center, there are buildings and / or places you can not miss:
Tivoli Gardens, an amusement park. The entrance is about 15 €, just for access without the attractions which makes, for my taste, a bit expensive. You will then pay for each ride (count € 10 on average) unless you buy a pass. My advice: spend a good half day and do all the attractions (there are beautiful rides sensations). All information: Tivoli
– The Round Tower for the point of view
– Christiansborg Palace,
– City Hall,
– Holmens Kirke,
– The National Museum of Denmark, …


I go quickly on the hyper-center because I only wandered there, I did not have time to make visits because I wanted to explore also other neighborhoods.
The Vesterbro, Carlsberg, Frederiksberg, Norrebro, Osterbro and Kastellet outlying districts can be visited on a day trip (from North-West to South-East). They are more authentic and there is more of a Scandinavian way of life.
I had breakfast on the terrace at the Carlton (nothing to do with the big chain hotel but a place with a very stylish interior) in Vesterbro, a neighborhood where you can eat reasonably priced. For a fortnight, we had a good breakfast! Finally, as soon as you leave the tourist areas, life is often much cheaper and cheaper than in Paris (example: pizza in an Italian restaurant from 65 DKK or less than 10 €), as what should not not always rely on appearances ;-). Note the presence of a large climbing wall east of the neighborhood. In Vestebro, it is very green; in the main street, there is a central alley with lawns, games, benches, sometimes terraces of co-working space.

After Vesterbro, the Carlsberg district is in full reconstruction. There are old vats, the famous and majestic doors with elephants, the Carlsberg building. It is quite concrete however direction Frederiksberg and its beautiful park. You will be surprised by the calm of the place. Even with a great sun, the place is not overpopulated as can be seen in Parisian parks. I really enjoyed this moment of zen attitude. It’s flowery, the lawns are well maintained, the buildings harmonious. And if you want to hit the yellow ball, there are clay tennis courts.
We go back to Norrebro, we contemplate the Danish architecture, large buildings with a fairly simple design and colorful bi-tri facades, the bottom in blue, the top in pink for example, it looks good. We paint the houses because there is not much sun in autumn – winters? In Norrebro, do not miss the « Assistens Cemetery« , a curiosity of Copenhagen. This is a lovely park and cemetery. The Danes make their jogging next to the tombs, picnick, tan, … A strange atmosphere. A place unimaginable in France.

The bike is king in Copenhagen, the real bike, not the electric bike. We play sports and not pretend. Large bike lanes crisscross the city. At the traffic lights, you will sometimes see small bike caps, yes, yes, up to fifty cyclists can wait … there are also a lot of tri-cycles, charettes, it’s really exotic. For lunch, I recommend caterers who offer smørrebrød on the spot or to take away. « This is an open sandwich with buttered black rye bread on which we have pålæg (garnish) such as herrings marinated in different sauces and with cream, smoked eel, red onions, frikadeller, eggs, delicatessen. It’s fresh, often with sprouted seeds, aromatic herbs, excellent and cheap. I recommend the place where I had lunch: Birthe’s smorrebrod, birthessmorrebrod I saw many locals take « take away », a pledge of quality.
I quickly passed Osterbro to transplant on the botany garden and its greenhouses. Unfortunately, they were closed for work. Again, very nice park with a lake. The atmosphere is quiet and not overpopulated. Once again, Copenhagen will surprise you with its population density, which has nothing to do with Paris. There is space. We are not on each other.
We end with the Kastellet in the South-East, a real haven of peace, an old citadel with yellow and red buildings, and a hill style walkway overlooking the harbor. Ideal place to take the aperitif J. For us, it was beer, smoothie and rosbeef. In the supermarket, do not miss the shots of vitamins, the Danes are very fond of these little drinks full of good things (propolis, …)
Then we go to the famous siren. If you go through the North, you will see a first mermaid on the dock, more imposing and more voluptuous lol. When then I went down to the real siren, I was surprised to see that a lot of the vegetation was covered with threads like spider web, even some of the benches were colonned, I wondered what that it was … an illness? in any case, it’s pretty monstrous and disgusting. I made my selfie with the siren. On the other side of the bank, you will see a Street Food Zone that you can access by river shuttles.
In Copenhagen, you will even find a beach, accessible by metro, station « Amager Strand« . To discover during a next stay!

On the plane, to go back and forth, look through the porthole: the coastal landscape is quite extraordinary, you will even see wind turbine fields. In Denmark, clean energy is much more developed than in France.

In summary, a great getaway in Copenhagen.
The hotel is expensive, it’s true but otherwise for food, there is a way out without spending too much.
The city is clean. It is not oppressed by the population as in Paris.
It is good to live in general.
Adrienout validates and recommends CPH (Copenhagen).

 

 

Gand ou Gent, la médiévale branchée

FR

J’ai découvert Gand lors d’un après-midi. J’y suis allé en voiture avec mon père et ma compagne. Gand est desservie par l’autoroute, c’est facile d’accès et n’oubliez pas, pas de péage en Belgique. Pour se garer, ne visez pas le centre-ville, mais garez-vous à la périphérie, ce sera plus facile et gratuit. Un peu de marche, ça ne fait pas de mal, surtout que Gand se visite à pieds. De cette ville, on a tous les trois ressenti de très bonnes ondes. Il Faudra que je m’y programme un week-end complet.
Gand est une ville portuaire du nord-ouest de la Belgique, traversée par la Lys et l’Escaut. Qui dit eau, dit canaux, et Gand en a des canaux ce qui lui donne un air d’Amsterdam-Venise, une invitation à des balades bucoliques et romantiques pour un agréable week-end d’évasion.
Gand est médiévale mais également moderne. C’est cette particularité qui fait à mon sens son charme.
Le château des Comtes, situé en plein centre-ville, donne le ton. Faute de temps, je n’ai pas pu le visiter. Mais imaginez-vous un château fort en plein milieu d’une ville. Le décor est planté ! Cette forteresse du 12e siècle est le symbole historique de Gand. Visite conseillée pour s’imprégner de l’atmosphère de l’époque, au programme : le corps de garde, les remparts, le donjon, la résidence des comtes et les écuries.
Le beffroi vaut aussi le détour, surtout pour sa vue panoramique. Il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Vous l’escaladez par les marches (attention l’escalier est exigu) ou prenez l’ascenseur à partir du premier étage. Pour ma part, j’ai pris l’ascenseur pour monter mais je suis redescendu par les marches. On peut à peine se croiser dans cet escalier…les rires seront au rendez-vous à la moindre rencontre. Vous entendrez son carillon avec un peu de chance. A visiter aussi l’ancien béguinage Sainte-Elisabeth, véritable village intégré dans la ville avec son église orthodoxe décorée, intérieurement de fresques peintes à la façon byzantine (quelle culture ! ;-)) et extérieurement de mosaïques. La Cathédrale Saint-Bavon est à positionner aussi dans votre citytrip, caractérisée par son style roman et gothique, symbole de l’histoire contradictoire de la ville de Gand. Sans oublier les musées, d’art ancien (psychiatrie, passé industriel de la ville,…) et d’art contemporain-moderne, le S.M.A.K notamment avec ses expositions de premier plan. A faire absolument lors d’un futur week-end ;-).
La modernité de la ville s’incarne dans la Werrengarenstraatje, la « ruelle aux graffitis », véritable lieu d’expression pour les street-artistes. De vieilles bâtisses côtoient des bâtiments plus actuels, transportant le voyageur à travers les époques. Gand est aussi une ville très dynamique : le festival de la lumière organisé tous les 3 ans vous éblouira. Lors de mon passage en mai se tenait le festival des food trucks, permettant de découvrir la street food conviviale et gustative. J’aime bien les voitures et je me suis régalé aussi avec les camions qui, pour certains, étaient de véritables pièces de musées.
« Le centre artistique Vooruit, qui comprend un café art déco, est, depuis 100 ans, un monument en soi et propose un vaste programme d’arts du spectacle et de musique. » Depuis 2009, Gand est « ville créative de musique », distinction honorifique décernée par l’UNESCO. « La scène musicale gantoise est riche et diverse. Gand est une authentique ville de festivals, dont plusieurs sont de niveau international. À l’image des dix jours des Fêtes de Gand en juillet. Du prestigieux Festival de Flandre Gand, l’un des plus grands festivals de musique classique en Europe. Du Gent Jazz Festival, qui propose un incroyable répertoire de musiciens internationaux tout en laissant la place à une déferlante de jeunes talents. Mais aussi du Festival international du film de Gand, le seul au monde à faire la part belle à la musique de film. Et Gand accueille également le siège de l’European Festival Association et celui de l’association des festivals de musique en Flandre. » A Gand, on ne s’ennuiera pas musicalement. Musique classique, Jazz, musique électronique. Je suppose en outre qu’il doit y avoir de bonnes boites ;-).
Vous êtes gourmands ? Gand ravira aussi vos papilles avec une multitude de bons restaurants, végétariens, gastronomiques, spécialités locales, et de bonnes bières, je vous conseille la Saint-Augustin que j’ai dégustée dans un bar avec vue sur le château des Comtes.
En Belgique, il n’y a pas que Bruxelles ou Bruges, il faut aussi compter sur Gand, à découvrir le temps d’un week-end.
« Gand me va comme un gant ! ».
https://visit.gent.be/fr

EN
I discovered Ghent during an afternoon. I drove there with my father and my partner. Ghent is served by the motorway, it’s easy to access and do not forget, no toll in Belgium. To park, do not aim downtown, but park on the outskirts, it will be easier and free. A little walk, it does not hurt, especially that Ghent visit on foot. From this city, all three felt very good waves. I’ll have to plan a full weekend there.
Ghent is a port city in northwestern Belgium, crossed by the Lys and Scheldt rivers. Who says water, says channels, and Ghent has channels that gives it an air of Amsterdam-Venice, an invitation to bucolic and romantic walks for a pleasant weekend break.
Ghent is medieval but also modern. It is this particularity which makes in my sense its charm.
The castle of the Counts, located in the city center, sets the tone. For lack of time, I could not visit it. But imagine a castle in the middle of a city. The stage is set ! This fortress of the 12th century is the historical symbol of Ghent. Visit advised to soak up the atmosphere of the time, the program: the guardhouse, the ramparts, the dungeon, the residence of the counts and stables.
The belfry is also worth seeing, especially for its panoramic view. It is a UNESCO World Heritage Site. You climb it up the steps (be careful the stairs are cramped) or take the elevator from the first floor. For my part, I took the elevator to go up but I went down the steps. We can barely cross each other on this staircase … the laughs will be at the rendezvous at the slightest meeting. You will hear his chime with a little luck. To visit also the old beguinage Sainte-Elisabeth, true village integrated in the city with its Orthodox church decorated, internally of frescoes painted with the Byzantine way (what culture! ;-)) and externally of mosaics. St. Bavo’s Cathedral is also positioned in your citytrip, characterized by its Romanesque and Gothic style, symbol of the contradictory history of the city of Ghent. Not to mention the museums, old art (psychiatry, industrial past of the city, …) and contemporary-modern art, the S.M.A.K including with its leading exhibitions. To do absolutely during a future weekend ;-).
The modernity of the city is embodied in the Werrengarenstraatje, the « graffiti alley », a real place of expression for street artists. Old buildings alongside more current buildings, transporting the traveler through the ages. Ghent is also a very dynamic city: the festival of light organized every 3 years will dazzle you. During my visit in May was held the festival of food trucks, to discover the friendly and tasty street food. I like cars and I also enjoyed the trucks which, for some, were real pieces of museums.
« The Vooruit Art Center, which includes an art deco café, has been a monument in its own right for 100 years and offers a vast program of performing arts and music. Since 2009, Ghent has been a « creative city of music », an honor awarded by UNESCO. « The Ghent music scene is rich and diverse. Ghent is an authentic festival town, many of which are international. Just like the ten days of the Ghent Festivities in July. From the prestigious Flanders Festival Ghent, one of the largest classical music festivals in Europe. From the Gent Jazz Festival, which offers an incredible repertoire of international musicians while leaving room for a surge of young talents. But also the Ghent International Film Festival, the only one in the world to showcase film music. And Ghent also hosts the headquarters of the European Festival Association and the association of music festivals in Flanders. In Ghent, you will not be bored musically. Classical music, Jazz, electronic music. I suppose that there must be good boxes ;-).
You are greedy? Ghent will also delight your taste buds with a multitude of good restaurants, vegetarian, gastronomic, local specialties, and good beers, I recommend the St. Augustine I tasted in a bar overlooking the castle of the Counts.
In Belgium, there is not only Brussels or Bruges, we must also rely on Ghent, to discover the time of a weekend.
« Ghent fits me like a glove! « .The modernity of the city is embodied in the Werrengarenstraatje, the « graffiti alley », a real place of expression for street artists. Old buildings alongside more current buildings, transporting the traveler through the ages. Ghent is also a very dynamic city: the festival of light organized every 3 years will dazzle you. During my visit in May was held the festival of food trucks, to discover the friendly and tasty street food. I like cars and I also enjoyed the trucks which, for some, were real pieces of museums.
« The Vooruit Art Center, which includes an art deco café, has been a monument in its own right for 100 years and offers a vast program of performing arts and music. Since 2009, Ghent has been a « creative city of music », an honor awarded by UNESCO. « The Ghent music scene is rich and diverse. Ghent is an authentic festival town, many of which are international. Just like the ten days of the Ghent Festivities in July. From the prestigious Flanders Festival Ghent, one of the largest classical music festivals in Europe. From the Gent Jazz Festival, which offers an incredible repertoire of international musicians while leaving room for a surge of young talents. But also the Ghent International Film Festival, the only one in the world to showcase film music. And Ghent also hosts the headquarters of the European Festival Association and the association of music festivals in Flanders. In Ghent, you will not be bored musically. Classical music, Jazz, electronic music. I suppose that there must be good boxes ;-).
You are greedy? Ghent will also delight your taste buds with a multitude of good restaurants, vegetarian, gastronomic, local specialties, and good beers, I recommend the St. Augustine I tasted in a bar overlooking the castle of the Counts.
In Belgium, there is not only Brussels or Bruges, we must also rely on Ghent, to discover the time of a weekend.
« Ghent fits me like a glove! « .
https://visit.gent.be/fr