MONDIAL DE L’AUTO 2022

FR

Après une édition 2020 annulée à cause du COVID, le Mondial de l’Auto revient en 2022 au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Cette nouvelle édition est le reflet de notre époque. Elle semble marquer la fin de « l’abondance » pour les constructeurs automobiles traditionnels. De nombreuses marques européennes sont ainsi absentes : Volkswagen et Fiat comme en 2018, BMW, Mercedes, Ferrari,… exit aussi les marques japonaises, pas de Mazda, Toyota, Honda,… J’y vois un changement de stratégie et/ou de communication, où le retour sur investissement, la rentabilité, sont recherchés.
Cette nouvelle mouture fait la part belle aux marques françaises et aux marques chinoises. Elle se veut également une vitrine de l’innovation, des usages émergents (comme par exemple, la location avec abonnement pour les particuliers) tout en étant dans l’air du temps, avec une communication assurée par des Youtubeurs, la présence de NETFLIX,…
Fini aussi « l’odeur » d’essence, place aux véhicules électriques, hybrides ou encore à hydrogène. Une édition enfin plus courte, une semaine du 18 au 23 octobre 2022 à un tarif plus abordable avec des billets « Séance » (avec un créneau horaire d’arrivée) dès 16 euros.

Sur le salon, vous trouverez quand même quelques véhicules thermiques 🙂 avec notamment l’exposition de 16 voitures exceptionnelles, des Ferrari, ma marque préférée. Elles sont issues d’une collection privée (le nom du collectionneur n’a pas été dévoilé 😉 ). Si cette exposition est visible de tous, il sera toutefois demandé 5 euros pour accéder au stand. La somme récoltée sera reversée à la Fondation Perce-Neige, créée par Lino Ventura, qui aide et accompagne les personnes en situation de handicap et leurs familles. Comment allier l’utile à l’agréable. 🙂

Cette édition voit les Chinois débarqués en force à Paris.
Focus sur BYD, société créée en 1995, initialement fabricant de batteries. La marque s’est diversifiée dans le ferroviaire, et l’automobile en 2003 en reprenant la Tsichuhan Automobile Company au bord de la faillite. Son ascension fut fulgurante, devenant numéro 1 mondial au premier semestre 2022 en termes de volume de ventes. La société cherche à s’internationaliser et présente sur le salon 3 modèles 100 % électrique : la Han, la Tang et l’Atto 3, cette dernière étant la plus adaptée au marché français niveau dimension, puisqu’équivalente à la Peugeot 3008. Les finitions se rapprochent des standards premium européen. Elles ne se positionnent pas sur le low cost mais plutôt sur le premium accessible. Reste à connaître les prix de commercialisation.
Le groupe chinois Great Wall présente quant à lui l’Ora Cat, 100% électrique aussi, avec ses faux airs de Porsche 911 ou encore VW New Bettle. Elle se positionne sur le segment des compacts et arrive prochainement en France avec des tarifs compétitifs à moins de 30 000 euros, les européennes ont du soucis à se faire ( avec la Renault Mégane électrique à 37 000 euros, ou la VW ID.3 à 45 000 euros).

Les constructeurs français ne sont pas en reste face à cette concurrence asiatique.
Peugeot dévoile sa nouvelle 408 dans une sphère géante où une structure métallique permet au véhicule d’effectuer une rotation multi-axiale. Effet Waouh garantie ! La version hybride rechargeable laissera place à un modèle 100% électrique prévu en 2024. Son design est une réussite avec une imposante calandre, des feux verticaux et un arrière façon fastback.
DS, qui appartient au même groupe que Peugeot, Stellantis, se démarque de cette dernière avec des modèles 100% électrique. Elle présente pour la première fois au public la nouvelle DS3 qui offre une puissance et une autonomie accrues et qui sera commercialisée aux alentours des 30 000 euros.
Renault présente aussi une nouveauté, le Kangoo E-Tech électrique, dédié aux familles annoncé avec une autonomie de 300 kms, et pour un budget à partir de 33 000 euros.
Alpine, le nouveau fer de lance de Renault, propose une A 110 R, version plus typée circuit que l’A 110 classique ou encore A 110 S. Au programme, allègement, optimisation aérodynamique, efficacité du freinage. Malheureusement, elle garde le moteur de 300 ch de l’A 110 S :-(. Un peu trop timide Alpine sur ce coup-là.

Le Mondial de l’Auto, c’est aussi les Concept-car, des véhicules tous plus extravagants les uns que les autres : l’Alpine Alpenglow, avec son aérodynamisme poussé à l’extrême et son aileron arrière mobile faisant office d’aérofrein. La Renault 5 Turbo 3E bodybuildée comme ses ancêtres les R5 Turbo et Turbo 2, avec l’ajout d’un énorme aileron, une version rétrofitée comme on dit. La Dacia Manifesto, style Buggy des temps modernes. La DS E-Tense Performance, un véhicule compact de 815 ch inspiré de la formule E. L’Hopium Machina Vision de la start-up du Français Olivier Lombard qui fait une entrée remarquée sur ce salon, une silhouette profilée avec une technologie de pile à combustible, préfigurant un modèle pour 2025 aux alentours de 120 000 euros. Ou encore le 1000 Tipla des youtubeurs de Vilebrequin, un projet financé par une cagnotte en ligne sur une base de Fiat Multipla. Ce 1000 Tipla a de faux airs de MG Metro 6R4. 🙂

Sur le salon, on parle aussi de mobilité urbaine, périurbaine, ou encore rurale, et selon l’usage, pas besoin de véhicules imposants comme on peut le voir sur beaucoup de stands. Des microcars peuvent alors faire l’affaire. De jeunes constructeurs résistent ainsi au « toujours plus » avec de petits véhicules innovants : Mobilize by Renault, le constructeur israélien City Transformer, la Bagnole (KG Auto) un buggy électrique de moins de 350 kgs, Microlino et sa porte frontale, la gamme Aixam 100% électrique,… avec ou sans permis, ces microcars méritent leur place.

Enfin, on ne peut faire abstraction de l’Ecosystem de l’automobile : sont représentés notamment les assurances la MACIF, les écoles comme l’ESTACA, les Polonais d’Ekoenergetyka qui proposent des solutions de recharge à haute puissance pour les voitures particulières, les bus, camions, et les véhicules utilitaires électriques, pour ne citer que les principaux avec qui j’ai pu échanger.

Le Mondial de l’Auto, c’est encore bien plus :
– des débats, des conférences sur l’avenir de l’automobile, les nouveaux usages, les défis environnementaux, … (rendez-vous à la grande scène),
– un centre d’essais,
– une piste de Karting électrique (pensez à réserver dès votre arrivée sur le salon),
– la possibilité de gagner une Ferrari pour la modique somme de 5 euros, réservé au plus chanceux du salon :-).

+ de photos

EN

After a 2020 edition canceled due to COVID, the Mondial de l’Auto returns in 2022 to the Parc des expositions de la Porte de Versailles in Paris. This new edition is a reflection of our time. It seems to mark the end of « abundance » for traditional automakers. Many European brands are thus absent: Volkswagen and Fiat as in 2018, BMW, Mercedes, Ferrari,… exit also for the Japanese brands, no Mazda, Toyota, Honda,… I see a change in strategy and / or communication, where return on investment, profitability, are sought.
This new version gives pride of place to French brands and Chinese brands. It also aims to be a showcase for innovation, emerging uses (such as, for example, rental with subscription for individuals) while being in tune with the times, with communication provided by Youtubers, the presence of NETFLIX, …
No more « smell » of gasoline, make way for electric, hybrid or even hydrogen vehicles. A finally shorter edition, one week from October 18 to 23, 2022 at a more affordable price with « Session » tickets (with an arrival time slot) from 16 euros.

At the show, you will still find a few thermal vehicles 🙂 with in particular the exhibition of 16 exceptional cars, Ferraris, my favorite brand. They come from a private collection (the name of the collector has not been revealed ;-)). If this exhibition is visible to all, it will however be asked 5 euros to access the stand. The amount raised will be donated to the Perce-Neige Foundation, created by Lino Ventura, which helps and supports people with disabilities and their families. How to combine business with pleasure. 🙂

This edition sees the Chinese landed in force in Paris.
Focus on BYD, a company created in 1995, initially a battery manufacturer. The brand diversified into rail and automotive in 2003 by taking over the Tsichuhan Automobile Company on the verge of bankruptcy. Its rise was meteoric, becoming world number 1 in the first half of 2022 in terms of sales volume. The company is seeking to internationalize and is presenting 3 100% electric models at the show: the Han, the Tang and the Atto 3, the latter being the most suitable for the French market in terms of size, since it is equivalent to the Peugeot 3008. finishes are close to European premium standards. They are not positioned on the low cost but rather on the accessible premium. It remains to know the marketing prices.
The Chinese group Great Wall presents the Ora Cat, 100% electric too, with its false airs of Porsche 911 or VW New Bettle. It is positioned in the compact segment and will soon arrive in France with competitive prices at less than 30,000 euros, Europeans have problems to worry about (with the electric Renault Mégane at 37,000 euros, or the VW ID.3 at €45,000).

French manufacturers are not left out in the face of this Asian competition.
Peugeot unveils its new 408 in a giant sphere where a metal structure allows the vehicle to perform multi-axial rotation. Wow effect guaranteed! The plug-in hybrid version will give way to a 100% electric model scheduled for 2024. Its design is a success with an imposing grille, vertical lights and a fastback-style rear. DS, which belongs to the same group as Peugeot, Stellantis, stands out from the latter with 100% electric models. It presents for the first time to the public the new DS3 which offers increased power and autonomy and which will be marketed around 30,000 euros. Renault is also presenting a novelty, the electric Kangoo E-Tech, dedicated to families announced with a range of 300 km, and for a budget from 33,000 euros.
Alpine, Renault’s new spearhead, offers an A 110 R, a more circuit-specific version than the classic A 110 or even A 110 S. On the program, weight reduction, aerodynamic optimization, braking efficiency. Unfortunately, it keeps the 300 hp engine from the A 110 S :-(. A little too shy Alpine on this one.

The Paris Motor Show is also about Concept-cars, each more extravagant than the next: the Alpine Alpenglow, with its extreme aerodynamics and its mobile rear wing acting as an airbrake . The Renault 5 Turbo 3E bodybuilt like its ancestors the R5 Turbo and Turbo 2, with the addition of a huge spoiler, a retrofitted version as they say. The Dacia Manifesto, Buggy style of modern times. The DS E-Tense Performance, a compact 815 hp vehicle inspired by the Formula E. The Hopium Machina Vision from the start-up of Frenchman Olivier Lombard which makes a remarkable entrance at this show, a streamlined silhouette with battery technology fuel, prefiguring a model for 2025 around 120,000. Or the 1000 Tipla of the Vilebrequin youtubers, a project financed by an online kitty on a Fiat Multipla basis. This 1000 Tipla looks like an MG Metro 6R4. 🙂

At the show, we also talk about urban, peri-urban or even rural mobility, and depending on usage, there is no need for imposing vehicles as can be seen on many stands. Microcars can then do the trick. Young manufacturers are thus resisting « always more » with small innovative vehicles: Mobilize by Renault, the Israeli manufacturer City Transformer, the Bagnole (KG Auto) an electric buggy weighing less than 350 kg, Microlino and its front door, the Aixam range 100% electric,… with or without a license, these microcars deserve their place.

Finally, we cannot ignore the automotive ecosystem: the MACIF insurance companies, schools such as ESTACA, the Poles of Ekoenergetyka, which offer high-power charging solutions for passenger cars, are represented in particular, buses, trucks, and electric utility vehicles, to name only the main ones with whom I was able to talk.

The Paris Motor Show is even more:
– debates, conferences on the future of the automobile, new uses, environmental challenges, … (go to the big stage),
– a test center,
– an electric Karting track (remember to book as soon as you arrive at the show),
– the possibility of winning a Ferrari for the modest sum of 5 euros, reserved for the luckiest of the show :-).

more pictures


LPI 2022

FR

Après 3 années d’absence, retour sur le Losange Passion International (LPI) 2022 pour sa sixième édition. Ce meeting dédié à Renault (la marque au losange) est organisé par le Club des Amateurs d’Anciennes Renault avec l’appui de la marque, au célèbre autodrome de Linas-Montlhéry.

Cette année, on fête les 50 ans de la R5, « la voiture des jeunes et de ceux qui le restent ». Une exposition avec les modèles les plus emblématiques permet de découvrir les premières Renault 5 avec leurs coloris flashy, les versions sportives avec la version Alpine et la GT TURBO, sans oublier les mythiques R5 Turbo 2 ou Maxi Turbo et bien d’autres. Ma version préférée restant la R5 le car van et son lifestyle américain (cf photo ci-dessous).


Pour célébrer cet anniversaire, un show a été organisé avec la R5 Maxi Turbo pilotée par Julien Saunier, un pilote de rallye de 29 ans, sous l’oeil du maître Jean Ragnotti, qu’on ne présente plus (3 victoires en championnat du Monde des rallyes). Show.

J’ai touvé assez jubilatoire de voir évoluer sur l’anneau de vitesse les véhicules sportifs Renault de toutes les époques : des R8 GORDINI, des R5 TURBO, R5 TURBO 2, Alpines Renault, Spider, R19 16S, Super 5 GT TURBO, Twingo RS, Megane RS et j’en passe. Il y a 4 plateaux pour les séances de roulage afin de répartir au mieux les véhicules en fonction de leur performance. Cette année, à noter la présence du studio Alpine Boulogne avec un plateau dynamique complet de nouvelles A110, où l’on a pu apprécier leur tenue de route et leur stabilité sur circuit. Les pilotes les plus téméraires roulent sur le haut de l’anneau (l’autodrome est composé d’un circuit routier et d’un anneau de vitesse datant de 1924 et proposant des inclinaisons très prononcées sur les tronçons semi-circulaires (pente de 18% à 117,4% !)), sensation garantie ! Mention spéciale pour les R8 Gordini et une certaine R5 Maxi Turbo souvent à l’attaque. Petit clin d’oeil également à la renault 19 16S Tuning qui a fait de bonnes séances de roulage. Concert de décibels « mécanique » assuré pendant les séances. 😉


C’est toute l’histoire de l’automobile Renault – du début 1900 à nos jours – qui défile devant nos yeux lors de la parade géante programmée à midi et en fin de meeting. Il ne fallait pas non plus manquer l’exposition de véhicules des records avec la Tank Riffard, la Renault 40CV (et son moteur de plus de 9 000 cm3 et ses 50 miles à 190,013km/h) et la Nervasport (en 1934, sur ce même anneau de Montlhéry, elle franchit la ligne d’arrivée en ayant parcouru 8037 km en 48h soit 167,445 km/h de moyenne. Un record historique !). On est impressionné par la sonorité des véhicules, leur dimension, leur design inspiré de l’aéronautique, leur poste de pilotage très étroit, le moteur imposant, … j’en suis resté bouche bée. 🙂

Le plateau statique vaut le détour aussi. De nombreux clubs exposent, ce qui permet de redécouvrir une grande partie de la gamme Renault : Avantime, R25, Espace, R21, R12, R16, R15, R17, 4L, R5, Super 5, Alpine, Clio V6, Rambler (style américain), Wind,… et d’échanger avec des passionnés. Mention spéciale au propriétaire de la Wind Gordini qui nous a fait une démonstration du toit rigide escamotable, par rotation sur un axe pivotant à 180° à la façon d’une Ferrari 575 Superamerica, système ayant l’avantage de ne pas empiéter sur le volume du coffre (la wind, un futur collector ;-)).


L’ambiance est conviviale. Le midi, certains pique-niquent. Il valait mieux y penser car l’espace Food Trucks n’a pas tenu ses promesses (cher et de qualité médiocre). La météo, en revanche, s’est voulue clémente, on a juste « essuyé » quelques averses. J’ai même regretté à certains moments d’avoir oublié mes lunettes de soleil !
Pour finir la journée en beauté, j’ai pu faire un baptème en Renault Type A de 1898, émotion garantie. 🙂

En conclusion, j’ai passé une super journée. J’ai revu les voitures de mon enfance (nostalgie quand tu nous tiens). Les plateaux statiques et dynamiques étaient de qualité. L’organisation au top. La circulation dans les allées fluide.

Photos 1

Photos 2

EN

After 3 years of absence, return to the Losange Passion International (LPI) 2022 for its sixth edition. This meeting dedicated to Renault (the brand with the diamond) is organized by the Club des Amateurs d’Anciennes Renault with the support of the brand, at the famous Linas-Montlhéry autodrome.

This year, we celebrate the 50th anniversary of the R5, « the car of young people and those who remain so ». An exhibition with the most emblematic models allows you to discover the first Renault 5 with their flashy colors, the sports versions with the Alpine version and the GT TURBO, without forgetting the legendary R5 Turbo 2 or Maxi Turbo and many others. My favorite version remaining the R5 the car van d his American lifestyle.
To celebrate this anniversary, a show was organized with the R5 Maxi Turbo driven by Julien Saunier, a 29-year-old rally driver, under the watchful eye of master Jean Ragnotti, who needs no introduction (3 victories in the World Championship rallies).

I found it quite jubilant to see the Renault sports vehicles of all eras evolve on the speed ring: R8 GORDINI, R5 TURBO, R5 TURBO 2, Alpines Renault, Spider, R19 16S, Super 5 GT TURBO, Twingo RS, Megane RS and so on. There are 4 trays for the driving sessions in order to best distribute the vehicles according to their performance. This year, note the presence of the Alpine Boulogne studio with a full dynamic platform of new A110s, where we were able to appreciate their handling and stability on the circuit. The most daring pilots drive on the top of the ring (the autodrome is made up of a road circuit and a speed ring dating from 1924 and offering very pronounced inclinations on the semi-circular sections (slope of 18 % to 117.4%!)), sensation guaranteed! Special mention for the R8 Gordini and a certain R5 Maxi Turbo often on the attack. A nod also to the Renault 19 16S Tuning which had good driving sessions. Concert of « mechanical » decibels provided during the sessions. 😉

The entire history of the Renault automobile – from the beginning of 1900 to the present day – parades before our eyes during the giant parade scheduled for noon and at the end of the meeting. You also shouldn’t miss the exhibition of record vehicles with the Tank Riffard, the Renault 40CV (and its engine of more than 9,000 cc and its 50 miles at 190.013 km/h) and the Nervasport (in 1934, on this same ring of Montlhéry, she crossed the finish line having traveled 8037 km in 48 hours or 167.445 km/h on average. A historic record!). We are impressed by the sound of the vehicles, their size, their design inspired by aeronautics, their very narrow cockpit, the imposing engine, … I was left speechless. 🙂

The static tray is worth seeing too. Many clubs exhibit, which allows you to rediscover a large part of the Renault range: Avantime, R25, Espace, R21, R12, R16, R15, R17, 4L, R5, Super 5, Alpine, Clio V6, Rambler (American style ), Wind,… and to exchange with enthusiasts. Special mention to the owner of the Wind Gordini who gave us a demonstration of the retractable hardtop, by rotation on a 180° pivoting axis like a Ferrari 575 Superamerica, a system having the advantage of not encroaching on the volume from the trunk (the wind, a future collector ;-)).

The atmosphere is friendly. At noon, some picnic. It was better to think about it because the Food Trucks space did not live up to its promises (expensive and of poor quality). The weather, on the other hand, was mild, we just « wet » a few showers. I even regretted at times having forgotten my sunglasses!
To end the day on a high note, I was able to take a baptism in a 1898 Renault Type A, thrills guaranteed. 🙂

In conclusion, I had a great day. I saw the cars of my childhood (nostalgia when you hold us). The static and dynamic sets were of quality. The organization at the top. Traffic in the aisles is fluid.

21ème Traversée de Paris en véhicules d’époque

FR

Réveillé aux aurores (j’entends pour un dimanche ;-)), je roule en direction de l’esplanade Saint-Louis en face du château de Vincennes afin de rejoindre la 21ème Traversée de Paris en véhicules d’époque. Il fait encore nuit, le temps est pluvieux. Je suis dans ma youngtimer (véhicule des années 80), une Renault 11, avec Lili, ma compagne et collaboratrice. Sur la route, à l’approche du lieu de rassemblement, une Alpine A110 (la fameuse berlinette d’Alpine Renault qui a écrit quelques pages de l’histoire automobile en rallye) me précède, ça donne le ton de la journée.

Pandémie de la covid 19 oblige, il n’y aura pas cette année le traditionnel café-croissant au départ. Les participants ont pour consigne de ne pas sortir de leur véhicule. Je rejoins la file des véhicules participants, somme toute assez fluide à 8h, et récupère au passage le sac contenant plaque et livre de route (cette année, à la demande de la Préfecture de Police de Paris, point de Grand Palais, de Concorde et de Champs-Elysées) et je me gare sur l’esplanade. Pour cette édition, je serai dans le cortège, et traverserai les rues de la Capitale avec ma vaillante auto.

Place au défilé. La pluie fine s’est presque arrêtée. Ouf, on va pouvoir en profiter dans des conditions satisfaisantes. Le plateau est assez exceptionnel et éclectique : voitures de toutes les époques, voitures populaires, voitures de courses, de luxe, 4×4, limousines, françaises, italiennes, américaines,…van, citadines, berlines. On en prend plein les mirettes ! J’ai ainsi vu une Lamborghini Countach, une Ferrari Testarossa, des américaines aux dimensions imposantes, la DeLorean (retour vers le futur), des ford Mustang, des Rolls Royces, des Bentley, des BMW, des Porsche, des MG, Jaguar, Renault, Peugeot, Citroën SM, des 2CV, des coccinelles, des Land Rover, des Jeeps de l’armée américaine,… Quelques motos, mobylettes, solex et vélos (mention spéciale à la chevauchée fantastique du propriétaire du Grand-bi, un vélo avec une grande roue devant qu’on recroisera par la suite sur le parcours) sont aussi présents. Les participants portent pour certains vêtements ou accessoires d’époque. L’ambiance est conviviale et joyeuse. Les odeurs d’essence et de gaz d’échappement embaument les narines. 🙂 Une Golf rouillée arbore fièrement sur sa lunette arrière un « laisser rouiller n’est pas un crime…juste un style ! ». Mon regard s’attarde également sur des modèles de marque plus confidentielle qui ont depuis disparu comme Autobianchi. J’ai plusieurs fois « séché ». Pas facile de les identifier 😉


9h30, je rejoins mon véhicule. Direction Bastille. C’est quand même quelque chose d’assez exceptionnel de rouler dans Paris en si bonne compagnie, pour moi qui suis habitué à prendre les transports en commun. Je redécouvre cette ville et son architecture : République, les Grands Boulevards, Montmartre, les Batignolles, Etoile, Alma, Tour Eiffel, Invalides … Ça klaxonne, ça ronronne, on ne se croirait pas en 2021. C’est un véritable spectacle pour les badauds. Les mécaniques souffrent aussi car de petits bouchons se forment parfois. Quelques pannes obligeront certains à s’arrêter. Tous ces véhicules nous plongent dans l’histoire de l’automobile du 20ème siècle. Il est réjouissant d’observer l’évolution des lignes, du design, d’une décennie à l’autre. C’est aussi très marrant de voir se côtoyer des véhicules modernes et des véhicules anciens, ça dresse un véritable chef d’oeuvre anachronique dans les rues de Paris. Il y a aussi quelques rassemblements d’amis ; à Pigalle, des camarades prennent l’apéro dans une ambiance festive. La montée à Montmartre fut épique avec un interminable bouchon, j’ai craint pour la mécanique, mais ma R11 a tenu bon.

Tout ce beau monde s’est retrouvé aux Invalides sur le coup de midi. Un rassemblement en quelque sorte improvisé où l’on a pu contempler les véhicules en statique. Déjeuner entre amis par petit attroupement, discussions entre passionnés avec port du masque, les mesures de sécurité ont été globalement respectées.

Cet événement, qui a rassemblé plus de 700 véhicules, est un véritable rayon de soleil dans cette période morose, une oasis dans le désert. De la majestuosité, du muscle, de la popularité, de l’humour, de la tradition ont permis de (re)découvrir avec bonheur un siècle d’histoire automobile mondiale.


Merci à Anne QUEMY pour l’accréditation presse et à Lili pour les prises photo durant la traversée de Paris.

Reportage photos :
https://www.facebook.com/adrien.lefevre.395/posts/10218979679702738
https://www.facebook.com/adrien.lefevre.395/posts/10218979901308278
https://www.facebook.com/adrien.lefevre.395/posts/10218979976590160

Reportage vidéos :
Esplanade des Invalides : 21ème Traversée de Paris en véhicules d’époque – YouTube
Paris Vincennes – 21ème traversée de Paris en véhicules d’époque – YouTube
Lamborghini Countach – 21ème traversée de Paris en véhicules d’époque – YouTube
Ferrari Testarossa à la 21ème traversée de Paris en anciennes – YouTube
Américaines à la 21ème traversée de Paris en véhicules d’époque – YouTube
21ème traversée de Paris en véhicules d’époque – YouTube

EN

Woke up at dawn (I mean for a Sunday ;-)), I drive towards the Esplanade Saint-Louis in front of the Château de Vincennes to join the 21st Traversée de Paris in vintage vehicles. It is still dark, the weather is rainy. I am in my youngtimer (vehicle from the 80s), a Renault 11, with Lili, my partner and collaborator. On the road, as I approach the meeting place, an Alpine A110 (the famous Alpine Renault berlinetta which has written a few pages of automotive history in rallying) precedes me, that sets the tone for the day.

Covid 19 pandemic requires, this year there will not be the traditional café-croissant at the start. Participants are instructed not to get out of their vehicle. I join the line of participating vehicles, all in all quite fluid at 8 a.m., and collect the bag containing the license plate and the journey book on the way (this year, at the request of the Paris Police Prefecture, Grand Palais point, Concorde and of Champs-Elysées) and I park on the esplanade. For this edition, I will be in the procession, and will cross the streets of the Capital with my valiant car.

Place the parade. The fine rain almost stopped. Phew, we will be able to enjoy it under satisfactory conditions. The range is quite exceptional and eclectic: cars from all eras, popular cars, racing cars, luxury cars, 4 × 4, limousines, French, Italian, American,… van, city cars, sedans. We take full eyes! I saw a Lamborghini Countach, a Ferrari Testarossa, American models with imposing dimensions, the DeLorean (back to the future), Ford Mustangs, Rolls Royces, Bentleys, BMWs, Porsches, MGs, Jaguars, Renault, Peugeot, Citroën SM, 2CVs, Beetles, Land Rovers, American Army Jeeps,… Some motorcycles, mopeds, solexes and bicycles (special mention to the fantastic ride of the owner of the Grand-bi, a bicycle with a big wheel in front that we will meet again later on the course) are also present. Participants wear some period clothing or accessories. The atmosphere is friendly and joyful. The smell of gasoline and exhaust fumes scent the nostrils. 🙂 A rusty Golf proudly displays on its rear window a « Rusting is not a crime … just a style! » « . My gaze also dwells on more confidential branded models that have since disappeared like Autobianchi. I have « dried » several times. Not easy to identify them 😉

9:30 am, I return to my vehicle. Direction Bastille. It’s still quite exceptional to ride in Paris in such good company, for me, who am used to taking public transport. I rediscovered this city and its architecture: République, the Grands Boulevards, Montmartre, the Batignolles, Etoile, Alma, the Eiffel Tower, Invalides… It honks, it purrs, it wouldn’t be like 2021. It’s a real spectacle for the onlookers. The mechanics also suffer because small traffic jams sometimes form. Some outages will force some to stop. All of these vehicles immerse us in the history of the 20th century automobile. It is heartening to observe the evolution of lines, of design, from one decade to the next. It is also very funny to see modern and old vehicles rub shoulders with each other, it creates a true anachronistic masterpiece in the streets of Paris. There are also some gatherings of friends; in Pigalle, friends have a drink in a festive atmosphere. The climb to Montmartre was epic with an endless traffic jam, I feared for the mechanics, but my R11 held up.

All these beautiful people gathered at the Invalides at the stroke of noon. A sort of improvised gathering where we could contemplate the vehicles in static. Lunch with friends in small gatherings, discussions between enthusiasts wearing a mask, security measures were generally respected.

This event, which brought together more than 700 vehicles, is a real ray of sunshine in this gloomy period, an oasis in the desert. Majesty, muscle, popularity, humor, tradition have happily (re) discovered a century of world automotive history. Thanks to Anne QUEMY for the press accreditation and to Lili for the photos taken during the crossing of Paris. volume_upcontent_copysharestar_border

Festival Automobile International

FR

Sous un temps pluvieux, je rejoins Paris Invalides. Aujourd’hui, je ne serai pas ébloui par le soleil mais peut-être par de belles automobiles ?

Cette 32ème édition regroupe en effet des concept cars et des véhicules d’exception qu’on va découvrir ensemble. Spectaculaire ! Dès l’entrée, on se trouve face à la Citroën DS E-Tense (vue à Chantilly, vous vous souvenez ? https://adrienout.wordpress.com/2016/09/12/chantilly-arts-elegance/ ), avec son vert électrique, ses dimensions imposantes, bijou de technologie, 100 % électrique, et un design assez particulier où les arrondis côtoient les angles, qui ne fait pas l’unanimité de tous. Et c’est pour cette raison que ce ne sera pas l’heureuse élue. Il faudra être plus stylée et consensuelle. Et là, la Renault Trezor, un grand coupé, avec son capot interminable qui fait penser à celui de la Mercedes Maybach vision 6 (vue aussi à Chantilly), ses vitres rouges futuristes, son regard espiègle, joyeux et tout en finesse, 100 % électrique aussi, remporte tous les suffrages et reçoit le Grand Prix du plus beau concept car de l’année. Les constructeurs ont misé sur des carrosseries sculpturales arrondies, des dimensions imposantes et une technologie à la pointe, favorisant l’électron au pétrole noir, comme pour faire évoluer l’empreinte écologique du transport. Entre les deux grandes françaises, on sera indéniablement séduit par l’Opel GT Concept, petit véhicule, aux couleurs enjouées (les pneus avant sont rouges), racé, et avec un design surprenant qui estompe vitres et carrosseries. Sur ce salon, vous pourrez aussi croiser la Porsche 917 K, qui a gagné en 1970 les 24 Heures du Man, et la 919 Hybrid, qui a gagné en 2016, symboles de deux époques…les deux bolides impressionnent, des « bêtes » de courses aux appendices spectaculaires ! Une Ferrari GTC4 coupé break ne vous laissera pas indifférent, ainsi que l’Aston Martin DB11 et son V12 5.2 Twin Turbo. Un hommage à Leonardo Fioravanti,  est réalisé par le biais de deux véhicules rouges au design singulier. Un petit clin d’œil aussi à l’avionneur Gabriel Voisin, qui  s’est lancé dans l’automobile avec une nouvelle esthétique et qui, franchement, est très réussie. Je pourrai aussi vous citer la Jaguar D, et…Allez y c’est jusqu’au 5 Février. N’oubliez pas votre permis si vous voulez tester la dernière Porsche Panamera 😉

Toutes les photos sur : https://www.facebook.com/adrien.lefevre.395/media_set?set=a.10208582031528032.1073742230.1226450689&type=3&pnref=story

EN

In a rainy weather, I joined Paris Invalides. Today, I will not be dazzled by the sun but perhaps by beautiful automobiles?
This 32nd edition brings together concept cars and exceptional vehicles that will be discovered together. Spectacular! As soon as you enter, you face the Citroën DS E-Tense (seen in Chantilly, remember? Https://adrienout.wordpress.com/2016/09/12/chantilly-arts-elegance/), with Its electric green, its imposing dimensions, jewel of technology, 100% electric, and a rather particular design where the rounded sides of the corners, which does not make the unanimity of all. And it is for this reason that it will not be the happy elected. It will have to be more stylish and consensual. And there, the Renault Trezor, a large coupe, with its endless hood that reminds one of the Mercedes Maybach vision 6 (also seen in Chantilly), its futuristic red windows, its mischievous, cheerful and 100% Winning all the votes and receives the Grand Prix of the most beautiful concept car of the year. The manufacturers have relied on rounded sculptural bodies, imposing dimensions and state-of-the-art technology, favoring the electron with black oil, as well as to evolve the ecological footprint of the transport. Between the two great Frenchmen, one will be undeniably seduced by the Opel GT Concept, a small vehicle, with playful colors (the front tires are red), racy, and with a surprising design that blends glass and bodywork. On this show you can also cross the Porsche 917 K, which won in 1970 the 24 Hours of Man, and the 919 Hybrid, which won in 2016, symbols of two eras … the two cars impress, « beasts « From races to spectacular appendices! A Ferrari GTC4 coupe break will not leave you indifferent, as well as the Aston Martin DB11 and its V12 5.2 Twin Turbo. A tribute to Leonardo Fioravanti, is achieved through two red vehicles with singular design. A little wink also to the aircraft manufacturer Gabriel Voisin, which launched into the automobile with a new aesthetic and which, frankly, is very successful. I can also quote the Jaguar D, and … Go there until February 5th. Do not forget your license if you want to test the latest Porsche Panamera ;-)
All photos on: https://www.facebook.com/adrien.lefevre.395/media_set?set=a.10208582031528032.1073742230.1226450689&type=3&pnref=story

Trophées de la Sécurité 2016

Une soirée au Théâtre de Paris, magnifique écrin rouge, ne se refuse pas, surtout quand on sait qu’on va parler « Sécurité ».

Un invité principal célèbre, Commissaire Broussard, qui fut à la tête de l’opération ayant entraîné la mort de Mesrine en 1979, et créateur du RAID en 1985. Des intervenants de qualité, Patrick Espagnol, Directeur de la Sécurité et de l’Intelligence Economique EDF, Eric Le Grand, Directeur Prévention et Protection du Groupe Renault, Claude Tarlet, Président de l’USP Union des Entreprises de Sécurité Privée, entre autres, le tout animé par le talentueux Marc Dumas.

Le décor est planté, on va passer une bonne soirée…

La sécurité, on en a jamais autant parlé qu’en ce moment. Dans une société où le salafisme, le trafic de drogue, les petits délits, la violence,… sont en perpétuelle croissance, les entreprises et les particuliers cherchent de + en + à se protéger. On passe d’une protection traditionnelle à une protection technologique où l’innovation est au cœur des systèmes sécurité/sûreté. On passe d’une sécurité passive à une sécurité active. On utilise tous les moyens technologiques pour contrer les malfrats (à ce sujet, la criminalité a changé, les petits malfrats, caïds, très violents ont remplacé les gentlemans cambrioleurs car par exemple les sommes des trafics de drogues sont colossales). Il faut avoir un coup d’avance, contrer le coup suivant. C’est en quelque sorte une course à la protection…Si tu installes chez toi une porte infranchissable, les voleurs passeront par la fenêtre ou le garage, non ? Utilisation donc d’objets connectés, de drônes pour intervenir dans des lieux hostiles, détecteurs audio, alarmes, lasers, minidrones aussi, …la sécurité doit aussi être discrète pour avoir l’adhésion de tous ;  le smartphone peut remplacer les badges d’accès (on oubliera plus son badge que son smartphone en allant au boulot, non ? ). Pour illustrer tout ça, j’en viens maintenant aux lauréats qui vous permettront de vous faire une petite idée des innovations.

Sécurité des sites – Contrôle d’accès intelligents :

STID : Badge virtuel ergonomique et intuitif

Avec STID, votre smartphone devient la clef de vos accès. Le badge virtuel offre de nombreux modes d’identification ergonomiques et intuitifs sans compromis sur la sécurité : proximité ou mains-libres, tap tap, télécommande…Les modes de gestion Offline et Online vous donnent l’opportunité de stocker les données chez vous ou chez un tiers.

Sécurité des sites – Détecteurs audios, alarmes, lasers, drônes… :

SENSIVIC : Détecteurs d’événements sonores intelligents

Les détecteurs SENSIVIC analysent en permanence l’activité sonore ambiante. Ils détectent les sons inattendus et les signalent pour permettre une levée de doute. Ils multiplient l’efficacité des systèmes de protection des collectivités et des lieux recevant du public, ouverts ou fermés. Le machine-learning rend les détecteurs adaptables et totalement autonomes. Mexico utilise avec succès cette technologie.

Sécurité événementielle & éphémère :

SERVTEL : Mini centrale nomade connectée

C’est quatre kilos de sécurité mis en place en 15 minutes sans intendance lourde et coûteuse. Télésurveilleur et abonnement opérateur télécom, cette mini centrale constitue un apport logistique performant et universel pour les utilisateurs publics et privés. Le vestiaire en fut équipé lors de la soirée ;-).

La cybersécurité – sécurité informatique et digitale :

LUCIBEL : Outil de diffusion d’information contrôlée par LIFI

LUCIBEL présente le premier luminaire LED LIFI, permettant une connexion internant par la lumière. Le transfert de données est bidirectionnel et haut débit, uniquement accessible dans le cône de lumière. Chaque luminaire LIFI permet donc une protection de données, soit une excellente alternative au WIFI dans les secteurs où la diffusion de l’information doit être contrôlée.

La cybersécurité – les nouvelles approches collaboratives :

TRACKFORCE : Application collaborative pour agent de sécurité

TRACKFORCE vient de lancer sa nouvelle application mobile qui regroupe l’ensemble des fonctionnalités nécessaires pour que l’agent de sécurité assure et optimise ses missions au quotidien : Prise/Fin de service, contrôleur de ronde, main courante, P.T.I., consignes,…

Sécurité territoriale :

GROUPE SCOPELEC : Transformation de candélabre en support d’équipement de sécurité

SCOPELEC propose la solution UMPI qui permet de transformer un candélabre existant en un support pour des équipements de sécurité, caméra de vidéoprotection par exemple. Plus besoin de tranchées, de câblage, de batteries ou d’abonnements à des compteurs électriques. C’est moins coûteux et plus rapide à déployer.

Alors convaincu ? 🙂

Si la sécurité vous intéresse, sachez qu’il existe un MBA spécialisé en management de la sécurité par EOGN…