Mon Cabaret Vert 2018 à Charleville

IMG_4051

FR

Pour cette deuxième édition (pour moi), j’ai pris mes places à l’aveugle, sans connaître la programmation. J’ai bénéficié ainsi d’un tarif très avantageux, 82 € pour les 4 jours. La programmation 2017 avait vraiment été top. J’ai donc fait confiance aux organisateurs pour 2018. 😉 

Le festival du Cabaret Vert est non seulement un festival de musique, mais aussi un festival des « papilles », engagé pour une restauration durable et saine. 27 stands de restauration proposent 126 plats sucrés et salés différents. Il y en a pour tous les goûts. J’ai ainsi pu déguster un croque aux maroilles, des œufs pochés, une crêpe à la confiture de bière, de délicieux cupcakes, pizza au boudin blanc, …je me suis régalé. Et pour contenter les petites soifs, pas moins de 39 bières différentes sont proposées sur les buvettes du festival, des bières provenant de brasseries indépendantes de la région. Il y aussi du vin et du champagne. Pas de coca cola ou autres sodas connus mais de bonnes boissons locales comme la limonade à la feuille de frêne, des jus de fruits frais. Des bars à café. Et aussi la présence de bars H2O où l’eau est gratuite ! (un très bon point à noter). Quelques noms des bars  pour vous planter le décor : le bateau ivre (spécialité bières belges), le temps des cerises, la R’Quinqure, le Groin Groin, l’embuscade, le bar à champagnes, la guinguette,…

On écoute de la musique mais on peut participer aussi à des conférences à l’Idéal, village libre du Cabaret Vert. Quelques exemples des thèmes abordés :la permaculture, la place des femmes dans le rock et hip hop, faut-il encore manger de la viande ?, …

Du cinéma aussi. Pratique pour s’abriter en cas d’averses ;-). Cette année, Bollywood, Psychose, Fast Pussycat ! Kill Kill !, des films d’animation aussi à découvrir en famille, …chaque spectateur a un casque audio qu’il règle à sa convenance. On s’assoit, on s’allonge, on se repose, on s’y assoupit même pour les plus fatigués. lol

 

Présence des arts de rue avec le temps des Freaks : des spectacles, des cabanes de monstres étranges,…on pénètre dans un antre forain où tout semble possible. Vous pourrez aussi vous réchauffer autour d’un feu :-). Les nuits furent fraiches cette année et se retrouver au coin du feu nous a permis de nous réchauffer quand on en avait besoin.

Un espace BD aussi. Des auteurs invités qui vous dédicacent vos BD préférées. Une terrasse pour  se poser et en lire une parmi un choix varié.

Des stands de prévention aussi et de santé. Faites le plein de préservatifs lol. Des protections auditives distribuées gratuitement, des casques pour les enfants, des cendriers portatifs. Des goodies de la région sont distribués aussi.

Le Cabaret Vert, comme vous l’aurez compris, est bien plus qu’un festival de musique, c’est un véritable village avec des animations pour tous les goûts. Ah oui, vous pouvez même vous faire tatouer ou sculpter la barbe. A noter aussi la présence d’un marché de producteurs locaux proposant des produits ardennais.

Nouveautés 2018, présence de 4 scènes :
–  La traditionnelle Zanzibar, la plus grande pour les « têtes d’affiche»,
Les Illuminations sous un grand chapiteau, c’est bien vu, malgré une esthétique discutable
Le Green Floor, niché dans la verdure en contrebas, là j’ai carrément kiffé, bien pensé pour écouter les DJ électros,
la Razorback, placée au fond du bar/restaurant le Groin Groin, pour les concerts plus intimistes, là encore j’ai beaucoup aimé. 😉

Parlons musique maintenant car le Cabaret Vert est aussi et surtout un festival de musiques ! 😉

Comme je l’ai écrit dans les premières lignes de cet article, j’avais pris mon billet sans connaître la programmation. Ce fut donc la surprise : DJ SNAKE, TRAVIS SCOTT, SUPRÊME NTM, DAMSO, PHOENIX, BOOBA, LES NEGRESSES VERTES et STEPHAN EICHER sont les « têtes d’affiche ». Cette année, la programmation est très RAP ELECTRO ce qui a engendré de nombreux mécontentements sur les réseaux sociaux. J’ai été un peu aussi surpris mais je m’y suis fait et je me suis dit pourquoi pas 🙂.
Quelques semaines avant le festival, BOOBA passe par la case prison. Les organisateurs doivent alors trouver un plan B, ce sera SHAKA PONK à la place. Ca rééquilibre un peu, du Rock à la place du Rap. Ma copine est enthousiaste et on ne va pas se mentir, SHAKA PONK a fait un grand show, du rock avec des effets spéciaux et numériques et un chanteur très présent parmi les spectateurs. On n’a pas perdu au change même si BOOBA pèse beaucoup + sur la scène médiatique.
STEPHAN EICHER a « planté » aussi le festival pour des raisons de santé. Je l’ai appris la veille de sa prestation. Il fut remplacé par Feu ! CHATTERTON que j’ai moyennement apprécié. Les goûts et les couleurs, ça ne s’improvise pas ;-).

Faisons maintenant une revue des journées.

 

Le Jeudi : DJ SNAKE a craché son venin électro, j’ai adoré. Travis Scott nous a fait vibrer avec son RAP US et une mise en scène kitsch :  le DJ, qui balançait les rythmes, était placé sur une monstrueuse estrade. J’ai passé un bon moment avec ces deux artistes. Une belle découverte aussi avec Parcels, groupe australien disco-pop-funk-électro, des pantalons pattes d’eph’ et un son psychédélique. 

Le Vendredi : SUPRÊME NTM a fait chavirer la foule et toutes les générations. A côté de moi, un enfant de 10 ans qui connaissait toutes les paroles, m’a  » mis un peu la honte  » 🙂. On a eu le droit à du power métal avec Dragonforce dans l’après-midi, j’ai bien aimé et cela a permis de nous réveiller sous une douce mélodie lol. Seasick Steve, que j’avais déjà vu aux Eurockéennes et que voulait entendre Edouard Philippe, notre premier ministre, a retrouvé toute sa jeunesse du haut de ses 77 ans et s’est même permis de draguer une jeune groupie qu’il a fait monter sur scène ;-). On a fini la soirée avec DAMSO, du rap belge que j’ai moyennement apprécié.

IMG_4219

Le Samedi : PHOENIX et SHAKA PONK en têtes d’affiche. Très bien pour les deux. J’ai découvert aussi Arnaud Rebotini (lauréat du dernier César de la musique de Film, pour 120 battements par minutes) et Derrick Carter, USA, House Legend, tous les deux sur la scène GREEN FLOOR. En fin de soirée, à l’instar d’Amelie Lens le jeudi, Charlotte de Witte nous a fait apprécier de la Techno belge minimaliste.

Le Dimanche : Les négresses vertes et feu ! chatterton en tête d’affiche, « je n’ai pas pris mon pied ». Ce n’est visiblement pas mon style. Je me suis rattrapé avec Michelle David & The Gospels sessions (de la soul venant des Pays-Bas) et Thomas Schoeffler JR.et son Folk Alsacien.

Pour résumer, jeudi, vendredi, samedi bien. Dimanche peut mieux faire. De la qualité sur ce festival malgré les annulations de BOOBA et STEPHAN EICHER. 2018 est « un bon cru trois étoiles », après 2017 et « ses quatre étoiles ».

 

L’année dernière, on avait visité Charleville et ses musées. Cette année, on s’est aventuré dans la Région :
– Visite de Bazeilles, sa maison des dernières cartouches et son ossuaire impressionnant (visite suggérée par un festivalier de la région avec qui j’avais discuté),
Revin et sa maison espagnole,
Bouillon en Belgique et son château fort et son spectacle de rapaces à ne pas louper (vous aurez le droit à un aperçu de l’humour belge).
On a aussi été  se recueillir sur la tombe de Rimbaud à Charleville et on a contemplé les fresques à son effigie.

Pour conclure cet article, quelques anecdotes et indiscrétions des loges,  prises pour la plupart dans la gazette (eh oui le festival a aussi une gazette quotidienne) :

  • DJ SNAKE a fait le choix du plateau de légumes et d’un petit pot de guacamole. Du champagne, des kinders bueno et des chewing gums à la réglisse pour l’haleine.
  • FRANCIS DILLON, le DJ électro, n’a pas encore basculé du côté Vegan. Sa commande en loge ? du bœuf séché.
  • DRAGON FORCE : « Ici, on mange et on boit bien, ça change des HOT DOG et de la KRO ». Je confirme !
  • DOUDOU (Edouard Philippe), un premier de cordée en visite pour voir le bluesman Seasick Steve. Vient-il nous consoler de l’absence de Booba ? Sinon, il a été pris pour cible par un jet d’œufs. De mon côté, je l’ai salué personnellement.
  • KEVIN MORBY a commandé un appareil photo jetable. Et alors ? Attention c’est pas recyclable !
  • Le Groupe CABBAGE se nourrit de yaourths nature grec, de pétillant pomme et de jus de fruits 100% frais. En loge, on ne se défonce pas tout le temps !
  • Avis de recherche : 4 chaussures gauches ont été retrouvées par nos amis d’SOS bénévoles. Les droites sont activement recherchées.
  • A l’idéal, combat de catch samedi à 15h04 « Rayon de soleil » contre « Toxique ». Il y a même du sport au Cabaret Vert !
  • Curtis Harding a commandé des actimels dans sa loge, un journal anglais et pour …(on vous laisse imaginer pourquoi) une photo d’une miss locale ou nationale.
  • Triple carton rouge à Travis Scott qui a refusé le repas qui lui a été proposé à la fin de son concert. Les cuisiniers lui ont concocté un autre plat…sans succès. Pour finir, le crew Travis Scott n’aurait finalement pas mangé les 20 pizzas commandées pour lui. Ah ces américains quand ils n’ont pas leur mac do !!!

Alors, partant pour 2019 ? 🙂

EN

For this second edition, for me, I took my places « blind » without knowing the programming. I benefited from a very good rate 82 € for 4 days. The 2017 program was really « top ». So I trusted the organizers for 2018. 😉

The Green Cabaret Festival is not only a festival of music, but also a festival of « taste buds », committed to a sustainable and healthy restoration. 27 food stands offer 126 different sweet and savory dishes. There is something for every taste. I was able to enjoy a maroilles croque, poached eggs, a crepe with beer jam, delicious cupcakes, white pudding pizza … I enjoyed myself. And to satisfy the small thirsts, no less than 39 different beers are offered on the festival refreshments, beers from independent breweries in the region. There is also wine and champagne. No coca cola or other known sodas but lemonade with ash leaf, fresh fruit juice. Coffee bars. And also the presence of H2O bars where water is free! (a very good point to note). Some names of the bars for you to set the scene: the drunk boat (specialty Belgian beers), the time of the cherries, the R’Quinqure, the Groin Groin, the ambush, the champagne bar, the guinguette, …

We listen to music but we can also participate in conferences at the Ideal, free village of Cabaret Vert. Some examples of the topics covered: permaculture, the place of women in rock and hip hop, must we still eat meat?

Cinema too. Convenient to shelter in case of showers ;-). This year, Bollywood, Psychose, Fast Pussycat! Kill Kill!, Animated films to discover with family, … each spectator has an audio headset that he adjusts to his liking. We sit, lie down, rest, sleep even for the most tired. lol

Presence of the street arts with the time of the Freaks: shows, huts of strange monsters, … we enter a fairground where everything seems possible. You can also warm up around a fire ;-). The nights were cool this year and being at the fireside allowed us to warm up when we needed it.

A comic space too. Guest authors who dedicate your favorite comics to you. A terrace to land and read one among a variety of choices.
Also prevention stands and health. Fill up on condoms lol. Hearing protectors distributed free of charge, helmets for children, portable ashtrays. Goodies from the region are distributed too.

Green Cabaret, as you understand it, is much more than a music festival, it is a real village with entertainment for all tastes. Oh yes, you can even get tattooed or carved a beard. Also note the presence of a local producers market offering products from the Ardennes.

New in 2018, 4 scenes in presence:
– The traditional Zanzibar, the biggest for the « headliners »,
– The Illuminations under a big tent, it’s seen, despite a debatable aesthetic
The Green Floor, nestled in the greenery below, there I really liked, well thought to listen to the DJs,
The Razorback, located at the bottom of the bar / restaurant Groin Groin, for more intimate concerts, again I loved. 😉
Let’s talk music now because the Green Cabaret is also and above all a music festival! 😉
As I wrote in the first lines of this article, I took my ticket without knowing the programming. So it was a surprise: DJ SNAKE, TRAVIS SCOTT, SUPREME NTM, DAMSO, PHOENIX, BOOBA, GREEN NEGRESSES and STEPHAN EICHER are the « headliners ». This year, the program is very RAP ELECTRO which has generated many discontent on social networks. I was a little surprised but I got used to it and I thought why not :-).
A few weeks before the festival, BOOBA goes through the prison cell. The organizers must then find a plan B, it will be SHAKA PONK instead. It rebalances a little, from Rock to the place of Rap. My girlfriend is enthusiastic and we will not lie, SHAKA PONK has a great show, rock with special effects and digital and a singer very present among the audience, « we did not lose the change » even if BOOBA weighs a lot + on the media scene.
STEPHAN EICHER also « planted » the festival for health reasons. I learned it when I was on the festival. He was replaced by Fire! CHATTERTON that I moderately appreciated. Tastes and colors, it can not be improvised ;-).
Now let’s do a review of the days.

Thursday: DJ SNAKE spewed his electro venom, I loved it. Travis Scott made us vibrate with his RAP US and a kitsch staging: the DJ, who danced the rhythms, was placed on a monstrous stage. I had a good time with these two artists. A nice discovery also with Parcels, disco-pop-funk-electro Australian band, eph ‘paws and a psychedelic sound.

Friday: SUPREME NTM capsized the crowd and all generations. Beside me, a child of 10 years old who knew all the words, put « a little shame » :-). We had the right to power metal with Dragonforce in the afternoon, I liked and it allowed us to wake up under a sweet melody lol. Seasick Steve, whom I had already seen at the Eurockéennes and wanted to hear Edouard Philippe, our prime minister, found all his youth at the height of his 77 years and even allowed himself to flirt with a young groupie he made up on the scene ;-). We ended the evening with DAMSO, a Belgian rap that I moderately appreciated.

Saturday: PHOENIX and SHAKA PONK as headliners. Very good for both. I also discovered Arnaud Rebotini (winner of the last César of the music of Film, for 120 beats per minute) and Derrick Carter, USA, House Legend, both on the stage GREEN FLOOR. At the end of the evening, like Amelie Lens on Thursday, Charlotte de Witte made us appreciate the minimalist Belgian Techno.

Sunday: The green negresses and fire! chatterton headlining, « I did not take my foot ». This is obviously not my style. I caught up with Michelle David & The Gospels sessions (soul from the Netherlands) and Thomas Schoeffler JR.and his Alsatian Folk.
To summarize, Thursday, Friday, Saturday well. Sunday can do better. Quality on this festival despite the cancellations of BOOBA and STEPHAN EICHER. 2018 is « a good three-star vintage », after 2017 and « its four stars ».

Last year, we visited Charleville and its museums. This year, we ventured into the Region:
– Visit of Bazeilles, his house of the last cartridges and his impressive ossuary (visit suggested by a festival-goer of the area with whom I had discussed),
Revin and his Spanish house,
Bouillon in Belgium and its castle and its spectacle of birds of prey not to be missed (you will have the right to a glimpse of the Belgian humor).
We also went to the tomb of Rimbaud Charleville and we contemplated the frescoes with his effigy.
To conclude this article, some anecdotes and indiscretions of the lodges, taken for the most part in the gazette (yes the festival also has a daily newspaper):
DJ SNAKE chose the vegetable platter and a small jar of guacamole. Champagne, kinders bueno and chewing gum with liquorice for breath.
FRANCIS DILLON, the electro DJ, has not yet switched to the Vegan side. His order in lodge? dried beef.
DRAGON FORCE: « Here, we eat and drink well, it changes HOT DOG and KRO ». I confirm !
DOUDOU (Edouard Philippe), a leader of the rope visiting the bluesman Seasick Steve. Is he comforting us with Booba’s absence? Otherwise, he was targeted by a jet of eggs. On my side, I greeted him personally.
KEVIN MORBY ordered a disposable camera. So what ? Attention it is not recyclable!
The CABBAGE Group feeds on Greek yoghurt, sparkling apple and 100% fresh fruit juice. In the lodge, you do not get tired all the time!
Wanted: 4 left shoes were found by our friends of SOS volunteers. Rights are actively sought.
At the ideal, wrestling match Saturday at 15:04 « Sunbeam » against « Toxic ». There is even sport at Cabaret Vert!
Curtis Harding ordered actimels in his box, an English newspaper and for … (let’s imagine why) a photo of a local or national miss.
Triple red card to Travis Scott who refused the meal that was offered to him at the end of his concert. The cooks have concocted another dish … without success. Finally, the crew Travis Scott would not have finally eaten the 20 pizzas ordered for him. Ah these Americans when they do not have their mac do!

So, starting for 2019? 🙂