La Nièvre – Le Morvan

FR

Après un week-end dans le Nord, direction la Bourgogne. On prendra les petites routes, on n’est pas pressé, on roule en voiture de collection. Apprécions les paysages 🙂

On a beau être un samedi de départ en vacances, en plein mois de juillet, il n’y a pas l’ombre d’un bouchon. Après avoir emprunté la D605 puis la D606, Monterau-Fault-Yonne, Pont-sur-Yonne, défilent sous nos yeux. Malgré une certaine attente dûe aux travaux sur le pont, la route est agréable avec notamment la traversée de Sens, ville où il y ferait bon de s’y arrêter. Pour notre part, on s’arrêtera à Clamecy (après avoir pris la N151 à Auxerre) pour la pause déjeuner.
Clamecy est un joli village médiéval. A l’ombre des ruelles, vous y découvrirez ses maisons à pans de bois, ses enseignes en fer forgé,…et la tour de la collégiale Saint-Martin.

De Clamecy, on rejoindra en une petite heure le village de Moussy, où nous avons fait une halte pour visiter un bien. Oui, on cherche une maison de campagne ! C’est l’objectif du week-end, faire quelques visites et découvrir la région : joindre l’utile à l’agréable 😉

De Moussy, on ira ensuite à Mont-et Marré, pour une seconde visite. L’agent immobilier aura une heure de retard. On discutera en l’attendant avec une personne du village qui habite l’ancien presbystère.

A Mont-et-Marré, on récupérera notre chambre chez Monique et Bert, des hollandais de Utrecht. En Bazois est une chambre d’hôtes, spacieuse avec une terrasse ensoleillée et une vue à en couper le souffle sur la campagne nivernaise. Pas loin, vous pourrez vous balader le long du canal du nivernais, à pieds ou en vélo. C’est la bonne adresse Adrienout ! Testée et recommandée. Rapport qualité-prix défiant toute concurrence.

Après s’être raffraîchis avec une boisson offerte par nos hôtes, nous avons été visités Chatillon-en-Bazois. Village agréable avec son écluse mais relativement mort (une conséquence du Covid ?). On commence à avoir faim. Où trouver un restaurant ? On demande à un habitant, rien d’ouvert dans le village mais un restaurant gastronomique à Alluy, la Grangée. Estimant ne pas être assez sapé pour y rentrer, je passe un coup de fil au restaurant Le Béroalde à Mont-et-Marré pour savoir si on peut y dîner. C’est OK, ouf ! Une belle découverte, un restaurant chaleureux avec une cuisine simple mais goûteuse (mention spéciale pour le riz à l’estragon), qui plus est, situé à 5 minutes à pieds de notre chambre d’hôtes.

Après un bon petit-déjeuner en terrasse, on partira sur Château-Chinon situé dans le parc du Morvan. Ce dimanche sera réservé au tourisme exclusivement. Château-Chinon est bâtie sur le flanc d’une colline ce qui permet d’avoir de beaux panoramas. François Mitterrand, président de la République , en a été le maire. C’est un village avec quelques vestiges du moyen-âge notamment où il y fait bon s’y balader. Pour le point de vue, ne pas oublier de faire le Calvaire avec ses trois croix, ça monte un peu, mais c’est tout à fait gérable. 🙂

Direction ensuite le Lac de Pannecière, un lac artificiel de 520 hectares assez préservé, propice à un tourisme vert. Un endroit paisible pour pique-niquer ou se poser au calme. La route qui longe le lac, est pittoresque et étroite :-). Attention , prudence !

Après une pause fraîcheur à Ouroux-en-Morvan, village médiéval agréable, nous voilà remonter en voiture.
IMG_2270
Si vous cherchez un endroit plus touristique, il faudra vous rendre au Lac des Settons, où là, c’est plus un tourisme de masse, et encore tout est relatif. Le Morvan, c’est pas la Côte d’Azur ! 🙂 Au Lac des Settons, balade en bâteau, tour en pédalo, baignade,… bref, de quoi passer une super journée.
Le Morvan, c’est la Nature et plein d’activités en plein air : cheval, trail, vtt, baignade, randonnée,…

Toute bonne chose ayant une fin, il est temps de regagner nos pénates. On passera par Avallon, situé dans l’Yonne. Là encore une belle découverte. Je vous invite à faire comme nous : déambulez dans le centre ville historique, flânez dans quelques galeries, et dînez à Crep’80 avec une galette top 50 ! Avec ce restaurant trop cool, vous ferez un bond dans les années 80. Rien que le cadre vaut le détour de s’y poser. Mais croyez-moi, les galettes sont aussi extra (mention spéciale à La Besoin de rien, envie de toi »lol)

En conclusion, la Nièvre avec ses villages médiévaux, son Parc naturel du Morvan, forment un territoire plein de contrastes, et avec une vraie identité. A vous, la culture, la nature, le calme mais aussi un tas d’activités en plein air.

EN

After a weekend in the North, head to Burgundy. We will take the small roads, we are in no hurry, we drive in a vintage car. Appreciate the landscapes 🙂

It may be a Saturday of departure for vacation, in the middle of July, there is not a shadow of a traffic jam. After having taken the D605 then the D606, Monterau-Fault-Yonne, Pont-sur-Yonne, pass before our eyes. Despite some waiting due to the work on the bridge, the road is pleasant, especially crossing Sens, a town where it would be good to stop there. For our part, we will stop at Clamecy (after taking the N151 at Auxerre) for the lunch break.
Clamecy is a pretty medieval village. In the shade of the alleys, you will discover its half-timbered houses, its wrought iron signs, … and the tower of the Saint-Martin collegiate church.

From Clamecy, we will reach the village of Moussy in an hour, where we stopped to visit a property. Yes, we are looking for a country house! This is the objective of the weekend, to make a few visits and discover the region: combine the useful with the pleasant 😉

From Moussy, we will then go to Mont-et Marré, for a second visit. The real estate agent will be an hour late. We will discuss while waiting with a person from the village who lives in the old presbystery.

In Mont-et-Marré, we will collect our room from Monique and Bert, Dutch from Utrecht. En Bazois is a spacious guest room with a sunny terrace and a breathtaking view of the Nivernais countryside. Not far away, you can stroll along the Nivernais canal, on foot or by bike. This is the right address, Adrienout! Tested and recommended. Value for money unbeatable.

After being refreshed with a drink offered by our hosts, we were visited Chatillon-en-Bazois. Pleasant village with its lock but relatively dead (a consequence of the Covid?). We’re starting to get hungry. Where can I find a restaurant? We ask a resident, nothing open in the village but a gourmet restaurant in Alluy, la Grangée. Believing that I wasn’t undermined enough to go there, I made a phone call to the restaurant Le Béroalde in Mont-et-Marré to find out if we could dine there. It’s OK, phew! A great discovery, a warm restaurant with simple but tasty cuisine (special mention for the tarragon rice), which is moreover, located 5 minutes walk from our bed and breakfast.

After a good breakfast on the terrace, we will head to Château-Chinon located in the Morvan park. This Sunday will be reserved for tourism exclusively. Château-Chinon is built on the side of a hill which allows you to have beautiful panoramas. François Mitterrand, President of the Republic, was the mayor. It is a village with some vestiges of the Middle Ages in particular where it is good to walk there. For the point of view, do not forget to do Calvary with its three crosses, it goes up a little, but it is quite manageable. 🙂

Then head to Lac de Pannecière, an artificial lake of 520 hectares that is fairly well preserved, conducive to green tourism. A peaceful place to picnic or to rest in peace. The road along the lake is picturesque and narrow :-). Attention, caution!

After a cool break in Ouroux-en-Morvan, a pleasant medieval village, we are back in the car.

If you are looking for a more touristic place, you will have to go to Lac des Settons, where there is more mass tourism, and still everything is relative. The Morvan is not the Côte d’Azur! 🙂 At Lac des Settons, boat trip, pedal boat ride, swimming, … in short, enough to spend a great day.
The Morvan is Nature and plenty of outdoor activities: horseback, trail running, mountain biking, swimming, hiking, …

All good things having an end, it is time to return to our homes. We will go through Avallon, located in Yonne. Here again a great discovery. I invite you to do as we did: stroll through the historic city center, stroll through some galleries, and dine at Crep’80 with a top 50 galette! With this restaurant too cool, you will jump into the 80s. The setting alone is worth the detour to land there. But believe me, the pancakes are also extra (special mention to La Besoin de rien, envy of you « lol)

In conclusion, the Nièvre with its medieval villages, its Morvan Natural Park, form a territory full of contrasts, and with a real identity. Culture, nature and calm are yours, but also a lot of outdoor activities.

Laon – Féron – Chimay – Fourmies

FR

Après 3 mois de confinement, quoi de mieux de vous retrouver en vous proposant une belle escapade en terre avesnoise.

Pour rejoindre Laon, notre première étape, vous emprunterez la Nationale 2. Celle-ci ne passe pas loin de Soissons qu’on ne visiteras pas cette fois-ci (on y a fait une petite pause au retour ; il y a de quoi y passer une journée, je pense). La Nationale 2 est bien roulante avec beaucoup de longues portions de 2 fois 2 voies, de longues lignes droites, autant de raisons de se passer de l’autoroute. Attention, toutefois, il y a quelques radars et traversées de villages.

Avant d’arriver sur Laon, je vous invite à emprunter le Chemin des Dames ou RD 18 CD, célèbre pour ses batailles meurtrières lors de la Première Guerre mondiale. Vous y découvrirez des lieux de mémoire, des grottes, des points d’observations, entre autres. Vous pourrez aussi vous balader dans la forêt de Vauclair ou le long de la voie verte de l’Ailette.

Laon se caractérise par sa ville haute, sa partie historique : ses abbayes, ses remparts, ses portes, sa citadelle, sa chapelle et surtout sa cathédrale avec ses 4 tours, un chef d’oeuvre de l’art gothique (1150-1180) qui en inspira de nombreuses autres comme Reims ou Chartres. Elle n’a pas à rougir de Notre-Dame de Paris par son gigantisme et son style. De belles balades avec des points de vue sur la vallée vous permettront d’apprécier cette partie de Laon. Une belle découverte, pour ma part.

On arrivera sur Féron en fin d’après-midi. Pourquoi faire une pause à Féron, hein ? Parce que « L’école est finie » ! La halte dans cette ancienne école rénovée et aménagée en chambre d’hôtes vaut vraiment le détour. On y ressent l’atmosphère de l’époque, L’école a été restaurée avec beaucoup de goût. Les chambres sont en plus très spacieuses, confortables et bien équipées, avec en plus un espace cuisine et une belle salle à manger / salon à disposition. Sinon, Féron est un ancien village d’éleveurs bovins. Son église fortifiée et ses ateliers d’artistes font son identité. Le soir, on s’est baladé sur Fourmies, situé à quelques kilomètres, ville sympathique avec quelques surprises architecturales. On a dîné d’une flamiche au maroilles d’un producteur local acccompagnée de bonnes bières et on s’est endormi dans notre confortable lit kingsize.

Le lendemain matin, à notre réveil, un succulent petit déjeuner nous attendait. « J’ai la peau du ventre bien tendue ». 🙂 Faut éliminer tout ça. Direction les étangs des moines dans la forêt de Fourmies. Un endroit bien sympahique. Le paradis des randonneurs, des cyclistes VTT aussi. La végétation est luxurinate, j’ai même pu goûter quelques fraises des bois. Il y a aussi une plage pour se baigner, un restaurant, et bien-sûr une baraque à frites. On n’est pas dans le Ch’Nord pour rien. 😉

Après une belle balade, on est parti en direction de Chimay en Belgique. J’adore la Belgique, pourquoi s’en priver surtout que ce n’est qu’à une demi-heure environ de Fourmies.

Chimay est un petit village avec une partie médiévale typique, un château (qui est en cours de restauration), une belle place aussi, le paradis des motards. Après une pause apéro dans une taverne pour boire une Chimay accompagnée de saucissons piquants, on a pris la direction de l’abbaye Notre Dame de Scourmont, située à une dizaine de kilomètres du village. La Chimay est une bière trappiste et ce serait un comble de ne pas se rendre à l’abbaye, lieu où les moines brassent la bière. Une question que vous vous posez certainement, pourquoi les trappistes brassent la bière ? Tout simplement parce qu’ils doivent subvenir à leurs besoins. Cet endroit est un véritable havre de paix, une atmosphère unique, qu’on ressent tout particulièrement dans le cimetière. En repartant, on a fait un arrêt à la boutique qui jouxte l’auberge Chimay de Poteaupré. Vous pourrez y acheter des magnums ou des cuvées spéciales, du fromage de Chimay aussi.

Pour finir le week-end, on a visité le Musée du Textile et la Vie Sociale à Fourmies. Prévoyez dans votre planning la visite guidée si vous voulez voir fonctionner les machines et moult explications. Sachez aussi que le premier week-end de chaque mois, l’entrée est gratuite. Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas y aller. C’est franchement très instructif, vraiment passionnant. J’avais quelques a prioris mais j’ai été très agréablement surpris. Au delà de la technique des machines à tisser, on est plongé aussi dans la vie sociale du début des années 1900. Imaginez des ouvriers travailler 14 heures par jour, sans vacances à l’époque. A noter aussi la reconstitution d’une rue. On y voit notamment une salle de classe avec à l’intérieur des fusils. On préparait les enfants à manier les armes pour les futures guerres, c’était les bataillons scolaires. Vous l’aurez compris, le musée est top.

Sachez qu’il existe également à Trélon, un musée du verre. Bref, vous passerez dans la région un week-end prolongé sans aucun problème, vous ne vous ennuierez pas.
Cerise sur le gâteau, en sortant du musée, il y avait un rassemblement de Citroën Traction, avec de très beaux modèles. J’ai été mis à contribution pour en démarrer une ! 🙂 Un peu de sport, ça ne fait pas de mal. 🙂

En conclusion, la région avesnoise est à découvrir, avec son parc naturel, ses musées, ses villages, sa gastronomie et l’accueil chaleureux des Ch’timis. 😉

EN

After 3 months of confinement, what better way to find yourself by offering you a beautiful getaway in avesnoise land.

To reach Laon, our first step, you will take the Nationale 2. This one does not pass far from Soissons which we will not visit this time (we made a short break on the way back; there is something there spend a day, I think). The Nationale 2 is good with lots of long sections of 2 x 2 lanes, long straight lines, so many reasons to do without the highway. Be careful, however, there are some speed cameras and village crossings.

Before arriving in Laon, I invite you to take the Chemin des Dames or RD 18 CD, famous for its deadly battles during the First World War. You will discover places of memory, caves, observation points, among others. You can also stroll in the Vauclair forest or along the Ailette greenway.

Laon is characterized by its upper town, its historic part: its abbeys, its ramparts, its doors, its citadel, its chapel and especially its cathedral with its 4 towers, a masterpiece of Gothic art (1150-1180) which inspired many others like Reims or Chartres. She should not be ashamed of Notre-Dame de Paris by her gigantism and her style. Beautiful walks with views of the valley will allow you to appreciate this part of Laon. A nice discovery, for my part.

We will arrive in Féron at the end of the afternoon. Why take a break from Féron, huh? Because « School is over »! The stopover in this old school, renovated and converted into a bed and breakfast, is definitely worth a visit. You can feel the atmosphere of the time there. The school has been very tastefully restored. The rooms are also very spacious, comfortable and well equipped, with in addition a kitchen area and a beautiful dining / living room available. Otherwise, Féron is an ancient village of cattle breeders. Its fortified church and artist workshops make its identity. In the evening, we wandered around Fourmies, located a few kilometers away, a pleasant town with some architectural surprises. We had dinner of a flamiche in maroilles from a local producer accompanied by good beers and we fell asleep in our comfortable kingsize bed.

The next morning, when we woke up, a delicious breakfast awaited us. « I have taut stomach skin ». 🙂 We have to eliminate all that. Direction the monks’ ponds in the forest of Fourmies. A very nice place. A paradise for hikers, mountain bikers too. The vegetation is luxurinate, I even got to taste some wild strawberries. There is also a beach for swimming, a restaurant, and of course a fries hut. We are not in Ch’Nord for nothing. 😉

After a nice walk, we left in the direction of Chimay in Belgium. I love Belgium, why deprive yourself of it especially since it is only about half an hour from Fourmies.
Chimay is a small village with a typical medieval part, a castle (which is being restored), a beautiful square too, the bikers paradise. After an aperitif break in a tavern to drink a Chimay accompanied by spicy sausages, we took the direction of the Notre Dame de Scourmont abbey, located about ten kilometers from the village. Chimay is a Trappist beer and it would be a shame not to go to the abbey, where the monks brew beer. A question you are probably asking yourself, why do the Trappists brew beer? Simply because they have to support themselves. This place is a real haven of peace, a unique atmosphere, which you can especially feel in the cemetery. On our way back, we made a stop at the shop which adjoins the Chimay inn in Poteaupré. You can buy magnums or special vintages, Chimay cheese too.

To finish the weekend, we visited the Textile and Social Life Museum in Fourmies. Plan the guided tour in your planning if you want to see the machines working and many explanations. Also note that the first weekend of each month, entry is free. So you no longer have any excuse for not going there. It’s frankly very informative, really exciting. I had some preconceptions but I was very pleasantly surprised. Beyond the technique of weaving machines, we are also immersed in the social life of the early 1900s. Imagine workers working 14 hours a day, without a vacation at the time. Note also the reconstruction of a street. We see in particular a classroom with guns inside. We prepared the children to handle weapons for future wars, it was the school battalions. You will understand, the museum is top.

Note that there is also a glass museum in Trélon. In short, you will spend an extended weekend in the region without any problems, you will not be bored.
Icing on the cake, leaving the museum, there was a gathering of Citroën Traction, with very beautiful models. I was called upon to start one! 🙂 A little sport doesn’t hurt. 🙂

In conclusion, the avesnoise region is to be discovered, with its natural park, its museums, its villages, its gastronomy and the warm welcome of the Ch’timis. 😉

Coline Serreau sur le Covid-19

coline serreau

FR

LE MONDE QUI MARCHAIT SUR LA TÊTE EST EN TRAIN DE REMETTRE SES IDÉES A L’ENDROIT

par Coline Serreau

Le gouvernement gère l’épidémie comme il peut… mais les postures guerrières sont souvent inefficaces en face des forces de la nature. Les virus sont des êtres puissants, capables de modifier notre génome, traitons-les sinon avec respect, du moins avec modestie.

Apprenons à survivre parmi eux, à s’en protéger en faisant vivre l’espèce humaine dans des conditions sanitaires optimales qui renforcent son immunité et lui donnent le pouvoir d’affronter sans dommage les microbes et virus dont nous sommes de toute façon entourés massivement, car nous vivons dans la grande soupe cosmique où tout le monde doit avoir sa place. La guerre contre les virus sera toujours perdue, mais l’équilibre entre nos vies et la leur peut être gagné si nous renforçons notre système immunitaire par un mode de vie non mortifère.

Dans cette crise, ce qui est stupéfiant c’est la rapidité avec laquelle l’intelligence collective et populaire se manifeste.

En quelques jours, les français ont établi des rites de remerciement massivement suivis, un des plus beaux gestes politiques que la France ait connus et qui prolonge les grèves contre la réforme des retraites et l’action des gilets jaunes en criant haut et fort qui et quoi sont importants dans nos vies.

Dans notre pays, ceux qui assurent les fonctions essentielles, celles qui font tenir debout une société sont sous-payés, méprisés. Les aides-soignantes, les infirmières et infirmiers, les médecins qui travaillent dans les hôpitaux publics, le personnel des écoles, les instituteurs, les professeurs, les chercheurs, touchent des salaires de misère tandis que des jeunes crétins arrogants sont payés des millions d’euros par mois pour mettre un ballon dans un filet.

Dans notre monde le mot paysan est une insulte, mais des gens qui se nomment « exploitants agricoles » reçoivent des centaines de milliers d’euros pour faire mourir notre terre, nos corps et notre environnement tandis que l’industrie chimique prospère.

Et voilà que le petit virus remet les pendules à l’heure, voilà qu’aux fenêtres, un peuple confiné hurle son respect, son amour, sa reconnaissance pour les vrais soldats de notre époque, ceux qui sont prêts à donner leur vie pour sauver la nôtre alors que depuis des décennies les gouvernements successifs se sont acharnés à démanteler nos systèmes de santé et d’éducation, alors que les lobbies règnent en maîtres et arrosent les politiques avec le fric de la corruption.

Nous manquons d’argent pour équiper nos hôpitaux, mais bon sang, prenons l’argent où il se trouve, que les GAFA payent leurs impôts, qu’ils reversent à la société au minimum la moitié de leurs revenus. Car après tout, comment l’ont-ils gagné cet argent ? Ils l’ont gagné parce qu’il y a des peuples qui forment des nations, équipées de rues, d’autoroutes, de trains, d’égouts, d’électricité, d’eau courante, d’écoles, d’hôpitaux, de stades, et j’en passe, parce que la collectivité a payé tout cela de ses deniers, et c’est grâce à toutes ces infrastructures que ces entreprises peuvent faire des profits. Donc ils doivent payer leurs impôts et rendre aux peuples ce qui leur est dû.

Il faudra probablement aussi revoir la question de la dette qui nous ruine en enrichissant les marchés financiers. Au cours des siècles passés les rois de France ont très régulièrement décidé d’annuler la dette publique, de remettre les compteurs à zéro.

Je ne vois pas comment à la sortie de cette crise, quand les comptes en banque des petites gens seront vides, quand les entreprises ne pourront plus payer leurs employés qui ne pourront plus payer les loyers, l’électricité, le gaz, la nourriture, comment le gouvernement pourra continuer à gaspiller 90% de son budget à rembourser une dette qui ne profite qu’aux banquiers.

J’espère que le peuple se lèvera et réclamera son dû, à savoir exigera que la richesse de la France, produite par le peuple soit redistribuée au peuple et non pas à la finance internationale. Et si les autres pays font aussi défaut de leur dette envers nous, il faudra relocaliser, produire de nouveau chez nous, se contenter de nos ressources, qui sont immenses, et détricoter une partie de la mondialisation qui n’a fait que nous appauvrir.

Et le peuple l’a si bien compris qu’il crie tous les soirs son respect pour ceux qui soignent, pour la fonction soignante, celle des mères, des femmes et des hommes qui font passer l’humain avant le fric.

Ne nous y trompons pas, il n’y aura pas de retour en arrière après cette crise.

Parce que malgré cette souffrance, malgré ces deuils terribles qui frappent tant de familles, malgré ce confinement dont les plus pauvres d’entre nous payent le plus lourd tribut, à savoir les jeunes, les personnes âgées isolées ou confinées dans les EHPAD, les familles nombreuses, coincés qu’ils sont en ville, souvent dans de toutes petites surfaces, malgré tout cela, le monde qui marchait sur la tête est en train de remettre ses idées à l’endroit.

Où sont les vraies valeurs ? Qu’est-ce qui est important dans nos vies ?

Vivre virtuellement ? Manger des produits issus d’une terre martyrisée et qui empoisonnent nos corps ?

Enrichir par notre travail ceux qui se prennent des bonus faramineux en gérant les licenciements ?

Encaisser la violence sociale de ceux qui n’ont eu de cesse d’appauvrir le système de soin et nous donnent maintenant des leçons de solidarité ?

Subir une médecine uniquement occupée à soigner les symptômes sans se soucier de prévention, qui bourre les gens de médicaments qui les tuent autant ou plus qu’ils ne les soignent ? Une médecine aux ordres des laboratoires pharmaceutiques ?

Alors que la seule médicine valable, c’est celle qui s’occupe de l’environnement sain des humains, qui proscrit tous les poisons, même s’ils rapportent gros. Pourquoi croyez-vous que ce virus qui atteint les poumons prospère si bien ? Parce que nos poumons sont malades de la pollution et que leur faiblesse offre un magnifique garde-manger aux virus.

En agriculture, plus on cultive intensivement sur des dizaines d’hectares des plantes transformées génétiquement ou hybrides dans des terres malades, plus les prédateurs, ou pestes, les attaquent et s’en régalent, et plus il faut les arroser de pesticides pour qu’elles survivent, c’est un cercle vicieux qui ne peut mener qu’à des catastrophes.

Mais ne vous faites pas d’illusions, on traite les humains les plus humbles de la même façon que les plantes et les animaux martyrisés.

Dans les grandes métropoles du monde entier, plus les gens sont entassés, mal nourris, respirent un air vicié qui affaiblit leurs poumons, plus les virus et autres « pestes » seront à l’aise et attaqueront leur point faible : leur système respiratoire.

Cette épidémie, si l’on a l’intelligence d’en analyser l’origine et la manière de la contrer par la prévention plutôt que par le seul vaccin, pourrait faire comprendre aux politiques et surtout aux populations que seuls une alimentation et un environnement sains permettront de se défendre efficacement et à long terme contre les virus.

Le confinement a aussi des conséquences mentales et sociétales importantes pour nous tous, soudain un certain nombre de choses que nous pensions vitales se révèlent futiles. Acheter toutes sortes d’objets, de vêtements, est impossible et cette impossibilité devient un bonus : d’abord en achetant moins on devient riches.

Et comme on ne perd plus de temps en transports harassants et polluants, soudain on comprend combien ces transports nous détruisaient, combien l’entassement nous rendait agressifs, combien la haine et la méfiance dont on se blindait pour se préserver un vague espace vital, nous faisait du mal.

On prend le temps de cuisiner au lieu de se gaver de junk-food, on se parle, on s’envoie des messages qui rivalisent de créativité et d’humour.

Le télétravail se développe à toute vitesse, il permettra plus tard à un nombre croissant de gens de vivre et de travailler à la campagne, les mégapoles pourront se désengorger.

Pour ce qui est de la culture, les peuples nous enseignent des leçons magnifiques : la culture n’est ni un vecteur de vente, ni une usine à profits, ni la propriété d’une élite qui affirme sa supériorité, la culture est ce qui nous rassemble, nous console, nous permet de vivre et de partager nos émotions avec les autres humains.

Quoi de pire qu’un confinement pour communiquer ? Et pourtant les italiens chantent aux balcons, on a vu des policiers offrir des sérénades à des villageois pour les réconforter, à Paris des rues entières organisent des concerts du soir, des lectures de poèmes, des manifestations de gratitude, c’est cela la vraie culture, la belle, la grande culture dont le monde a besoin, juste des voix qui chantent pour juguler la solitude.

C’est le contraire de la culture des officines gouvernementales qui ne se sont jamais préoccupées d’assouvir les besoins des populations, de leur offrir ce dont elles ont réellement besoin pour vivre, mais n’ont eu de cesse de conforter les élites, de mépriser toute manifestation culturelle qui plairait au bas peuple.

En ce sens, l’annulation du festival de Cannes est une super bonne nouvelle.

Après l’explosion en plein vol des Césars manipulés depuis des années par une maffia au fonctionnement opaque et antidémocratique, après les scandales des abus sexuels dans le cinéma, dont seulement une infime partie a été dévoilée, le festival de Cannes va lui aussi devoir faire des révisions déchirantes et se réinventer. Ce festival de Cannes qui déconne, ou festival des connes complices d’un système rongé par la phallocratie, par la corruption de l’industrie du luxe, où l’on expose complaisamment de la chair fraîche piquée sur des échasses, pauvres femmes porte-manteaux manipulées par les marques, humiliées, angoissées à l’idée de ne pas assez plaire aux vieillards aux bras desquels elles sont accrochées comme des trophées, ce festival, mais venez-y en jeans troués et en baskets les filles, car c’est votre talent, vos qualités d’artiste qu’il faut y célébrer et non pas faire la course à qui sera la plus à poil, la plus pute !

Si les manifestations si généreuses, si émouvantes des peuples confinés pouvaient avoir une influence sur le futur de la culture ce serait un beau rêve !

Pour terminer, je voudrais adresser une parole de compassion aux nombreux malades et à leurs proches, et leur dire que du fin fond de nos maisons ou appartements, enfermés que nous sommes, nous ne cessons de penser à eux et de leur souhaiter de se rétablir. Je ne suis pas croyante, les prières m’ont toujours fait rire, mais voilà que je me prends à prier pour que tous ces gens guérissent. Cette prière ne remplacera jamais les soins de l’hôpital, le dévouement héroïque des soignants et une politique sanitaire digne de ce nom, mais c’est tout ce que je peux faire, alors je le fais, en espérant que les ondes transporteront mon message, nos messages, d’amour et d’espoir à ceux qui en ont besoin.

EN

THE WORLD THAT WALKED ON THE HEAD IS DELIVERING ITS IDEAS TO THE PLACE
by Coline Serreau

The government is managing the epidemic as best it can … but warlike postures are often ineffective in the face of the forces of nature. Viruses are powerful beings, capable of modifying our genome, let’s treat them if not with respect, at least with modesty.
Let us learn to survive among them, to protect themselves by making the human species live in optimal sanitary conditions which strengthen its immunity and give it the power to confront without damage the microbes and viruses with which we are massively surrounded anyway, because we live in the great cosmic soup where everyone must have their place. The war on viruses will always be lost, but the balance between our lives and theirs can be won if we strengthen our immune system with a non-deadly lifestyle.
In this crisis, what is amazing is the speed with which collective and popular intelligence is manifested.
In a few days, the French established massively followed rites of thanks, one of the most beautiful political gestures that France has known and which prolongs the strikes against the pension reform and the action of the yellow vests by shouting loudly and what are important in our lives.
In our country, those who perform essential functions, those who keep a society standing are underpaid, looked down upon. Nursing aides, nurses, doctors working in public hospitals, school staff, teachers, professors, researchers, earn miserable wages while arrogant young morons are paid millions of dollars euros per month to put a ball in a net.
In our world the word peasant is an insult, but people who call themselves « farmers » receive hundreds of thousands of euros to kill our land, our bodies and our environment while the chemical industry thrives.
And now the little virus sets the record straight, now that in the windows, a confined people screams their respect, their love, their gratitude for the real soldiers of our time, those who are ready to give their lives to save ours when for decades successive governments have worked hard to dismantle our health and education systems, while lobbies reign supreme and water policies with the money of corruption.
We don’t have enough money to equip our hospitals, but damn it, take the money where it is, let the GAFA pay their taxes, pay back to society at least half of their income. Because after all, how did they make that money? They won it because there are peoples who form nations, equipped with streets, highways, trains, sewers, electricity, running water, schools, hospitals, stadiums, and so on, because the community paid for all of this, and it is thanks to all of this infrastructure that these businesses can make a profit. So they have to pay their taxes and give back to the people what is due to them.
We will probably also have to review the question of the debt that is ruining us by enriching the financial markets. Over the past centuries the kings of France have very regularly decided to cancel the public debt, to reset the counters to zero.
I do not see how at the end of this crisis, when the bank accounts of small people will be empty, when companies can no longer pay their employees who can no longer pay rents, electricity, gas, food, how the government can continue to waste 90% of its budget on paying down a debt that only benefits bankers.
I hope that the people will stand up and claim their due, that is, demand that the wealth of France, produced by the people, be redistributed to the people and not to international finance. And if the other countries also default on their debt to us, we will have to relocate, produce again at home, be content with our resources, which are immense, and unravel a part of globalization which has only made us poorer.
And the people have understood it so well that they cry out every night for their respect for those who care, for the care function, that of mothers, women and men who put humans before money.
Make no mistake, there will be no turning back after this crisis.
Because despite this suffering, despite these terrible mournings that hit so many families, despite this confinement which the poorest of us pay the heaviest price, namely the young, the elderly isolated or confined in nursing homes, families many, stuck that they are in town, often in very small areas, in spite of all that, the world which walked on the head is putting its ideas at the place.
Where are the real values? What is important in our lives?
Living virtually? Eating products from a martyred land that poison our bodies?
Enrich through our work those who take huge bonuses by managing layoffs?
Accept the social violence of those who have continued to impoverish the healthcare system and are now giving us lessons in solidarity?
Undergo a medicine solely occupied in treating symptoms without worrying about prevention, which stuffs people with drugs that kill them as much or more than they cure them? Medicine on the orders of pharmaceutical laboratories?
While the only valid medicine is the one that takes care of the healthy environment of humans, which proscribes all poisons, even if they are profitable. Why do you think this virus that reaches the lungs is thriving so well? Because our lungs are sick of pollution and their weakness offers a magnificent pantry for viruses.
In agriculture, the more intensively cultivated on dozens of hectares are genetically transformed or hybrid plants in diseased land, the more predators, or pests, attack and feast on them, and the more they have to be sprayed with pesticides so that they survive, it’s a vicious circle that can only lead to disasters.
But don’t kid yourself, we treat the most humble humans in the same way as martyred plants and animals.
In large cities around the world, the more people are crowded, malnourished, and breathe stale air that weakens their lungs, the more comfortable viruses and other « pests » will attack their weak point: their respiratory system.
This epidemic, if we have the intelligence to analyze its origin and how to counter it by prevention rather than by the only vaccine, could make politicians and especially populations understand that only food and an environment healthy will allow you to defend yourself effectively and in the long term against viruses.
Containment also has important mental and societal consequences for all of us, suddenly a number of things that we thought were vital prove to be futile. Buying all kinds of objects, clothes, is impossible and this impossibility becomes a bonus: first by buying less you get rich.
And since we no longer waste time in exhausting and polluting transport, suddenly we understand how much this transport destroyed us, how crowded made us aggressive, how much hatred and mistrust with which we shielded ourselves to preserve a vague living space, we hurt.
We take the time to cook instead of stuffing ourselves with junk food, we talk, we send messages that compete with creativity and humor.
Teleworking is developing at full speed, it will later allow an increasing number of people to live and work in the countryside, mega-cities will be able to unclog.
With regard to culture, the peoples teach us magnificent lessons: culture is neither a vector of sales, nor a factory for profits, nor the property of an elite which asserts its superiority, culture is what brings us together, consoles us, allows us to live and share our emotions with other humans.
What is worse than confinement to communicate? And yet the Italians sing on the balconies, we have seen the police offer serenades to villagers to comfort them, in Paris entire streets organize evening concerts, readings of poems, demonstrations of gratitude, that’s the real culture, the beautiful, the great culture that the world needs, just voices that sing to overcome loneliness.
It is the opposite of the culture of government offices which have never been concerned with satisfying the needs of the populations, offering them what they really need to live, but have never ceased to comfort the elites, to despise any cultural manifestation which would please the common people.
In this sense, the cancellation of the Cannes festival is super good news.
After the explosion in full flight of the Caesars manipulated for years by an opaque and undemocratic mafia, after the scandals of sexual abuse in the cinema, of which only a tiny part has been unveiled, the Cannes festival will also have to do heartbreaking reviews and reinventing yourself. This festival of Cannes that kidding, or festival of connies accomplices of a system eaten away by the phallocracy, by the corruption of the luxury industry, where one exposes complacently fresh flesh pricked on stilts, poor women carriers coats manipulated by brands, humiliated, anxious at the idea of ​​not enough to please the old men on whose arms they are hung like trophies, this festival, but come in holey jeans and sneakers girls, because it’s your talent, your qualities as an artist which should be celebrated there and not the race to who will be the most naked, the whore!
If the generous and moving demonstrations of confined people could have an influence on the future of culture, it would be a beautiful dream!
In conclusion, I would like to address a word of compassion to the many patients and their loved ones, and tell them that from the depths of our houses or apartments, locked up as we are, we never stop thinking about them and wishing them well. . I am not a believer, prayers have always made me laugh, but now I begin to pray that all these people will recover. This prayer will never replace the care of the hospital, the heroic dedication of the caregivers and a health policy worthy of the name, but that’s all I can do, so I do, hoping that the airwaves will carry my message. , our messages of love and hope to those who need it.

 

Dijon, Belle Bourguignonne

FR

Située à 1 h 30 en train, 3 h en voiture ou encore 4 h en bus de Paris (j’ai pris cette dernière option car les prix étaient vraiment très avantageux), Dijon est une ville à découvrir. J’ai pu la visiter sur un week-end et c’est réellement une belle surprise.

Avant de partir, je ne connaissais de Dijon que sa moutarde. 🙂

Préfecture du département de la Côte-d’Or, Dijon est aussi le chef lieu de la région Bourgogne-Franche-Comté. Vous serez séduits tout d’abord par son architecture, elle m’a fait penser à Bordeaux avec de beaux bâtiments souvent imposants en pierre de taille, mais aussi à Troyes avec ses maisons à colombage, un mélange réussi. Son patrimoine historique et architectural, elle le doit à son titre de capitale du duché de Bourgogne, ville aux cent clochers, sous l’Ancien Régime.

Le centre-ville de Dijon est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. On peut y flâner au grès d’agréables rues piétonnes, des belles places, donc certaines font penser à de petites places de village comme la place Emile Zola, où j’ai déniché une bonne adresse pour déjeuner, à savoir l’Epicerie et Compagnie.
20200301_143730
Cet établissement propose une cuisine traditionnelle confectionnée avec des produits régionaux. C’est un régal. En plus, la décoration recrée une atmosphère d’après guerre très réussie, l’effet voyage dans le temps est garanti. Vous l’aurez compris, vous apprécierez Dijon aussi pour sa gastronomie : vins de Bourgogne, moutardes aux différentes saveurs, crème de cassis, pain d’épices,… une explosion de saveurs pour vos papilles gustatives. Ne surtout pas oublier de ramener des moutardes et des nonettes Mulot et Petit Jean 😉

Une deuxième bonne adresse est le Chanoine situé dans une petite ruelle un peu cachée donnant sur la Place de la Libération. J’y ai mangé un bœuf bourguignon que je ne suis pas prêt d’oublier. Vous y déjeunerez dans une très belle salle voutée du 17ème siècle, ancien couvent des Jacobines.
20200229_113737
Si vous êtes à Dijon le samedi matin, n’oubliez pas de passer au marché des halles centrales, à l’architecture métallique. J’y ai acheté du jambon persillé, de la tomme de Bourgogne et de la tomme aux graines de fenouil, de bons produits locaux du terroir. 😉 Pour une douceur sucrée, je vous recommande la pâtisserie Pierre Hubert.
20200301_154640
A Dijon, vous y trouverez un très beau musée des Beaux Arts (entrée gratuite). Vous y découvrirez une collection de l’Antiquité au XXème siècle. Pour ceux qui préfèrent l’art contemporain ou moderne, il y a le Consortium. J’y ai découvert l’artiste Farah Atassi et ses œuvres colorées, qui m’ont fait penser à certaines œuvres de Picasso.

Enfin, pour dormir, je vous conseille l’Adagio Aparthotel,  rue de Mulhouse, non loin du centre. L’établissement est récent et bien équipé. Les chambres sont assez spacieuses et le tarif, plutôt raisonnable.

J’espère que je vous ai donné envie d’aller à Dijon. J’ai vraiment apprécié cette ville et vous avez maintenant quelques bonnes adresses à tester. 🙂

EN

Located 1 hour 30 minutes by train, 3 hours by car or 4 hours by bus from Paris (I took this last option because the prices were really very advantageous), Dijon is a city to discover. I was able to visit it over a weekend and it’s really a nice surprise.
Before leaving, I only knew Dijon about its mustard. 🙂

Prefecture of the Côte-d’Or department, Dijon is also the capital of the Bourgogne-Franche-Comté region. You will be seduced first of all by its architecture, it made me think of Bordeaux with beautiful buildings often imposing in freestone, but also in Troyes with its half-timbered houses, a successful mixture. Its historical and architectural heritage, it owes it to its title of capital of the Duchy of Burgundy, a city of a hundred spiers, under the Ancien Régime.
Dijon city center is listed as a UNESCO World Heritage Site. You can stroll through the sandstone pleasant pedestrian streets, beautiful squares, so some are reminiscent of small village squares like Place Emile Zola, where I found a good address for lunch, namely the Grocery and Company .

This establishment offers traditional cuisine made with regional products. It’s a delight. In addition, the decoration recreates a very successful post-war atmosphere, the time travel effect is guaranteed. You will understand, you will also appreciate Dijon for its gastronomy: Burgundy wines, mustards with different flavors, crème de cassis, gingerbread, … an explosion of flavors for your taste buds. Don’t forget to bring mustards and Mulot and Petit Jean nonettes 😉
A second good address is the Chanoine located in a little alley hidden a little overlooking the Place de la Liberation. I ate a beef bourguignon there that I will not soon forget. You will have lunch there in a very beautiful vaulted room from the 17th century, former convent of the Jacobins.
If you are in Dijon on Saturday morning, don’t forget to stop by the central hall market, with its metallic architecture. I bought parsley ham, tomme de Bourgogne and tomme with fennel seeds, good local products from the region. 😉 For a sweet sweetness, I recommend Pierre Hubert pastry.
In Dijon, you will find a very beautiful Museum of Fine Arts (free entry). You will discover a collection from Antiquity to the XXth century. For those who prefer contemporary or modern art, there is the Consortium. I discovered the artist Farah Atassi and his colorful works there, which made me think of certain works by Picasso.

Finally, to sleep, I recommend the Adagio Aparthotel, rue de Mulhouse, not far from the center. The establishment is new and well equipped. The rooms are quite spacious and the price, rather reasonable.
I hope I made you want to go to Dijon. I really enjoyed this city and you now have some good places to test. 🙂

 

 

THE WASH

wash2

FR

Ils étaient 3 sur scène à l’Alhambra pour la première partie de Kaiser Chiefs. Ce soir, on les retrouve à 5 à la Boule Noire, une salle d’une capacité d’environ 200 personnes, qui jouxte la Cigale : une guitare, une basse, deux claviers, une batterie classique, une batterie électronique et le chanteur.

Le public a répondu présent. La salle est bien remplie et enthousiaste.

Dans une ambiance intimiste, les premières notes révèlent un son feutré et chaleureux. Les mélodies sont entraînantes (Strange Gift, TwoFace). La presse spécialisée les compare souvent à Phoenix. On y retrouve un son analogique, avec un mélange d’influences pop / rock alternatif, légèrement électronique.

Qualifiée par certains de Dream Pop, cette atmosphère parfois psychédélique est propice à la rêverie.

Le groupe est sympathique, s’adressant avec humour au public en anglais mais aussi en français.

Retrouvez-les avec leur premier album « Just enough pleasure to remember ».

loane

En première partie, j’ai découvert Loane. Seule sur scène avec son clavier et sa boîte à rythmes, elle a distillé un son électro-pop. Ses textes sont singuliers, « N’oublie pas ma gueule, ou j’te casse la tienne », on accroche ou pas. 🙂

EN
They were 3 on stage at the Alhambra for the first part of Kaiser Chiefs. Tonight, there are 5 of them at La Boule Noire, a room with a capacity of around 200 people, which adjoins the Cicada: a guitar, a bass, two keyboards, a classical drums, an electronic drums and the singer.

The public responded. The room is full and enthusiastic.

In an intimate atmosphere, the first notes reveal a hushed and warm sound. The melodies are catchy (Strange Gift, TwoFace). The trade press often compares them to Phoenix. There is an analog sound, with a mixture of alternative pop / rock influences, slightly electronic.

Qualified by some of Dream Pop, this sometimes psychedelic atmosphere is conducive to daydreaming.
The group is friendly, speaking with humor to the public in English but also in French.
Find them with their first album « Just enough pleasure to remember ».

In the first part, I discovered Loane. Alone on stage with her keyboard and drum machine, she distilled an electro-pop sound. His texts are singular, « Don’t forget my face, or I break yours », we hang on or not. 🙂

REDBULL 3 STYLE

AAAAAREDBULL

FR

Red Bull 3style World Tour fait escale en France. L’objectif est de sélectionner les meilleurs DJ’s du Monde. Rendez-vous ce jeudi au Wanderlust (Paris) à partir de 21 heures.

6 DJ’s s’affronteront pour cette finale nationale : T-SIA, DJ DAN WAYO, STAY’V, DJ VALAK, DJ KODH, MYSTYKAL KUT.

Les règles sont simples : un set de 15 minutes avec 3 styles de musique. Les critères des juges : aptitude technique, sélection des tracks et la réaction des spectateurs.

Une belle et originale soirée en perspective.

Plus d’infos ici : Redbull 3style

EN
Red Bull 3style World Tour stops in France. The objective is to select the best DJs in the World. Meet this Thursday at Wanderlust (Paris) from 9 p.m.

6 DJs will compete for this national final : T-SIA, DJ DAN WAYO, STAY’V, DJ VALAK, DJ KODH, MYSTYKAL KUT.

The rules are simple: a 15 minute set with 3 styles of music. The criteria of the judges: technical aptitude, selection of tracks and reaction of spectators.

A beautiful and original evening in perspective.

More info here: Redbull 3style

 

THE WASH à la Boule Noire (25/02/2020)

FR

The Wash se produira ce mardi 25 février 2020 à la Boule Noire au 120 Boulevard de Rochechouart à Paris.
Ne loupez pas cette occasion pour découvrir le tandem franco-américain composé du chanteur-claviériste David Quattrini (Massachusetts) et du guitariste Jérôme Plasseraud (Versailles). The Wash étonne avec un son pop-rock-folk-électro. Un petit aperçu avec leur dernier clip « Two Face »:  The Wash – TwoFace

A mardi 😉

EN

The Wash will perform this Tuesday February 25, 2020 at La Boule Noire at 120 Boulevard de Rochechouart in Paris.
Do not miss this opportunity to discover the Franco-American duo made up of singer-keyboardist David Quattrini (Massachusetts) and guitarist Jérôme Plasseraud (Versailles). The Wash surprises with a pop-rock-folk-electro sound. A little preview with their latest clip « Two Face »: The Wash – TwoFace


See you on Tuesday 😉

 

RETROMOBILE 2020

FR

Après le Festival Automobile International 2020 ( FAI ) qui avait fait la part belle aux véhicules futuristes, me voici au salon Rétromobile, le salon des passionnés, curieux ou amateurs de voitures anciennes. Un rendez-vous immanquable et qui, chaque année, réserve de belles surprises.

La première, la collection ASI BERTONE. Le célèbre designer automobile est à l’origine de ces prototypes détonants : la Runabout Autobianchi (1969), la Suzuki Go (1972), la Citroën Camargue (1972), la Ferrari Rainbow (1976) et sa belle rampe d’échappements, la Volvo Tundra (1979) qui a de faux airs de « BX coupée », la Chevrolet Ramarro (1984), la Citroën Zabrus (1986), la Lamborghini Genesis (1988), la BMW Pickster (1998) et l’Opel Filo (2001). Des angles, des courbes, des usages improbables, j’adore.

La deuxième, la marque tchèque Tatra est à l’honneur. Si vous suivez le Paris-Dakar, Tatra, ceux sont les fameux camions tout-terrains. Cette marque est née en 1897. En 1933, elle sort un véhicule à moteur arrière à refroidissement par air…qui inspira Ferdinand Porsche dans la conception de la Coccinelle et de certaines Porsche d’après-guerre. Les véhicules sont pour le moins singuliers, avec des formes extravagantes et des dimensions impressionnantes qui offrent des intérieurs spacieux.


Rétromobile, c’est aussi une vente aux enchères. Cette année, c’est Artcurials qui officie.
J’ai pu assister à la fin de cette vente. Une belle Mercedes est partie pour 8 000 €. Une autre, l’ancienne limousine du roi du Zaïre, pour 200 000 €. Mais les stars ont été boudées et n’ont pas trouvé acheteur, notamment la Mercedes 710 SS de 1929, estimée entre 6 et 8 millions d’euros, et les deux Alfa 6C 2300 B. La plus grosse vente a été réalisée avec une Ferrari 275 GTB/6C de 1965 pour 2,4 millions €. Pour ma part, j’ai loupé une AMI 6, estimée entre 10 000 et 15 000 €, et adjugée 6 960 €.

Je me suis baladé aussi à l’espace Occasions à moins de 25 000 €. J’ai repéré de belles Chevrolet Corvette avec leurs capots interminables. Malheureusement, mon box n’est pas assez grand 😉 . Cet espace autrefois réservé à des particuliers s’est professionnalisé. A mon grand regret, les bonnes affaires étaient rares.

Je ne vous parle pas de toutes les animations, de tous les véhicules d’anthologie que j’ai pu voir. C’est tout simplement fabuleux ! Il faut s’y rendre pour s’imprégner de cette atmosphère,  parler avec des passionnés, admirer les anciennes luxueuses, ressentir l’adrénaline au contact des voitures de courses et humer les odeurs de cuir.

Rétromobile, c’est enfin aller à la rencontre des artistes, collectionneurs, constructeurs, clubs, fédérations, vendeurs de pièces détachées, de miniatures, de produits dérivés, d’ouvrages littéraires, de notices techniques, restaurateurs, marchands d’automobile.

Vivement l’édition 2021 !

EN
After the International Automobile Festival 2020 (insert link) which gave pride of place to futuristic vehicles, here I am at the Rétromobile show, the show for enthusiasts, curious or lovers of vintage cars. An unmissable event which, each year, holds great surprises.

The first, the ASI BERTONE collection. The famous automotive designer is behind these explosive prototypes: the Runabout Autobianchi (1969), the Suzuki Go (1972), the Citroën Camargue (1972), the Ferrari Rainbow (1976) and its beautiful exhaust manifold, the Volvo Tundra (1979) which looks like a « BX coupe », the Chevrolet Ramarro (1984), the Citroën Zabrus (1986), the Lamborghini Genesis (1988), the BMW Pickster (1998) and the Opel Filo (2001) ). Angles, curves, improbable uses, I love it.

The second, the Czech brand Tatra is in the spotlight. If you follow the Paris-Dakar, Tatra, those are the famous all-terrain trucks. This brand was born in 1897. In 1933, it released a rear air-cooled motor vehicle … which inspired Ferdinand Porsche in the design of the Beetle and certain post-war Porsches. The vehicles are unique to say the least, with extravagant shapes and impressive dimensions that offer spacious interiors.

Rétromobile is also an auction. This year, Artcurials is officiating.
I was able to attend the end of this sale. A beautiful Mercedes left for 8,000 €. Another, the old limousine of the king of Zaire, for 200,000 €. But the stars were shunned and did not find a buyer, in particular the Mercedes 710 SS of 1929, estimated between 6 and 8 million euros, and the two Alfa 6C 2300 B. The biggest sale was made with a Ferrari 275 GTB / 6C from 1965 for € 2.4 million. For my part, I missed an AMI 6, estimated between € 10,000 and € 15,000, and sold for € 6,960.

I also wandered to the Occasions area for less than € 25,000. I spotted beautiful Chevrolet Corvettes with their endless hoods. Unfortunately, my box is not big enough 😉 . This space formerly reserved for individuals has become professional. To my great regret, good deals were rare.

I’m not talking to you about all the animations, all the anthology vehicles I have seen. It is simply fabulous! You have to go there to soak up this atmosphere, talk with enthusiasts, admire the old luxury, feel the adrenaline in contact with racing cars and smell the scent of leather.

Retromobile is finally going to meet artists, collectors, builders, clubs, federations, sellers of spare parts, miniatures, derivative products, literary works, technical notices, restaurateurs, car dealers.

Roll on the 2021 edition !

 

 

 

 

Grand Prix ESSEC 2020 du Commerce Responsable

FR

La RSE ( Responsabilité Sociétale des Entreprises ) est un thème qui me tient à cœur et que je développe régulièrement sur mon blog.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas, « la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) également appelée responsabilité sociale des entreprises est définie par la commission européenne comme l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable. » (source : http://www.economie.gouv.fr)
Apparu il y a quelques années, il devient de plus en plus incontournable. Toute entreprise se doit maintenant de communiquer mais surtout d’appliquer une politique RSE, si elle veut garder sa crédibilité vis à vis de ses clients et des ses salariés.

Pour cette remise de Prix, Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances, en charge du commerce, et Michel-Edouard Leclerc nous font l’honneur de leur présence.

« La Responsabilité de l’industrie et du commerce de Grande Consommation à l’égard du monde est très forte, parce que ce secteur nourrit et fournit au quotidien des dizaines de millions de foyers, impacte massivement les ressources, l’environnement, l’écosystème et la biodiversité et emploie directement et indirectement plus d’un million d’hommes et de femmes en France, explique Rémy Gerin, Directeur Exécutif de la Chaire Grande Consommation de l’ESSEC. C’est pourquoi nous avons choisi d’intégrer les préoccupations RSE dans tous les enseignements, les séminaires et les recherches de la Chaire. C’est ainsi que sont nés les Grands Prix ESSEC des Industries et du Commerce Responsables, pour mettre en lumière les démarches engagées du secteur de la Grande Consommation au plan de la RSE. »
ESSEC3
Système U remporte le Grand prix ESSEC du Commerce Responsable, pour l’ensemble de sa démarche RSE. L’enseigne de distribution s’engage à déployer une démarche RSE ambitieuse et complète bâtie sur 5 axes :
promotion de produits sûrs, sains et de qualité, accessibles à tous,
– facilitation d’une consommation responsable pour tous,
– accompagnement des talents,
– contribution à la transformation durable du monde agricole,
– et soutien de la dynamisation des territoires.

Les autres prix : 

– Lauréat du prix ESSEC de la personnalité de l’année : Antoine Lemarchand, PDG de Natures & Découvertes

– Lauréat du prix ESSEC « Réduction de l’Impact Environnemental » : le projet d’Innovation au service de la réduction de l’empreinte environnementale de la supply chain, par Cdiscount

– Lauréat du prix ESSEC « Offre de Produits et Services Développement Durable » : GO FOR GOOD, Pour une mode plus responsable, par le Groupe Galeries Lafayette

– Lauréat du prix ESSEC « Projet Collaboratif du Commerce et de ses Partenaires » : Récoltons l’Avenir, par E.Leclerc

– Lauréat du prix ESSEC « Services et Information au Bénéfice du Consommateur » : L’Etiquetage du niveau de Bien-Être Animal, par Casino

– Lauréat du prix ESSEC « Services et Information au Bénéfice du Consommateur » : L’Etiquetage du niveau de Bien-Être Animal, par Casino

– Lauréat du prix ESSEC « Engagement Solidaire et Sociétal » : L’engagement solidaire et sociétal de METRO pour une Restauration anti-gaspillage à double impact – RADIS

– Mentions Spéciales des Etudiants : Franprix x Phenix / Le projet participatif d’insertion des personnes porteuses de Trisomie 21, par Monoprix

En conclusion, une très belle soirée où énergie et bienveillance sont distillées à grand renfort de communication. J’espère que ces belles initiatives s’inscriront et se multiplieront durablement dans le temps.
Force est de constater que des efforts restent à faire à la vue de l’assemblée présente très « white » et élitiste. 😉

EN

RSE (Corporate Social Responsibility) is a subject that is close to my heart and that I regularly develop on my blog.
For those who do not know, « corporate social responsibility (CSR) also called corporate social responsibility is defined by the European Commission as the voluntary integration by companies of social and environmental concerns in their commercial activities and their relations with A company that practices CSR will therefore seek to have a positive impact on society while being economically viable.  » (source: http://www.economie.gouv.fr)
Appeared a few years ago, it is becoming more and more essential. Any company must now communicate but above all apply a CSR policy, if it wants to maintain its credibility with respect to its customers and employees.
For this award ceremony, Agnès Pannier-Runacher, Secretary of State to the Minister of Economy and Finance, in charge of trade, and Michel-Edouard Leclerc do us the honor of their presence.

« The responsibility of industry and FMCG towards the world is very strong, because this sector feeds and supplies tens of millions of households every day, massively impacts resources, the environment, ecosystem and biodiversity and directly and indirectly employs more than a million men and women in France, explains Rémy Gerin, Executive Director of the Chair in Consumer Affairs at ESSEC. This is why we have chosen to integrate CSR concerns into all the teachings, seminars and research of the Chair. This is how the ESSEC Grands Prix for Responsible Industries and Trade were born, to highlight the steps taken by the FMCG sector in terms of CSR. « 

Système U wins the ESSEC Grand Prix for Responsible Trade, for its entire CSR approach. The retail brand is committed to deploying an ambitious and comprehensive CSR approach built on 5 axes:
– promotion of safe, healthy and quality products, accessible to all,
– facilitation of responsible consumption for all,
– talent support,
– contribution to the sustainable transformation of the agricultural world,
– and support for the revitalization of territories.

The other prizes:
– Winner of the ESSEC personality of the year award: Antoine Lemarchand, CEO of Natures & Découvertes
– ESSEC Prize winner « Reduction of the Environmental Impact »: the Innovation project serving the reduction of the environmental footprint of the supply chain, by Cdiscount
– Winner of the ESSEC prize « Sustainable Development Products and Services Offer »: GO FOR GOOD, For a more responsible fashion, by the Galeries Lafayette Group
– Winner of the ESSEC prize « Collaborative Project of Commerce and its Partners »: Récoltons l’Autvenir, by E.Leclerc
– ESSEC Prize winner « Services and Information for Consumer Benefit »: Labeling the level of Animal Welfare, by Casino
– ESSEC Prize winner « Services and Information for Consumer Benefit »: Labeling the level of Animal Welfare, by Casino
– ESSEC prize winner « Solidarity and Societal Commitment »: METRO’s solidarity and societal commitment for a double impact anti-waste restoration – RADIS
– Special Mentions for Students: Franprix x Phenix / The participatory integration project for people with Down’s syndrome, by Monoprix

In conclusion, a very beautiful evening where energy and benevolence are distilled with great reinforcement of communication. I hope that these great initiatives will register and multiply over time.
It is clear that efforts remain to be made at the sight of the assembly present very « white » and elitist. 😉

 

Festival Automobile International 2020

FR

Pour la trente-cinquième édition du Festival Automobile International, Rémi Depoix, son président, a fait les choses en grand. Il suffit de voir la qualité du plateau proposé. Pour reprendre ses mots, il s’agit bel et bien de « Célébrer l’automobile sous ses formes les plus nobles, les plus créatives, les plus passionnées ».

Passons aux choses sérieuses maintenant avec la présentation de mes véhicules « préférés » 😉 .

La Bentley EXP 100 GT a été désigné « Plus beau concept-car » de cette année. Pour fêter ses 100 ans, Bentley a imaginé ce coupé de grand tourisme, dessiné par l’équipe du designer Stefan Sielaff. La ligne est tout simplement superbe. La motorisation est électrique et l’intérieur paré de boiseries d’essence rare pour perpétuer la tradition british. La preuve qu’on peut allier Luxe et Ecologie.

En exclusivité mondiale, la Lamborghini V12 Gran Tourismo, créée pour le jeu vidéo éponyme, affiche une ligne extravagante taillée à la serpe. C’est incontestablement la vedette du salon.

La « Voiture Noire » de Bugatti représente le paroxysme des supercars : motorisation W16 8.0 litres de 1500 chevaux reprise de la Chiron, six sorties d’échappement et facturée 11 millions d’euros !

Giorgetto Giugiaro, à qui l’on doit des produits de grande diffusion au design disruptif comme l’Alfasud, la Fiat Panda ou encore la première Golf, est mis à l’honneur avec la présentation de sa Sybilla conçue chez GFG.

Citroën présente aussi deux concept cars complètement opposés. L’Ami One, en hommage aux anciennes Ami 6, 8, est une citadine minimaliste en forme de cube. La 19_19, elle, évoque le futurisme, l’utopie. Une ligne fuselée qui renvoie à la DS19 et une silhouette haut perchée qui rappelle nos crossovers actuels.

Le festival célèbre par ailleurs les 60 ans de la berlinette Alpine, icône du sport automobile français. Différents modèles sont exposés, leur histoire est retracée.
A cela s’ajoute un hommage à Lancia avec la présentation de la Stratos HF qui a marqué l’histoire des rallyes et de la Beta Monte Carlo Turbo animée par un moteur 4 cylindres de 1425 cm3 délivrant 400 ch.

D’autres surprises vous y attendront, donc courez-y !

L’exposition Concept Cars et Design Automobile se tient aux Invalides, à Paris, jusqu’au 2 février 2020.

EN

For the thirty-fifth edition of the International Automobile Festival, Rémi Depoix, its president, did things big. You just have to see the quality of the tray offered. To use his words, it is indeed « Celebrating the automobile in its noblest, most creative, most passionate forms ».

Let’s get down to business now with the presentation of my « favorite » vehicles ;-).

The Bentley EXP 100 GT has been named « Most Beautiful Concept Car » this year. To celebrate its 100th anniversary, Bentley imagined this touring coupe, designed by the team of designer Stefan Sielaff. The line is simply superb. The engine is electric and the interior adorned with rare wood paneling to perpetuate the British tradition. The proof that we can combine Luxury and Ecology.

A world exclusive, the Lamborghini V12 Gran Tourismo, created for the eponymous video game, displays an extravagant line cut with a billhook. She is undoubtedly the star of the show.

Bugatti’s « La Voiture Noire » represents the paroxysm of supercars: W16 8.0 liter engine with 1500 horsepower taken from the Chiron, six exhaust outlets and invoiced for 11 million euros !

Giorgetto Giugiaro, to whom we owe mass-market products with a disruptive design like the Alfasud, the Fiat Panda or even the first Golf, is honored with the presentation of his Sybilla designed by GFG.

Citroën also presents two completely opposite concept cars. The Friend One, in homage to the old Friends 6, 8, is a minimalist city because in the shape of a cube. The 19_19, it evokes futurism, utopia. A tapered line that refers to the DS19 and a high-pitched silhouette that recalls our current crossovers.

The festival also celebrates the 60th anniversary of the Alpine berlinette, an icon of French motorsport. Different models are exposed, their history is traced.
Added to this is a tribute to Lancia with the presentation of the Stratos HF which marked the history of rallies and the Beta Monte Carlo Turbo powered by a 4-cylinder engine of 1,425 cc delivering 400 hp.

Other surprises will await you, so run for it!

The Concept Cars and Design Automobile exhibition will be held at the Invalides, in Paris, until February 2, 2020.