La Fête de l’Humanité 2018

 

FR

Un détour par le Parc départemental de La Courneuve, situé dans le « 93 », résidence de la Fête de l’Humanité, s’imposait le week-end dernier. J’y suis allé samedi en fin d’après-midi pour prendre le pouls de cet événement populaire.
La Fête de l’Humanité, avant d’être un festival de musique, est un grand rassemblement de « l’extrême gauche » française, du Nord au Sud, d’Ouest à l’Est. Mais c’est ouvert à tous, qu’on soit de Droite et de Gauche. L’important est de venir avec sa bonne humeur. 😉

 


On y retrouve une représentation des différentes régions de France à travers les partis politiques ou associations, qui ont fait le déplacement. Rien que pour ça, c’est déjà très sympa. En effet, chaque stand propose des spécialités culinaires régionales. Il s’y produit aussi la plupart du temps un groupe Live ou DJ. On y écoute tout style de musiques, on danse, on chante, on s’amuse. Tout ceci dans une très bonne ambiance. 😉
La Fête de l’Humanité, c’est un rendez-vous festif et engagé. De nombreux débats sont organisés pour changer le Monde. D’ailleurs, cette 83ème édition est baptisée « Le Monde est à nous ». Il y a aussi du théâtre, de la danse, de l’art contemporain, de la gastronomie et un village du livre avec 200 auteurs.

Enfin, la Fête de l’Humanité, c’est surtout aussi des concerts avec des têtes d’affiches : Suprême NTM, Bernard Lavilliers, Big Flo & Oli, Franz Ferdinand, Grand Corps Malade et Julien Clerc. C’est très « franchouillard » mais c’est le but aussi ;-). J’ai ainsi pu écouter Bernard Lavilliers, un habitué (il était déjà venu à 9 reprises). C’est la force tranquille, la sérénité. C’est un chanteur / compositeur engagé. Son dernier album traite notamment de la désindustrialisation des villes du nord et la désertion de leurs quartiers, du licenciement d’un cadre sup ou encore des actionnaires avides d’argent. Il a tout à fait sa place à la Fête de l’Humanité. On a pu écouter ses anciens tubes, on the road again, idées noires. Je me suis enflammé ensuite avec Franz Ferdinand, du bon rock britannique comme j’aime. Ils ont mis l’ambiance. 🙂

La Fête de l’Humanité, à faire et refaire donc. 😉

PS : Pas de France Insoumise cette année. Après l’incident de 2017, où Pierre Laurent du PCF avait prononcé un discours très offensif à l’égard du patron des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, la querelle est toujours tenace. Les idéologies ne sont pas toujours concordantes, notamment au sujet de l’immigration. Est-ce aussi une querelle d’égo entre Ian Brossat, chef de file du PCF et Jean-Luc Mélenchon ?

EN
A detour through the Departmental Park of La Courneuve, located in the « 93 », residence of the Feast of Humanity, was needed last weekend. I went there late Saturday afternoon to take the pulse of this popular event.

The Festival of Humanity, before being a music festival, is a big gathering of the French « far left », from North to South, from West to East. But it’s open to everyone, from Right to Left. The important thing is to come with his good mood. 😉
There is a representation of different regions of France through the political parties or associations, who made the trip. Just for that, it’s already very nice. Indeed, each stand offers regional culinary specialties. Most of the time there is also a live band or DJ. We listen to all styles of music, we dance, we sing, we have fun. All this in a very good atmosphere. 😉
The Feast of Humanity is a festive and committed meeting. Many debates are organized to change the world. Moreover, this 83rd edition is called « The World is ours ». There is also theater, dance, contemporary art, gastronomy and a book village with 200 authors.

Finally, the Feast of Humanity, it is especially also concerts with headliners: Supreme NTM, Bernard Lavilliers, Big Flo & Oli, Franz Ferdinand, Grand Corps Sick and Julien Clerc. It is very « franchouillard » but that’s the goal too ;-). I was able to listen to Bernard Lavilliers, a regular (he had already come 9 times). It’s the quiet strength, the serenity. He is a committed singer / songwriter. His latest album deals with the deindustrialization of northern cities and the desertion of their neighborhoods, the dismissal of a senior executive or shareholders eager for money. It has its place at the Feast of Humanity. We could listen to his old hits, on the road again, black ideas. I then got excited with Franz Ferdinand, good British rock as I like. They set the mood. 🙂

The Feast of Humanity, to do and redo so. 😉

PS: No France Uninvited this year. After the incident in 2017, when Pierre Laurent of the PCF had made a very offensive speech against the boss of the Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, the quarrel is still tenacious. Ideologies are not always consistent, especially with regard to immigration. Is it also a quarrel of ego between Ian Brossat, leader of the PCF and Jean-Luc Mélenchon?

 

Escapade à Francfort (3-4 octobre 2015)

Introduction…

Petite précision pour commencer :  J’ai été à Francfort, de son nom officiel « Francfort-sur-le-Main » (Frankfurt am Main en allemand) à ne pas confondre avec Francfort-sur- l’Oder, un autre Francfort qui n’a rien à voir avec celui-là.  Sinon vous serez, je pense, un peu déçu .

Pour se rendre à Francfort, j’ai pris l’ICE (TGV Allemand) qui relie Paris en moins de 4 heures. On est très bien dans l’ICE : place pour les jambes plus grande que dans le TGV et une meilleure ergonomie des fauteuils, des parties communes finition bois et un tri sélectif pour les déchets. Par contre, pas de prise de courant individuelle !

Economie…

Quand on évoque Francfort, on est loin de s’imaginer sa puissance financière. Francfort est le siège de la Banque centrale Européenne (B.C.E.), de la Banque fédérale d’Allemagne et de la Bourse de Francfort notamment. C’est la ville la plus riche d’Allemagne avec un PIB par habitant de 85 300 €. C’est la 3ème ville d’affaires d’Europe. Il s’y passe aussi le célèbre salon automobile, l’automobile, un secteur d’une importance primordiale pour l’Allemagne.

La ville se caractérise par son architecture éclectique, conciliant modernité et ancienneté/histoire.

Partie moderne…

De nombreux Buildings (qui font surnommer Francfort « Mainhattan » en référence au cours d’eau qui la traverse et au quartier de Manhattan à New-York) côtoient un centre-ville historique. La partie moderne de la ville est vraiment magnifique, de grands boulevards, des espaces verts, des buildings Design concentrés géographiquement pour la plupart et qui font vraiment penser à Manhattan. A côté de la gare, il y a une belle tour ovale miroir. Et à côté, une riviera super clean avec des bâtiments sur pilotis et un port de plaisance avec de petits hors-bords. Il y a de l’argent…et forcément une partie commerçante, le « Zeil ». Là encore, une architecture à couper le souffle par rapport aux centres commerciaux Français que je connais (le nouveau centre commercial Beau Grenelle à Paris fait pâle figure par rapport à celui de Francfort). Dans le principal « Myzeil », j’ai bien sûr expérimenté l’escalator de 50 m de long, assez bluffant ! Ne pas avoir le vertige ^^ ! On pourra aussi contempler dans une rue dédiée, près de la cathédrale,  des maisons « esprit » arts déco très fun. Et dans d’autres parties de la ville, on découvrira d’autres buildings, comme celui dans le style New Yorkais des années 30.

Partie historique…

Tout d’abord, la cathédrale Saint-Barthélemy, qui est de style gothique et a été reconstruite après la seconde guerre mondiale à l’identique. Francfort a été rasée par les bombardements alliés et la partie historique n’a d’historique que l’architecture car tout fut reconstruit après la guerre. Ensuite :  la maison de Goethe (Johann Wolfgang Goethe est né en 1749 dans la maison située au 23 de la rue Grosser Hirschgraben). Le Römerberg aussi qui  est la place centrale du quartier médiéval du centre ville, bordé par les maisons de l’hôtel de Ville, le Römer, très typique et « kitsch » .Enfin, le quartier plus typique  de Sachsenhausen avec ses rues piétonnes pavées qui font penser au moyen-âge. On y trouvera des tavernes pour manger une cochonnaille, des pubs pour boire une bonne bière allemande en regardant un match de football .

Et encore…

Un autre atout de la ville est le Main qui traverse la ville. Des ponts avec chacun leur originalité permettent de se rendre d’une rive à une autre. Les berges sont agréablement aménagées en zone piétonne où il y fait bon se balader. Le week-end où je suis allé, c’était le jour de la fête nationale, le 3 Octobre, jour de la réunification des deux Allemagne, les 25 ans. Et quelle fiesta ! Des concerts un peu partout dans la ville, des animations par les ministères, les banques, autour du sport et j’en passe…avec un merchandising (distribution de nombreux goodies) plaisant.

L’Apothéose…

Pour les 25 ans, on a eu le droit à « the spectacle » . Compte à rebours (pour faire monter la pression  ) à un emplacement central pour une entame à 21h à la nuit tombée. Spectacle visuel très réussi réalisé sur un pont : discours,  images historiques, films, danseurs avec effets spéciaux et images de synthèses. Des jeux de lumières tout au long des berges, de la musique classique, de l’électro, un show sur le Main avec des jets skis, des skieurs nautiques, des acrobaties impressionnantes et un magnifique feu d’artifice en guise de conclusion. Un monde fou, mais pas d’incidents, et une super ambiance et une émotion intense…

Côté pratique…

Pour y aller, le train est une bonne solution car il est confortable. Et on peut trouver des tarifs intéressants. La ville est bien desservie par les transports en commun : métro, tram, bus et train de banlieue. Les entrées de métro sont souvent sales, attention ! Si vous êtes plusieurs, le tarif groupe à « 10.5€ la journée » ( jusqu’à  5 personnes ) est très intéressant. Les restos, il y a tous les prix (à noter, les assiettes sont bien remplies). La bière locale est bonne. N’oublier pas de goûter la spécialité l’Apfelwein, une sorte de cidre sans bulles, surprenant mais on s’y fait. La saucisse de Francfort et les saucisses en général. Et embarquer quelques gâteaux à base de pain d’épices, succulents et bon marché. L’hôtellerie est assez chère, compter 75 € pour deux avec petit déjeuner  avec une promo sur internet sur vos sites de réservation habituels.

Conclusion…

Belle surprise et belle découverte. Je recommande donc Francfort pour un week-end. Tradition, Modernité, et aussi l’aspect culturel que je n’ai pas pu beaucoup développer dans cet article car j’ai été pris par la fête nationale…Mais sachez qu’il y a des musées qui valent le détour comme le MMK, musée d’art moderne et contemporain,…J’y retournerai donc…pourquoi pas pour les 50 ans de la fête nationale, et avec ma chérie qui fut d’une compagnie très agréable durant ce week-end. 😉

IMG_3768 IMG_3778 IMG_3798 IMG_3810 IMG_3837 IMG_3906 IMG_3949 IMG_3958