Le « Rappel » du 18 juin – Législatives 2017

an

FR

Le 18 Juin 1940, l’appel du général De Gaule à la résistance a été un symbole fort pour la France.

Je me permets de faire un parallèle avec le deuxième tour des législatives 2017 car près de 6 français sur 10 (exactement 57.36%) ne sont pas allés voter, du jamais vu sous la 5ème République, lançant ainsi un message fort au nouveau président Emmanuel Macron. Le peuple français se positionne en résistant des politiques corrompus, avides d’argent et de pouvoir, des politiques pensant à leur propre intérêt avant l’intérêt commun. Après le premier Tour, les médias avaient annoncé une déferlante « la République en marche », leur donnant  jusqu’à 440 sièges. Un matraquage médiatique a demandé au peuple français de se mobiliser pour voter pour l’opposition pour ne pas donner « carte blanche » à Macron. Message non entendu. La démobilisation des électeurs a encore été plus forte : 42.64 % de votants contre 48.71 % au premier tour. Les prévisions journalistiques n’ont pas été validées puisque « République en marche » n’a obtenu que 308 sièges, 350 avec l’alliance avec le Modem. Force est de constater que les sondages « publiés » ne sont pas « exacts », volontairement ou pas. Macron a quand même une majorité absolue mais sa légitimité est remise en cause par ce fort taux d’abstention. Il a une majorité à l’assemblée nationale avec à peine 16 % des voix des inscrits (7 826 432 pour 47 292 967 inscrits), c’est trop peu. Les Français l’attendent au tournant. Il veut agir vite. Faire voter des lois, c’est trop long, ça peut prendre jusque deux ans avant leur application. Il utilisera donc des ordonnances cet été. Les « fameux 100 premiers jours »  permettront-ils te redresser la France ? La libéralisation du code du Travail ne remettra-il pas en cause le rapport de force salarié/patron ? Le contrat de travail unique sera-t-il instauré ? Le fait de démissionner permettra-t-il de toucher les allocations chômage ? Sanctionnera-t-il les français qui ne veulent pas travailler ? Rentrera-t-on dans un cycle de précarisation des populations les plus défavorisées ? Je suis légèrement dubitatif sur l’avenir avec Macron. Après son élection, il a verrouillé sa communication et a fait quelques apparitions télévisées bien orchestrées notamment avec Poutine et Trump. Les medias ont applaudi. Une bonne image sur la scène internationale, c’est bien, mais ce n’est pas tout. Les Français ont de fortes attentes sur le plan national. Les promesses électorales doivent laisser place aux actes. La moralisation de la vie politique, libéralisation du travail, sécurité,…Son bilan permettra-t-il de sauver la 5ème République ?

Les Législatives, c’est aussi des hommes, des femmes. Passons aux personnalités élues et battues sur une pointe légère et satirique.

Les élues

Les Français ont « sauvé » Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan, tous deux en ballotage défavorable après le premier tour. Ils se sont battus, ils ont été récompensés. Ces deux anciens candidats à la présidentielle apporteront leur touche anti-système.

Marine Le Pen élue dans le Pas-de-Calais. Ca me laisse sans voix. Après son débat télévisé, comment peut-on voter pour elle ? Elle est l’incarnation d’un électorat, qui est dans la misère intellectuelle et financière, ou encore l’image de l’abnégation des politiques classiques. Un peuple laissé à l’abandon par la droite et la gauche…Elle représentera la France d’en bas.

Gilbert Collard de l’aile Marion Maréchal Le Pen est passé de justesse. Il apportera son insolence à l’Assemblée Nationale. Il sera l’œil de Marion.

Jean-Luc Mélenchon a réussi son pari à Marseille. Il s’est attaqué à Patrick Mennucci du PS, du moins ce qu’il en reste. Une belle percée avec la France Insoumise qui aura son groupe parlementaire. C’est le « révolutionnaire bobo » de l’Assemblée.

Cédric Villani à Orsay. Ce célèbre mathématicien sera l’OVNI de l’Assemblée Nationale. Il bénéficie de la dynamique Macron.

Sébastien Le Foll, ancien ministre de l’Agriculture qu’il a bien décimée, a été épargné par la République en Marche pour je ne sais quelle raison, copinage ? Proche de François Hollande, il sera sa mémoire.

Manuel Valls élu ou pas (soupçonné de bourrage d’urnes) bénéficie aussi de l’  « arrangement » de Macron. Il est à voile et à vapeur. PS ou République en Marche, il choisira son camp en fonction des opportunités, il pourra même créer son propre mouvement. Il n’a pas de parole. Ce sera le menteur de l’Assemblée.

Les battues

Benoît Hamon, surprise…éphémère du PS.

Myriam El Khomri, la belle connerie de François Hollande, passe à la trappe. Cette ancienne ministre du travail, qui ne connaissait pas la différence entre un CDD et un CDI, retournera sur les bancs de l’école et on espère qu’elle quittera le monde de la politique. Elle rejoindra le club des potiches de Rachida Dati.

NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet) qui a hérité des terres acquises à François Fillon, est un dommage collatéral. Elle subit le naufrage de LR. Elle part en vacances pour une cure detox.

Cambadelis, premier secrétaire du PS, éliminé dès le premier tour, quitte son poste mais ne quitte pas la vie politique…hélas.

Mathias Fekl, ancien ministre de l’Intérieur (PS), passe à l’Extérieur dès le premier tour.

Jean-Jacques Urvoas (PS), ancien ministre de la Justice, passe à la trappe.

Valérie Fourneyron (PS), ancienne ministre des Sports, rentre au vestiaire.

Najat Vallaud-Belkacem battue. « Bon débarras » diront une majorité de Français. N’a pas été acceptée au club des potiches. Fera certainement plante verte dans le nouveau local du PS (chambre de service dans le 16ème).

Florian Philippot a fait les frais d’un moment de lucidité des électeurs de Moselle. C’est l’arroseur arrosé.

David Douillet ne touchera pas son mandat de député. Il se contentera d’un emploi fictif dans le Tourisme.

Le nouveau visage de l’Assemblée Nationale

Féminisation : 40 % de femmes contre 26 % avant.

Rajeunissement : 48 ans 8 mois de moyenne d’âge contre 55 ans avant

Renouvellement : 424 novices sur 577

Privatisation : 129 fonctionnaires contre 188 avant

En Marche les résultats sinon ce sera En Marche la Révolution !

https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/Resultats-des-elections-legislatives-2017

EN

On June 18, 1940, General De Gaulle’s call to resistance was a strong symbol for France.


I would like to draw a parallel with the second round of the 2017 legislative elections, because almost 6 out of 10 French (exactly 57.36%) did not vote, unheard of in the 5th Republic, launching a strong message to the new president Emmanuel Macron . The French people position themselves by resisting corrupt politicians, greedy of money and power, politicians thinking of their own interest before the common interest. After the first round, the media had announced a surging « Republic on the move », giving them up to 440 seats. A media hype demanded the French people to mobilize to vote for the opposition not to give Macron « carte blanche ». Message not heard. Demobilization of voters was even stronger: 42.64% voters against 48.71% in the first round. The journalistic forecasts were not validated as « Republic on the move » obtained only 308 seats, 350 with the alliance with the Modem. It must be noted that « published » surveys are not « accurate », voluntarily or not. Macron still has an absolute majority but his legitimacy is called into question by this high rate of abstention. It has a majority in the national assembly with barely 16% of the votes of the registered (7 826 432 for 47 292 967 registered), it is too little. The French are waiting for him at the turn. He wants to act quickly. Voting laws is too long, it can take up to two years before their application. He will be using prescriptions this summer. Will the « first 100 days » allow you to straighten France? Will the liberalization of the Labor Code not call into question the relationship between the power of the employee and the employer? Will the single employment contract be introduced? Will resigning allow unemployment benefits to be paid? Will he punish the French who do not want to work? Will we return to a cycle of precariousness among the most disadvantaged populations? I’m slightly skeptical about the future with Macron. After his election, he blocked his communication and made a few well-orchestrated television appearances with Putin and Trump. The media applauded. A good image on the international scene is good, but that’s not all. The French have strong expectations at the national level. Electoral promises must leave room for deeds. The moralization of political life, liberalization of labor, security, … Will his record help to save the 5th Republic?


The Legislatives are also men and women. Let us pass to the personalities elected and beaten on a light and satirical point.


The elected

The French have « saved » Jean Lassalle and Nicolas Dupont-Aignan, both in unfavorable ballotage after the first round. They fought, they were rewarded. These two former presidential candidates will bring their anti-system touch.


Marine Le Pen elected in the Pas-de-Calais. That leaves me speechless. After her televised debate, how can we vote for her? It is the incarnation of an electorate, which is in intellectual and financial misery, or the image of the abnegation of classical policies. A people left to the abandon by the right and the left … It will represent France from below.


Gilbert Collard of the wing Marion Maréchal Le Pen narrowly missed. He will bring his insolence to the National Assembly. It will be the eye of Marion.


Jean-Luc Mélenchon has managed his bet in Marseille. He attacked Patrick Mennucci of the PS, at least what remains. A breakthrough with France Insoumise who will have his parliamentary group. It is the « revolutionary bobo » of the Assembly.


Cedric Villani in Orsay. This famous mathematician will be the UFO of the National Assembly. It benefits from the dynamics Macron.


Sébastien Le Foll, a former minister of agriculture whom he decimated, was spared by the Republic on the march for some reason, crony? Close to François Hollande, it will be his memory.


Manuel Valls, elected or not (suspected of stuffing urns) also benefits from the « arrangement » of Macron. It is sailing and steaming. PS or République en Marche, he will choose his camp according to the opportunities, he can even create his own movement. He has no word. It will be the liar of the Assembly.


Beaten
Benoît Hamon, surprise … ephemeral PS.


Myriam El Khomri, the beautiful bullshit of François Hollande, passes the trap. This former labor minister, who did not know the difference between a fixed-term contract and a permanent contract, will return to school and hopefully leave the world of politics. She will join the club of pochies of Rachida Dati.


NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet) who inherited the land acquired from François Fillon, is a collateral damage. She suffers the sinking of LR. She goes on vacation for a detox cure.

Cambadelis, first secretary of the PS, eliminated in the first round, leaves his post but does not leave the political life … alas.


Mathias Fekl, former Minister of the Interior (PS), passes the Exterior in the first round.


Jean-Jacques Urvoas (PS), former Minister of Justice, goes to the trap.


Valérie Fourneyron (PS), former Minister of Sports, returns to the locker room.


Najat Vallaud-Belkacem beaten. « Good riddance » will say a majority of French. Was not accepted at the club of potiches. Will definitely plant green plant in the new local PS (service room in the 16th).


Florian Philippot has paid the price of a moment of lucidity of the electors of Moselle. It is the watered sprinkler.


David Douillet will not be elected as a Member of Parliament. He will content himself with a fictitious job in Tourism.


The new face of the National Assembly


Feminization: 40% of women against 26% before.
Rejuvenation: 48 years 8 months of average age versus 55 years before
Renewal: 424 novices out of 577
Privatization: 129 officials against 188 before
Walk the results otherwise it will be Walk the Revolution!

https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/Resultats-des-elections-legislatives-2017

 

Voter blanc pour ne pas faire semblant

IMG_9387
FR
Voter blanc pour ne pas faire semblant…
La campagne démarre officiellement aujourd’hui. Il est temps pour moi de prêcher la bonne parole.
Voter blanc pour ne pas faire semblant ou voter blanc pour ne pas faire sans blanc. Le vote blanc n’est pas comptabilisé ? Une idée fausse et je vous expliquerai pourquoi.
Moi, je voterai blanc. Voter blanc, ce n’est pas pire que voter pour le moins mauvais. Rappeler vous 2002, ou comment les socialistes ont voté Chirac, ou encore plus récemment en 2012, où une majorité de Français a voté Hollande pour ne pas avoir Sarkozy. La démocratie est tombée bien bas…si on peut parler encore d’une démocratie. Rappelez vous du référendum de 2005, le « non » au traité européen n’a pas été pris en compte par nos politiques. On a beaucoup parlé du Brexit, mais le Frexit aurait eu lieu  si la voix du peuple avait été respectée…
Une pseudo-démocratie faite par les médias, les plus riches,…
Je préfère m’abstenir ou voter blanc. Mais vous me direz que ça ne sert à rien car ce n’est pas comptabilisé. Faux, le taux d’abstention ou le taux de participation sera forcément publié, donc si vous votez blanc, c’est comptabilisé. Tous les politiques
du système actuel, ont une peur farouche de l’abstention. En effet, un taux
d’abstention de 50 % permettrait de faire sauter cette cinquième République, cette démocratie des avantages, des nantis,…
Passons au crible les candidats principaux (je ne dénigre pas les « petits » mais à moins d’une très grosse surprise, il est peu probable que l’un d’eux atteigne le second tour).
« La France est un pays étrange. Si vous êtes accusé, vous êtes exclu de l’équipe nationale de foot, mais vous pouvez encore vous présenter à la présidentielle. » dixit Eric Cantona, comparant les cas de François Fillon et de Karim Benzema, écarté des Bleus à la suite de l’affaire de la sextape de Valbuena. On ne peut pas voter François Balkany, euh François Fillon.
Marine Lepen est infréquentable donc exit aussi. Ses pensées, visant à amadouer le peuple français, à rendre son mouvement politiquement correct, ne doivent pas vous laisser dupe.
Et Macron ? Réincarnation de Jean-Marie Messier, il se croit trop beau et son programme sonne creux. Du réchauffé, du déjà vu, déjà fait ou non fait. Il ratisse large :communiste, écologiste, jospiniste, hollandais, strauss-kahnien, centriste, sarkozyste, libéral, chiraquien. Il prend les meilleures idées de chacun ? Non, il tente de monter un nouveau mouvement, les progressistes et il marche pour lui.
Et, Benoît Hamon ? Il est, comme Macron, un frondeur du Hollandisme. Son idée du revenu universel l’a plombé. Un revenu universel, oui, mais si on abolit toutes les aides, toutes les magouilles,…c’est une idée démocratique égalitaire, mais difficilement finançable… Les médias, les industriels, les riches,…ne poussent pas dans ce sens, car ce serait faire tomber en quelque sorte le capitalisme…mais aussi la valeur « travail ».
Mélenchon ? Avec lui, on se croit à un concours d’éloquence, la verbe qui fait mouche, et le voilà très haut dans les sondages. Il fait partie du système et la France insoumise, un beau slogan et que du vent.
Si vous en avez marre du système, il faut donc voter blanc ou s’abstenir…Je ne crois plus au miracle. La reprise économique est là, la France devrait en profiter, encore
faut-il y croire…Je suis persuadé que les institutions sont sur la voie du changement, il faut abolir les privilèges de toute cette classe politique corrompue et narcissique. On y passera un jour ou l’autre alors pourquoi pas dans deux semaines ? Pourquoi repousser l’inéluctable ?
Pourquoi voter pour un candidat qu’on ne croit pas ? Pourquoi voter alors qu’on n’y croit plus ? La cinquième République a fait son temps, il est temps de changer de système. Et c’est maintenant. Un vote blanc pour ne pas faire semblant. Un vote blanc pour ne pas faire sans blanc.
Ne sois pas un mouton. Sois un loup et crois en tes convictions.
EN
Voting white for not pretending …
The campaign officially starts today. It is time for me to preach the good word.
White vote not to pretend or vote white to not do without white. The white vote is not counted? A misconception and I will explain why.
I will vote for it. Voting white is not worse than voting for the less bad. Remember you 2002, or how the Socialists voted Chirac, or even more recently in 2012, when a majority of French voted Holland for not having Sarkozy. Democracy has fallen very low … if we can still talk about a democracy. Remember the referendum of 2005, the « no » to the European treaty has not been taken into account by our policies. Much has been said about the Brexit, but the Frexit would have taken place if the voice of the people had been respected …
A pseudo-democracy made by the media, the richest, …
I prefer to abstain or vote white. But you will tell me that it is useless because it is not counted. False, the abstention rate or the participation rate will necessarily be published, so if you vote white, it is counted. All policies
Of the present system, have a fierce fear of abstention. Indeed, a rate
Of 50% would make it possible to blow up this fifth Republic, this democracy of the advantages, of the haves, …
Let’s sift through the main candidates (I do not denigrate the « little ones » but unless a big surprise, it is unlikely that one of them reaches the second round).
« France is a strange country. If you are accused, you are excluded from the national football team, but you can still stand for the presidential election. » Dixit Eric Cantona, comparing the cases of François Fillon and Karim Benzema, dismissed the Blues following the case of the sextape of Valbuena. We can not vote François Balkany, ah François Fillon.
Marine Lepen is unbeatable so exit too. His thoughts, aimed at coaxing the French people, to make their movement politically correct, must not let you be fooled.
And Macron? Reincarnation of Jean-Marie Messier, he thinks himself too beautiful and his program sounds hollow. Heated, already seen, already done or not done. He rakes wide: communist, ecologist, jospinist, Dutch, strauss-kahnian, centrist, sarkozyist, liberal, chirac. Does it take the best ideas from everyone? No, he tries to mount a new movement, the progressives and he walks for him.
And, Benoît Hamon? He is, like Macron, a slinger of Hollandism. His idea of universal income has plagued him. A universal income, yes, but if one abolishes all the aids, all the tricks, … it is a democratic idea egalitarian, but hardly fundable … The media, the industrialists, the rich … do not grow In this sense, because it would bring down capitalism … but also the value « work ».
Mélenchon? With him, one thinks oneself of a contest of eloquence, the verb that makes fly, and here it is very high in the polls. It is part of the system and France rejects, a beautiful slogan and that wind.

If you are fed up with the system, you must vote white or abstain … I no longer believe in the miracle. The economic recovery is there, France should benefit
I am convinced that institutions are on the road to change, we must abolish the privileges of this corrupt and narcissistic political class. We will spend one day or another so why not in two weeks? Why reject the inevitable?
Why vote for a candidate who is not believed? Why vote when we no longer believe in it? The fifth Republic has made its time, it is time to change system. And it is now. A white vote not to pretend. A white vote not to do without white.
Do not be a sheep. Be a wolf and believe in your convictions.

Prague, la Belle d’Europe Centrale

FR

Pourquoi Prague est une destination touristique autant prisée des Français ? On va y aller pour se faire son propre avis.

Départ le dimanche 30 octobre en fin d’après-midi pour un retour le mercredi 2 novembre en fin de soirée avec Transavia. Suffisamment pris à l’avance, le billet est bon marché. Une carte d’identité valable suffira pour les modalités d’entrée sur le territoire.

Pour l’hôtel, bien situé, pas en plein centre-ville mais sur un métro et un tramway. Prix très abordable.

On peut donc se rendre à Prague pour un budget raisonnable.

A Prague, monnaie locale faute d’Euro. 1  euro = 27 couronnes tchèques. Si vous arrivez comme moi le soir, le premier jour, et que vous voulez éviter une commission bancaire (retrait CB à l’aéroport), changez 50 € en France puis vous ferez le reste sur place. Ne faites pas de change à l’aéroport, le taux est plus que ridicule…En règle générale, il est préférable de payer en monnaie locale ou en CB directement. Dans beaucoup de commerces, vous pouvez payer en euro mais la conversion n’est pas avantageuse. L’alcool local (le Becherovka),  vous pourrez l’acheter à l’aéroport (souvent en promo).

Avant de partir, pour les amateurs, je vous conseille de réserver une place à l’Opéra. Passez par le site http://www.narodni-divadlo.cz/en en direct. Les prix sont abordables encore une fois. Si vous passez par une agence, vous paierez le double voire plus.

Pour les transports, prenez une carte 3 jours (3 vrais jours à partir de la première validation) pour à peine 11 €, il y a un guichet à l’aéroport. Avec cette carte, vous pourrez prendre un bus (le 100 ou le 119) à l’aéroport pour rejoindre ensuite un métro. Les transports en commun sont très faciles à utiliser avec cette carte. Le métro est récent et spacieux au niveau des quais, et c’est propre, oui,  même très propre par rapport au métro parisien.

A l’aéroport, il y a des plans de Prague. N’hésitez pas à en prendre un. Pour rejoindre votre hôtel facilement, je vous conseille de regarder le chemin sur google map avant votre départ.

Maintenant que vous êtes bien renseignés côté pratique, passons à la ville en elle-même et ses bons côtés.

Ce qui m’a le plus marqué à Prague, c’est son château, érigé sur la colline de Hradčany, qui domine la vieille ville. C’est le monument historique le plus important de République tchèque, siège du pouvoir politique et religieux depuis le IXè siècle. Il est composé d’un très vaste ensemble de palais, d’églises, de cours et jardins (attention les jardins sont ouverts uniquement en saison estivale, de début avril à fin octobre, je n’ai pas pu les visiter car j’ai fait la visite du château le 1er novembre, eh oui à un jour près, on a loupé cette visite). Le château lui-même est la résidence officielle du président tchèque. Les édifices religieux sont de première importance : l’actuelle cathédrale Saint-Guy est le siège de l’archevêché de Prague, et abrite de très nombreux trésors artistiques et religieux, et la basilique Saint-George, nécropole de plusieurs souverains přemyslides, est l’un des plus beaux monuments romans de Prague. Sur ce site, vous vous baladerez dans la ruelle d’or composée de petites maisons colorées qui abritent des boutiques au RDC (attention à la tête, les hauteurs de porte d’entrée dépassent pas les 1m50 pour certaines ^^) et un musée à l’étage avec une collection impressionnante d’armures.

Après le château, le deuxième incontournable est le pont Charles. Construit à l’époque gothique, il fut par la suite orné d’une galerie unique de sculptures, représentant chacune des figures importantes de l’histoire de la République Tchèque ; véritable haie d’honneur triomphale reliant symboliquement les deux rives de la ville. C’est le rendez-vous des touristes ! Musiciens et marchands de souvenirs tout du long du pont.

Troisième symbole de la ville, la maison dansante, surnommée « Ginger et Fred » en raison de sa vague ressemblance avec deux danseurs, a été construite en 1996 et symbolise la partie « architecture contemporaine de Prague.  Moderne et Design, cet immeuble abrite un restaurant-bar à son dernier étage, où on pourra y faire une petite pause pour boire un verre de vin ou une bonne bière.

La bière est « the boisson » de la République Tchèque. Moins chère que l’eau ! Une pinte vous coûtera entre 1.5 et 2 euros. Elle est vraiment bonne comparée à nos bières classiques (Kronembourg, Heineken,…).  A consommer avec ou sans modération selon chacun. La cuisine tchèque n’est pas forcément réputée et j’avais un apriori au départ à la goûter. Mais je me suis décidé et finalement j’ai été agréablement surpris : potages, goulasch, jarret de porc, knedliky (en accompagnement, une sorte de pain coupé en rondelles, aux pommes de terre, lard même fruits),…Allez dans un restaurant traditionnel fréquenté par des locaux pour gouter à cette cuisine, ce sera moins cher et surtout plus authentique. Prenez dans la rue un trdelnik, petit rouleau de pâte cuite au feu de bois, parfumé au sucre et à la cannelle à l’origine, mais qui se décline à tous les goûts maintenant.

On se sent bien à Prague : sentiment de sécurité, espace vert, propreté de la ville, peu de marginaux/clochards…la place est nette.

Vous pourrez continuer la visite par la vieille ville et son horloge astronomique (ne pas louper le spectacle à chaque heure), le quartier juif, son cimetière impressionnant à l’ambiance médiévale et ses immeubles majestueux,  la réplique de la « Tour Eiffel » ( y monter pour le point de vue). Une pause thé au café Savoy. Beaucoup de bars authentiques à l’ambiance boisée. L’opéra est aussi une belle expérience riche en émotions, j’ai pu voir la Traviata et ce fut exceptionnel. J’ai pas testé les night clubs…ce sera pour une prochaine fois ? ^^ Certainement au printemps été pour pouvoir profiter aussi d’autres loisirs…

EN

Why Prague is a popular tourist destination for French people? We will go there to make his own opinion.
Departure Sunday, October 30 late afternoon for a return on Wednesday, November 2 late in the evening with Transavia. Sufficiently taken in advance, the ticket is cheap. A valid identity card will suffice for the conditions of entry into the territory.
For the hotel, good location, not in the city center but on a metro and a tram. Very affordable price.
So we can go to Prague for a reasonable budget.
In Prague, local currency for lack of Euro. 1 euro = 27 Czech crowns. If you arrive like me in the evening, the first day, and you want to avoid a bank commission (withdrawal CB at the airport), change 50 € in France then you will do the rest on the spot. Do not make changes at the airport, the rate is more than ridiculous … Generally, it is better to pay in local currency or CB directly. In many shops, you can pay in euros but the conversion is not advantageous. Local alcohol (Becherovka), you can buy it at the airport (often on sale).
Before leaving, for amateurs, I advise you to reserve a place at the Opera. Go through the website http://www.narodni-divadlo.cz/en. Prices are affordable again. If you go through an agency, you will pay double or more.

For transport, take a card 3 days (3 days from the first validation) for just € 11, there is an ATM at the airport. With this card, you can take a bus (100 or 119) to the airport and then to a subway. Public transport is very easy to use with this map. The subway is new and spacious at the docks, and it’s clean, yes, even very clean compared to the Paris metro.
At the airport, there are plans of Prague. Do not hesitate to take one. To reach your hotel easily, I advise you to look at the path on google map before your departure.
Now that you are well informed on the practical side, let’s move on to the city itself and its good sides.
What impressed me most about Prague was its castle, erected on the hill of Hradčany, which dominates the old town. It is the most important historical monument in the Czech Republic, seat of political and religious power since the 9th century. It consists of a very large complex of palaces, churches, courtyards and gardens (be careful the gardens are open only in the summer season, from the beginning of April to the end of October, I could not visit them because I visit the castle on November 1, yes to a day, we missed this visit). The castle itself is the official residence of the Czech president. The religious buildings are of primary importance: the current Cathedral Saint-Guy is the seat of the archdiocese of Prague, and is home to many artistic and religious treasures, and the Basilica of St. George, necropolis of several přemyslides sovereigns, is one of the most beautiful Romanesque monuments in Prague. On this site, you will stroll in the golden lane made up of small colored houses which shelter shops on the ground floor (pay attention to the head, the heights of door of entrance do not exceed 1m50 for some ^ ^) and a museum in upstairs with an impressive collection of armor.
After the castle, the second must-see is Charles Bridge. Built in the Gothic period, it was later adorned with a unique gallery of sculptures, each representing important figures in the history of the Czech Republic; a real triumphal hedge of honor symbolically connecting the two shores of the city. It’s the rendez-vous of tourists! Musicians and souvenir merchants all along the bridge.

Third symbol of the city, the dancing house, nicknamed « Ginger and Fred » because of its vague resemblance to two dancers, was built in 1996 and symbolizes the « contemporary architecture of Prague. » Modern and Design, this building houses a restaurant -bar on the top floor, where you can take a break for a glass of wine or a good beer.
Beer is « the drink » of the Czech Republic. Less expensive than water! A pint will cost you between 1.5 and 2 euros. It is really good compared to our classic beers (Kronembourg, Heineken, …). To consume with or without moderation according to each one. Czech cuisine is not necessarily famous and I had a priori to taste it. But I decided and finally I was pleasantly surprised: soups, goulash, pork shank, knedliky (as a side dish, a kind of bread cut into slices, potatoes, bacon even fruit), … Go to a traditional restaurant frequented by locals to taste this cuisine, it will be cheaper and above all more authentic. Take on the street a trdelnik, a small roll of wood-fired dough, originally flavored with sugar and cinnamon, but which is available to all tastes now.
It feels good in Prague: feeling of security, green space, cleanliness of the city, few marginal / tramps … the place is clear.
You can continue the visit by the old town and its astronomical clock (do not miss the show every hour), the Jewish quarter, its impressive cemetery with a medieval atmosphere and its majestic buildings, the replica of the « Eiffel Tower » ( go up there for the point of view). A tea break at the Savoy café. Many authentic bars with a woody atmosphere. The opera is also a beautiful experience rich in emotions, I could see the Traviata and it was exceptional. I have not tested the night clubs … it will be for next time? ^^ Certainly in the spring summer to be able to enjoy also other leisures …